La Commune de Wellin prise en otage par la Confédération belge du bois !

Actualité du 24 Octobre 2018

   ImprimerImprimer   

Alors que la situation de la forêt n’a rien d’enviable avec les scolytes d’un côté et la peste porcine de l’autre, la Confédération  belge du bois a demandé à ses membres de boycotter la vente communale de bois de Wellin, alors qu’au même moment ils se plaignaient du côté du sud Luxembourg de ne pas en avoir assez.

Lors de la vente, les acheteurs de bois ont décidé de boycotter la commune car elle avait osé organiser au mois de mai dernier une vente de beaux bois en parc à grumes. Ce système permet de valoriser les plus beaux arbres au lieu de les vendre en mélange dans un lot. La démarche des acheteurs est un véritable chantage à l’attention des pouvoirs locaux qui souhaiteraient, sur base de leur autonomie locale, essayer ce type de vente alors que celui-ci, déjà bien développé en France, fait l’objet d’une demande de test grandeur nature par le Ministre wallon de la Forêt.

Les arguments avancés, comme la valorisation directe à l’étranger, ne tiennent même pas la route puisque les bois en mai ont été vendus à des acheteurs traditionnels belges… De plus, ce type de vente ne menace absolument pas le secteur puisque dans le cas de Wellin la vente du mois de mai de 32 grumes ne représente même pas 1% des ventes annuelles de la commune !

Ce boycott est assez irréfléchi de la part d’acteurs d’un secteur en difficulté demandant régulièrement davantage de souplesse aux communes par rapport aux difficultés vécues lors des exploitations.  De plus, Wellin fait partie des communes les plus promptes à mettre des lots en vente de gré-à-gré pour aider les scieurs wallons à avoir du bois. Belle reconnaissance de la part du secteur ! Cette manœuvre d’intimidation est indigne de la part d’une Confédération belge du bois au vu des arguments sous-tendant les pratiques promues hier.

La Confédération belge du bois semble oublier ou plutôt ne s’en rappelle que trop bien qu’une commune forestière compte sur les rentrées financières de ses ventes de bois pour assurer l’ensemble des missions qui lui sont confiées et s’en sert comme moyen pour faire du chantage. C’est cette même confédération qui dans d’autres cénacles appellent à une bonne collaboration et compréhension par rapport aux difficultés financières que vivent leurs membres.

Les représentants du secteur du bois doivent absolument abandonner ce genre de pratiques et lever les menaces de boycott pour rester un interlocuteur fiable et légitime avec lequel il est possible et envisageable de négocier.

Renseignements: Christel Termol

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 19-11-2018, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2018 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl