Retour à  la page d'accueil de l'espace Développement local - ADL

Initiation et participation à une recherch-action, en Ourthe-Amblève, en vue de créer un modèle innovant de circuit court pour une alimentation durable (développement d'une filière agro-écologique - phase 1) (ADL de Comblain-au-Pont)

Fiche-projet rédigée par l’ADL de Comblain-au-Pont dans le cadre de sa demande de renouvellement d’agrément pour la période 2014-2016 et mise à jour en mai 2014

Juin 2014
   ImprimerImprimer   

Description du projet

De mi 2012 à fin 2013, l'ADL de Comblain-au-Pont a accompagné un porteur de projet privé dans le rachat et la reprise de la Ferme du Halleux, suite à la vente de celle-ci dans le cadre d'une indivision.

Pour l'ADL, il y avait deux enjeux majeurs à suivre ce projet : d'une part, préserver l'unité du domaine (près de 35 hectares de parcelles agricoles attenantes certifiées bio) et éviter son morcellement lors de la vente ; d'autre part, maintenir, voire développer une activité agricole bio sur le site.

Le nouveau propriétaire étant chef d'entreprise dans un autre secteur d'activité et ayant une âme d'entrepreneur, l'ADL l'a encouragé à maintenir une exploitation partielle sur le site, à titre complémentaire. Dix-neuf hectares de prairies ont ainsi été retournés depuis l'hiver 2013 et sont depuis lors affectés à la culture de céréales bio (avoine, orge,...).

La ferme n'étant pas totalement exploitée par son nouveau propriétaire, l'ADL y vit une belle opportunité de réfléchir avec lui et plusieurs partenaires, au développement sur le site, d'un projet de production agroécologique innovant qui impliquerait à la fois des jeunes producteurs, dans une logique de circuit court et de développement durable, et des consommateurs soucieux de la qualité des produits.

L'idée de base était de proposer à la location des parcelles de culture pré-équipées à destination de jeunes producteurs ne disposant pas des moyens nécessaires à l'achat de surfaces agricoles ; et de favoriser le travail collaboratif entre eux, avec la possibilité à terme, de créer une coopérative de production permettant de mutualiser certains coûts et certains investissements .

Un appel à candidats fut lancé début 2013, notamment via le site internet de "Liège en transition" et plusieurs personnes "intéressées" se manifestèrent, mais aucun candidat ne répondit favorablement à la proposition. Le coût de la location des terres, la difficulté d'investir sur des terrains qui ne leur appartiennent pas, l'incertitude des revenus, la difficulté de se lancer, etc. sont autant de facteurs interdépendants qui conduisirent l'ADL et ses partenaires à reconsidérer le projet.

Le constat était clair : il ne suffit pas de disposer de parcelles de terre bio et de les proposer à la location pour attirer et encourager des jeunes (ou de nouveaux porteurs de projets) à se lancer dans une activité de production agroécologique alimentaire.

Pour encourager et stimuler une telle transition, il fallait être capable de créer et de proposer un modèle économique innovant et attractif, basé sur le développement d'une filière agroécologique rentable, en circuit court, dans la région.

Pour ce faire, il fallait que le projet soit construit à l’échelle d’un territoire plus large et porté par une structure locale de développement disposant des ressources suffisantes (capacité financière, ressources humaines, gestion administrative, etc.).

L'ADL a donc pris l'initiative de proposer au Groupement Régional Economique Ourthe-Amblève (www.greoa.be ) - qui joue un rôle équivalent à celui du "GAL Pays des Condruses" pour le territoire de l'Ourthe-Vesdre-Amblève - de se saisir de cette problématique agricole et de mener une "recherche-action", dont le but serait d'étudier et d'expérimenter des modes de production agroécologique innovants ; de proposer un nouveau modèle de petite exploitation agricole vivrière et contribuer ainsi au développement d'un circuit court pour une alimentation durable en Ourthe-Amblève.

Avec l'aide du GAL Pays des Condruses et de l'ADL, le GREOA a donc monté, en 2013, un dossier de demande de subvention auprès du Ministre wallon du Développement durable afin de financer la réalisation de cette recherche-action.

Le synopsys de cette recherche-action propose de traiter les deux composantes du circuit court alimentaire : le volet « production » ou « offre » d’une part et le volet « consommation » ou « demande » d’autre part.

Le premier volet – le plus important- sera consacré à l’étude d’un modèle de production innovant (agroécologique coopératif), abordant les composantes économiques, agronomiques et sociales de la production alimentaire.
Le deuxième volet sera quant à lui consacré à l’étude d’un modèle de consommation participatif et engagé, qui cherchera notamment à mobiliser et à impliquer les consommateurs.

Concrètement, le premier volet de la recherche-action vise à concevoir un plan d'affaires viable et rentable basé sur l'utilisation de techniques de production agroécologiques éprouvées et sur une planification adéquate de la production, tenant compte à la fois des saisons, des besoins des consommateurs et du meilleur rapport entre les coûts de production et la valeur ajoutée du produit.

Outre les dimensions agronomique et économique, l’étude se penchera également sur un aspect plus « social » du projet, lié au mode de gestion et à l’organisation de l’activité de production. L’idée est d’expérimenter puis de développer un mode de production collaboratif entre producteurs, basé sur le principe du compagnonnage.

La recherche portera également sur les retombées économiques et sur le potentiel d’emplois
découlant du modèle.

Le second volet proposera différents modes de participation des consommateurs à l’économie du circuit court alimentaire (cf. infra « Objectifs »).

En parallèle à cette recherche-action, le GREOA, le GAL du Pays des Condruses et l’ADL collaborent depuis le mois d’août 2013 au montage d’un outil complémentaire qui devrait permettre de concrétiser le modèle. Il s’agit d’un projet de coopérative, cofinancée par des citoyens selon le principe du crowdfunding, et dont la finalité sociale serait de produire AVEC les petits producteurs selon un principe de partage et de mutualisation des ressources .

La recherche-action, qui a débuté le 1er avril 2014 et se clôturera le 31 décembre 2014, expérimentera ce principe de compagnonnage ainsi que différentes techniques de production agroécologique (du maraîchage, des petits élevages, etc.) sur des sites laboratoires appartenant à des producteurs partenaires en Ourthe-Amblève. L’objectif est de délivrer un rapport détaillé, comportant des données chiffrées, afin de proposer un modèle concret et innovant de « petite ferme vivrière durable » qui pourrait être décliné et mis en oeuvre par des petits producteurs locaux avec le soutien éventuel de la future coopérative « Les Compagnons de la terre ». Celle-ci aura en tout cas pour rôle de proposer ce nouveau mode de production solidaire visant à faciliter le développement et l’essaimage de petites unités de production agroécologique en Ourthe-Amblève.

Objectifs en termes de création d'activité économique et de création d'emploi

Volet 1 : créer un modèle de production alimentaire local innovant

L’objectif opérationnel de la recherche-action sera de fournir à la coopérative « Les Compagnons de la terre » un plan d’affaires comprenant, outre les dimensions économique et sociale de gestion de l’entreprise, un programme de production détaillé qui pourra servir d’aide à la production pour tous les petits producteurs locaux, en phase de lancement, voire même en formation. Il s’agit donc de fournir un véritable outil d’aide à la production.

Sur base d’un profil répondant aux besoins de la recherche-action (ingénieur agronome disposant de compétences en agroécologie), un chercheur a été engagé à mi-temps au terme d’un appel public à candidatures. Ce dernier a commencé le 1er avril 2014.

En outre, grâce à un dossier de demande de subvention sollicité par le GREOA avec le soutien de l’ADL et du Réseau Ceinture Aliment-terre, une personne de la région a pu être engagée à temps plein, pour six mois, dans le cadre d’un Programme de Transition Professionnelle (PTP). Celle-ci sera chargée de réaliser les travaux d’expérimentation sur le terrain.

Volet 2 : créer un modèle de consommation participatif et engagé

Un des aspects innovants du projet est la volonté d’associer la population locale, les consommateurs, à l’élaboration du circuit court. Il ne suffit pas de créer une offre pour susciter une demande. Un important travail de sensibilisation et de mobilisation doit être entrepris dès le début, pour associer les consommateurs de manière responsable au travail du producteur. Il s’agit de recréer un lien direct, sans intermédiaire, entre les comportements de consommation alimentaire et le travail de la terre, la production et la transformation des produits locaux, dans le respect de la nature du sol, du terroir et des saisons. L’enjeu est de modifier les comportements d’achat et de consommation des produits locaux, en circuit court, en réapprenant le calendrier des saisons, mais également en donnant une valeur économique réelle aux produits. Le circuit court implique un commerce équitable où le consommateur doit être prêt à payer le juste prix. Il doit donc connaître le mode de production, en comprendre les enjeux et les moyens, voire participer au financement de ceux-ci.
C’est le principe du crowdfunding qui sera à la base du cofinancement de la coopérative « Les Compagnons de la terre » (voir fiche dédiée). Si les consommateurs deviennent copropriétaires de la coopérative de production, ils comprendront la nécessité économique d’un système de préachat des paniers tel que celui qui est pratiqué en France dans les AMAP. Ce modèle de consommation citoyenne, responsable et participative nécessite un travail de communication, à l’instar du travail réalisé par la coopérative liégeoise « Vin de Liège » . Cette campagne de communication participative basée sur la présentation du projet, la mobilisation de l’épargne citoyenne et l’organisation d’un système de préachat de paniers sera réalisée dans un second temps.

Public concerné

Pour le volet 1 : les petits producteurs locaux, les porteurs de projet souhaitant se lancer comme indépendants dans la petite production vivrière, les propriétaires de terrains agricoles et la future coopérative de production agroécologique « Les Compagnons de la terre » ;

Pour le volet 2 : les citoyens, les consommateurs locaux, mais également les intermédiaires que sont les commerçants locaux et le secteur de la grande distribution (via des initiatives inspirantes telles que celle menée par l’asbl CPL Promogest en Province de Liège par exemple).

Porteur du projet

L’asbl GREOA a accepté de monter le projet avec l’aide de l’ADL et du GAL « Pays des Condruses ». Elle est le bénéficiaire de la subvention et organise à ce titre la recherche-action depuis le 1er avril 2014. Elle a instauré en son sein une Commission « Agriculture » qui suit le projet. Elle a engagé un ingénieur agronome à mi-temps et une personne en contrat « PTP » à temps plein pour toute la durée de l’étude, soit jusqu’au 31 décembre 2014.

Rôle de l'ADL

L'ADL est à l'initiative du projet (cf. supra « Descriptif du projet »), mais celui-ci n’a pu se construire et se concrétiser que grâce au partenariat instauré avec le GAL du Pays des Condruses, le GREOA,l’agence-conseil AGES, le réseau Ceinture Aliment-Terre Liégeoise, et le soutien de la Wallonie via le Ministre du Développement durable et le Ministre de l’Emploi et de l’Economie.

L'ADL participe désormais à la Commission « Agriculture » du GREOA qui pilote la recherche-action.

Elle a lancé un groupe de travail avec d’autres ADL au sein du réseau « Ceinture Aliment-Terre liégeoise ».

Elle poursuivra son travail d'accompagnement des petits producteurs locaux en les mettant en contact avec le GREOA et avec le futur modèle issu de la recherche-action.

Elle participera à la création de la coopérative « Les Compagnons de la terre » (cf. fiche dédiée).

L'ADL servira également de relais, une fois la production lancée, auprès des autres acteurs économiques locaux qui pourraient devenir les clients de ce nouveau circuit court (commerces de détails, grandes surfaces, restaurants, etc.).

Rôle de chaque partenaire (public, privé, associatif)

Publics :

  • la Commune de Comblain-au-Pont, via son ADL : a soutenu l’initiative et suscité, en tant que membre du GREOA, la prise en charge du projet par celui-ci.
  • le Ministre wallon du Développement durable (2013) : a octroyé le subside qui permet au GREOA de financer cette recherche-action.
  • le Ministre wallon de l’Economie et de l’Emploi (2013) : a octroyé le subside « P.T.P. » qui a permis au GREOA d’engager une personne de la région à temps plein pour toute la durée de la recherche-action.

Privés :

  • les petits producteurs locaux, les propriétaires de parcelles agricoles disponibles.
  • l’UCL : dans le cadre d’un Projet pilote d’expérimentation d’une « Boutique de sciences» (www.boutiquedesciences.be) qui vise à assurer l’interface entre la recherche et l’expertise scientifique, et les besoins en recherche des structures associatives ou petites entreprises porteusesde dynamiques et pratiques innovantes dans les domaines de l’environnement et de l’agriculture.

Une stagiaire collabore à la première phase de la recherche-action. Cette collaboration vise à établir une première approche du modèle de production qui sera adopté par la future coopérative "Les Compagnons de la Terre". Lors de cette première analyse, la stagiaire abordera l’étude sous un angle économique, étroitement relié à la notion de circuit-court, avec pour objectif premier de permettre au producteur de vivre de son métier. Par après, l'analyse se complexifiera avec l’introduction de paramètres agronomiques. Cette première analyse économique se clôturera fin mai par la présentation théorique et argumentée d’un plan de « petite ferme vivrière ».

  • la future coopérative « Les Compagnons de la terre » (projet toujours à l’étude, avec l’accompagnement de l’agence-conseil en économie sociale Agès) : exploitera les résultats de la recherche-action qu’elle se destine à mettre en œuvre avec les petits producteurs partenaires.
  • les citoyens : seront consultés dans le cadre du second volet de la recherche-action visant à expérimenter un mode de consommation participatif et engagé pouvant aller jusqu’au cofinancement (« crowdfunding ») de la future coopérative de production.
  • les membres de la Commission agricole du GREOA qui participent au comité de pilotage de la recherche-action, dont des représentants du secteur agricole, du secteur privé de la grande distribution, des mandataires politiques, des entrepreneurs d’économie sociale, … et l’ADL.

Associatifs :

  • le GREOA : porteur du projet
  • le GAL Pays des Condruses : partenaire initial et structurel. A contribué de manière étroite, dès le début, au montage et au financement du projet par la collaboration de son ingénieur agronome et le relais du projet vers le réseau Ceinture Aliment-terre liégeoise. Le GAL a facilité l’accès du projet aux différents subsides obtenus par le GREOA. Sur le plan technique, le GAL a également apporté son expertise, grâce à une expérience précieuse acquise via plusieurs projets : le lancement et le développement du projet « Point Vert » (mise à disposition de terres agricoles et accompagnement de futurs maraîchers avec la couveuse Créa'Job) ; la création du projet de coopérative « Point Ferme » (www.pointferme.be) ; des recherches sur l’agroforesterie en Wallonie ; etc.
  • Agès : accompagne le projet de création de la coopérative « Les Compagnons de la terre » dans le cadre d’un financement octroyé au réseau Ceinture Aliment-Terre Liégeoise.
  • Le réseau "Ceinture Aliment-Terre liégeoise" qui regroupe plusieurs associations dont le GAL Pays des Condruses, Barricades, Exposant D, Point Ferme, les agences conseils Ages et Propages, ...

Soutient le projet en prenant en charge les frais relatifs à l'accompagnement du projet de coopérative.

Grandes étapes de réalisation prévues

À court terme (2014-2015) :

  • Le synopsis de la recherche-action a été élaboré par le GREOA en collaboration avec l’ADL et le GAL Pays des Condruses en juillet 2013.
  • Le subside du Ministre pour la recherche-action a été notifié fin mars 2014.
  • Engagement du chercheur agronome au 1er avril 2014
  • La recherche-action a débuté le 1er avril 2014 et se clôturera le 31 décembre 2014
  • Engagement de la personne P.T.P. début mai 2014
  • Instauration de la Commission agricole début mai 2014
  • Une première phase de recherche théorique se clôturera fin mai
  • Les premières expérimentations sur le terrain débuteront au mois de mai
  • Monitoring des expérimentations jusqu’à l’automne
  • Analyse continue des résultats et confrontation avec le modèle théorique jusqu’à l’automne
  • Novembre-décembre 2014 : rédaction et présentation du rapport final.
  • 2015 : mise en œuvre du modèle par la future coopérative « Les Compagnons de la terre » avec les petits producteurs partenaires.

Perspectives à moyen et long terme :

Une deuxième phase du projet consisterait en un essaimage du « modèle de circuit court pour une alimentation durable ».

Le projet pourrait faire l’objet de partage d’expériences avec d’autres régions, par exemple dans le cadre d’un projet Interreg 2014-2020 .

L’objectif de cette phase 2 serait de pouvoir construire, avec les producteurs partenaires, une véritable formation professionnelle à destination de futurs producteