Retour à  la page d'accueil de l'espace Mobilité/Voirie

Le TEC fait arrêt dans le Mouvement communal

Marc Masy - Février 2004
   ImprimerImprimer   

L'auteur

Marc Masy

Directeur "Clients, Réseau, Mobilité" - Société régionale wallonne du Transport

Le TEC en Région wallonne

Le groupe TEC a pris la route en 1991 à la suite de la régionalisation des transports en commun secondaires. Cinq sociétés (TEC Brabant wallon, TEC Charleroi, TEC Hainaut, TEC Liège-Verviers et TEC Namur-Luxembourg) assurent l'exploitation des autobus et des trams sur tout le territoire wallon. Elles sont chapeautées par une société mère, la Société régionale wallonne du Transport (SRWT) qui fait office de holding.

Cette structure résulte du choix des décideurs de l'époque de confier les décisions relatives au service à la clientèle à des sociétés en contact étroit avec la population wallonne: les cinq TEC sont donc des sociétés indépendantes et autonomes pour tout ce qui a trait à la définition et à l'exploitation du réseau.

De son côté, la SRWT assure un triple rôle de coordination, de contrôle et de centralisation pour toutes les matières qui exigent une approche globale régionale ou qui génèrent une économie d'échelle pour le groupe TEC.

Ces six sociétés qui composent le groupe TEC ont conclu avec le Gouvernement wallon des contrats de gestion, dont le dernier en date couvre la période 2001-2004. Ces contrats de gestion définissent les obligations de chaque partie et fixent le cadre budgétaire nécessaire aux missions du service public.

Les villes et communes sont intimement liées aux destinées du groupe puisque 261 des 262 communes wallonnes sont actionnaires à hauteur de 49 % du capital des TEC. Les conseils communaux sont d'ailleurs invités chaque année à déléguer leur représentant aux assemblées générales des sociétés constituant le groupe TEC.

Pour plus d'informations, contactez Monsieur Jean-Pierre Istace, Directeur financier à la SRWT (081.32.27.70).

Les villes et communes sont aussi représentées au sein des organes des six sociétés du groupe.

Dans les cinq conseils d'administration des TEC, la présidence est assurée par un élu communal et les communes du périmètre du TEC fournissent en sus sept administrateurs.

A la SRWT, même si les administrateurs sont désignés par la Région, des administrateurs issus des villes et communes de Wallonie siègent au sein du conseil d'administration.

Interview de Gérard Monseux, Mandataire communal siégeant au conseil d'administration de la SRWT

Gérard Monseux est Président du conseil d'administration du TEC Charleroi et Administrateur à la SRWT.

Il est d'abord et avant tout Echevin de l'Aménagement urbain, de la logistique, de la mobilité et de la voirie de la Ville de Charleroi.

C'est un ensemble très cohérent de compétences, déclare l'intéressé, j'ai succédé à ce poste à mon bourgmestre actuel, Jacques Van Gompel, poste du reste auquel je me suis préparé dès 1994 en suivant avec lui les grands dossiers concernant la mobilité.

J'ai, entre autres, assuré pour la Ville le suivi de l'étude du Plan de déplacements et de stationnement (PDS).

Cet outil est essentiel pour faire émerger les principes qui guideront, dans les années à venir, toutes les réflexions et décisions de la Ville, qu'il conviendra de prendre dans les matières qui touchent peu ou prou à la mobilité. Un seul exemple: traiter de l'aménagement d'un carrefour, c'est faire des choix en matière de mobilité!

Le PDS de Charleroi est aussi porteur de grands projets, comme compléter le réseau du métro et modifier le paysage routier sur les grands axes du sud de l'agglomération en vue d'améliorer la rapidité et la qualité du transport en commun ”.

Après avoir ainsi défini sa mission en tant qu'échevin de la première ville de Wallonie, Gérard Monseux a accepté de répondre à des questions plus spécifiquement axées sur ses mandats au sein du groupe TEC.

La SRWT - Comment appréciez-vous votre responsabilité de Président du conseil d'administration au TEC Charleroi?

Gérard Monseux - Un conseil d'administration ne gère pas le quotidien, il prépare l'avenir. Mon rôle au sein du TEC Charleroi consiste donc à proposer des réponses cohérentes et constructives aux questions de mobilité que je considère comme un enjeu majeur!

Je souscris entièrement aux recommandations du PDS et mon but est de les mettre en œuvre avec tous les acteurs du secteur, mais aussi la population carolorégienne avec laquelle je souhaite conserver un contact régulier au travers de consultations publiques. Les gens sont les premiers concernés par ces mesures.

Malheureusement, ces dossiers sont parfois très techniques et, malgré leur caractère incontestable d'utilité publique, nous devons faire face à ce fameux effet NIMBY (Not In My BackYard; littéralement: pas dans mon jardin) de la part d'un nombre de plus en plus important de citoyens.

Néanmoins, certains résultats encourageants, comme la rénovation du boulevard Tirou ou du Passage de la Bourse, renforcent ma volonté de poursuivre.

Avec mes collègues du conseil d'administration et la direction du TEC Charleroi, nous poursuivons de nombreux objectifs tant à court qu'à plus long terme.

C'est ainsi que dans les mois à venir, je souhaite:

- développer les services du bus 105 proposés aux personnes à mobilité réduite;

- mettre en service sur la ligne desservant l'aéroport de Gosselies des autobus dont l'aménagement intérieur aura été revu pour mieux rencontrer les besoins et les attentes de cette clientèle spécifique;

- proposer une navette à un prix très compétitif entre un parking sécurisé et surveillé du Palais des Expositions et

l'hypercentre de Charleroi.

Vous siégez depuis peu au conseil d'administration de la SRWT. Vous y côtoyez des collègues issus d'autres régions wallonnes. Que vous êtes-vous assigné comme missions?

Comme vous venez de le mentionner, ma désignation est récente; c'est une donnée nouvelle pour moi, mais que je considère comme complémentaire du rôle que j'ai au TEC Charleroi. Il m'importe principalement que les intérêts de ma région soient équitablement pris en compte au niveau wallon .

Comment jugez-vous l'utilité du TEC par rapport à vos concitoyens?

Le rôle du TEC est aussi essentiel dans l'entretien de la relation de proximité qu'ont les gens avec leur région – le transport en commun fait partie de la vie des gens: en permettant leur mobilité, le TEC leur donne accès au monde qui bouge et qui palpite près de chez eux. Son rôle social est indispensable pour les personnes moins valides et celles qui n'ont pas de permis de conduire.

Le transport en commun assure aussi un meilleur confort au sein de l'espace urbain en limitant l'usage de la voiture privée. Je rêve qu'à terme, le centre-ville n'accueille plus que les transports en commun et les véhicules privés des résidents. Nous en sommes encore loin!

Comment appréciez-vous les performances des TEC?

Certaines choses vont bien; la clientèle augmente, c'est un signe. Mais d'autres choses restent à améliorer. C'est pourquoi il est nécessaire d'innover, de modifier l'image du transport en commun.

Pour ce faire, il importe que les moyens publics disponibles pour la région soient affectés au réseau de transport en commun .

Est-ce important que les communes soient associées à la gestion des TEC?

C'est une des volontés principales de la régionalisation des transports en commun secondaires!

Il est essentiel que ce soit les gens qui vivent leur région qui prennent les décisions. Un mandataire communal motivé par la problématique de la mobilité, sensible à la qualité de l'aménagement du territoire, constitue un relais très efficace des demandes de la population vers l'entreprise qui propose le service de transport. Siéger au sein du conseil d'administration offre au mandataire une place de choix pour répondre aux aspirations de ses concitoyens !

Interview de Philippe Matthis, Administrateur du TEC Brabant wallon

Philippe Matthis est Administrateur du TEC Brabant wallon et Echevin de la Mobilité, de l'urbanisme et de l'environnement de la commune de La Hulpe. Il est d'abord et avant tout Directeur des services commercial et juridique du port de Bruxelles, fonction dans le cadre de laquelle il a développé un Plan de déplacements d'entreprise.

Il s'intéresse depuis plusieurs années au dossier RER en Brabant wallon et pratique régulièrement le vélo.

Il a, pour la majorité de ses déplacements professionnels, abandonné la voiture pour le train et est un utilisateur quotidien de la navette bus de La Hulpe.

La SRWT - Comment voyez-vous votre rôle d'administrateur au TEC Brabant wallon?

Philippe Matthis - Dans mon rôle d'administrateur, je souhaite participer au développement d'une vision proactive du service du TEC dans le Brabant wallon et faire œuvre de créativité. Il faut aussi gérer et améliorer les services actuels.

Dans le Brabant wallon, le réseau SNCB assure les liaisons Nord-Sud; le TEC doit développer les axes de transport en commun Est-Ouest. Les deux entreprises doivent se rapprocher pour offrir plus de services et des services de meilleure qualité au public.

Le TEC doit aussi se rapprocher des communes et les édiles communaux aller vers le TEC.

En tant qu'administrateur, j'attacherai une importance particulière au sort des communes comptant un point d'arrêt RER: Waterloo, Braine-l'Alleud, Rixensart, … dans la mesure où je suis convaincu qu'il faut rapidement mettre en place les concertations nécessaires entre la SNCB, le TEC et les communes pour étudier en partenariat les aménagements à réaliser autour des futures gares RER. Initier les réflexions aujourd'hui nous prémunit de devoir mal gérer le court terme dans quelques années.

Les communes concernées ne pourront pas accepter les seuls voyageurs gagnant la gare en voiture, sous peine de déstructurer l'espace autour des gares, transformé en vastes zones de parking. Les voyageurs devront aussi être conduits vers la gare par des navettes bus performantes ou s'y rendre en vélo, deux moyens de transport largement moins consommateurs d'espace à destination.

Il faudra que la Région assume ses responsabilités financières .

Votre commune a démarré il y a peu l'étude d'un Plan communal de mobilité

Il s'agit en fait d'un Plan intercommunal de mobilité qui concerne les communes de La Hulpe, Rixensart et Lasne. La mobilité ne s'arrête pas aux frontières communales et le territoire concerné constitue un ensemble cohérent. J'attends beaucoup de cette étude pour étayer une vision à moyen terme de la mobilité dans nos communes .

En matière de mobilité, c'est à un changement de mentalité qu'il convient de travailler. Le choix du “tout à la voiture” ou “la voiture, c'est ma liberté!” opéré dans les années soixante nous conduit à des impasses dans plusieurs domaines: économique, de la santé publique, écologique, …

La réorientation des choix modaux suppose pour nos concitoyens qu'on leur propose des alternatives valables, crédibles, qu'on leur propose un bon service. A ce titre, les six années à venir seront cruciales pour le RER et le TEC!

Réussir le RER, modifier les choix modaux dépendent de multiples paramè-tres et de nombreux acteurs; en fait, nous sommes tous acteurs du changement!

Les conseils communaux, en développant les plans communaux de mobilité, le TEC en améliorant son offre, l'Etat fédéral en donnant les moyens de réussir le RER (tarifs attractifs, service de qualité, mesures fiscales, …), la Région bruxelloise (aménagement des espaces gare, politique courageuse en matière de stationnement, …), la Région wallonne (aménagement des espaces gare, financement des services TEC, …), les communes en tant que gestionnaires et bénéficiaires des mesures prises et en tant que représentants de leurs concitoyens.

C'est donc des mouvements de société qu'il convient d'initier, ce n'est pas un combat contre la voiture; ceux qui ne savent pas se passer de voiture devraient circuler plus facilement; ce n'est pas gagné d'avance mais il faut s'y préparer. Respecter les accords signés à Kyoto nécessitera des efforts. C'est un beau challenge citoyen !

Comment appréciez-vous les performances du TEC Brabant wallon?

Le TEC Brabant wallon fait du bon travail et a pris depuis quelques années des initiatives novatrices: la mise en place des Rapidos, des lignes de bus rapides reliant les pôles de la province; le lancement du Conforto, une ligne rapide Louvain-la-Neuve - Wavre - Bruxelles assurée par des véhicules très confortables, qui préfigure une antenne du RER. Il faut poursuivre et développer l'intermodalité avec la SNCB et avec le vélo! Il faut innover!

Le TEC devra aussi continuer à respecter les limites de l'enveloppe financière que lui octroie la Région.

Vis-à-vis des communes de son périmètre, le TEC doit encore s'en rapprocher et prendre en compte leurs suggestions: elles connaissent le terrain!

Le TEC doit aussi, par son personnel, se rapprocher du citoyen car le TEC a aussi une utilité sociale et c'est son personnel qui le représente sur le terrain au quotidien: son rôle est tout à fait essentiel quant à la qualité du service rendu à la population!

Au quotidien, quelle aide les communes peuvent-elles apporter au TEC?

Je pense que les communes doivent impérativement prendre en compte les services du TEC si elles envisagent des modifications, des travaux sur les itinéraires des lignes.

Cette consultation se pratique systématiquement dans ma commune. Il ne faut pas toujours favoriser les riverains, les commerçants, les groupes de pression divers, … il faut se concerter pour faire émerger le bien commun au-delà des revendications individuelles ou particulières.

Aller vers les gens, organiser des concertations citoyennes: le Plan communal de mobilité nous l'impose mais je constate, par la pratique des consultations de quartiers que nous organisons annuellement, que les suggestions des citoyens sont souvent valables, que la mobilité, les problèmes de circulation reviennent de manière récurrente dans les débats. La modalité, ça “branche” les gens!

Depuis 1998, une navette dessert par deux boucles les quartiers de La Hulpe et les entreprises (Swift, …) de et vers la gare SNCB.

Elle est cofinancée par la commune et le TEC et fonctionne entre 7 et 9 heures le matin, entre 16 et 19 heures l'après-midi.

C'est un premier prototype de navette liée au RER qui assure le ramassage des voyageurs dans les différents quartiers de la commune vers la gare SNCB. Tous les voyages sont en correspondance avec des trains vers et venant de Bruxelles. La mission est clairement de limiter les embouteillages et l'extension des aires de parcage autour de la gare de La Hulpe. Elle évite à ses utilisateurs de devoir immobiliser leur voiture toute la journée en gare.

Les progrès, en termes de fréquentation, sont constants mais je regrette que la SNCB ne soit pas toujours ponctuelle!

Le succès de la navette doit beaucoup à la flexibilité dont fait preuve son conducteur qui lui apporte en plus une touche essentielle en matière de convivialité .

Les TEC, acteurs de la mobilité

168,8 millions de voyageurs ont été transportés en 2002.

Ces chiffres sont en croissance de 5 % par rapport à 2001. Et pourtant, les TEC n'augmentent pas leur part de marché dans la mobilité globale. Celle-ci est, elle-même, en croissance continue depuis plusieurs décennies, générant des embouteillages de plus en plus importants aux heures de pointe.

Que constate-t-on? Que 50 personnes dans un bus occupent le même espace sur la chaussée que cinq personnes dans trois voitures privées. Que les risques d'être victime d'un accident, encourus par ces 50 personnes, sont très largement inférieurs à ceux des cinq autres. Qu'économiquement, l'avantage est clairement au transport en commun: chaque voyageur transporté en 2002 a dépensé 0,44 euros en moyenne par trajet.

36.000 arrêts sont implantés sur l'ensemble du territoire de la Région wallonne et dans les zones limitrophes, le long de 646 lignes desservies par 2.100 autobus et trams, qui ont parcouru 109 millions de kilomètres en 2002.

Les TEC, acteurs économiques et sociaux

Les TEC fournissent des revenus à près de 6.000 familles en Wallonie pour un montant de près de 260 millions d'euros.

Ils injectent dans l'économie wallonne une somme avoisinant les 105 millions d'euros pour leurs approvisionnements, leurs achats de matériel et les services qu'ils sollicitent des entreprises issues du tissu productif wallon.

Les TEC au service de la population wallonne

Comme les élus, les responsables et les fonctionnaires communaux, les services des TEC sont aussi au service de la population wallonne tout au long de l'année.

200.000 Wallons les empruntent chaque jour.

C'est dans les villes et communes, pour vos concitoyens, que se développent les services des TEC. C'est avec vous, élus, gestionnaires communaux, responsables de police, des travaux, conseillers en mobilité (CEM), participants à un Plan de déplacement, un Plan communal de mobilité, que le TEC souhaite amplifier la collaboration pour proposer ensemble à vos concitoyens, demain, un service de meilleure qualité, encore.

Adresses utiles

TEC Brabant Wallon
Place Henry Berger, 6
B - 1300 Wavre
Tél.: +32.(0)10.23.53.11
Directeur général: Monsieur Philippe Barras
E-mail:
Président du conseil d'administration: Madame Valérie De Bue

TEC Charleroi
Place des Tramways, 9 bte 1
B - 6000 Charleroi
Tél.: +32.(0)71.23.41.11
Directeur général: Monsieur Gilbert Delva
E-mail:
Président du conseil d'administration: Monsieur Gérard Monseux

TEC Hainaut
Place Léopold, 9a
B - 7000 Mons
Tél.: +32.(0)65.38.88.11
Directeur général: Monsieur Vincent Urbain
E-mail:
Président du conseil d'administration: Monsieur Daniel Senesael

TEC Liège-Verviers
Rue du Bassin, 119
B - 4030 Liège
Tél.: +32.(0)4.361.91.11
Directrice générale: Madame Isabelle Mewissen
E-mail:
Président du conseil d'administration: Madame Christine Defraigne

TEC Namur-Luxembourg
Avenue de Stassart, 12
B - 5000 Namur
Tél.: +32.(0)81.72.08.11
Directeur général: Monsieur Jean-Marc Servais
E-mail:
Président du conseil d'administration: Monsieur Maurice Bayenet

Société régionale wallonne du Transport
Avenue Gouverneur Bovesse, 96
B - 5100 Jambes
Tél.: +32.(0)81.32.27.11
Administrateur général: Jean-Claude Phlypo
E-mail:
Président du conseil d'administration: Monsieur Jean-François Ramquet

Articles connexes
Le TEC, Manager de la Mobilité
Les TEC: une offre diversifiée de mobilité
Le TEC bâtit avec vous dans vos communes

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 13-12-2018, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2018 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl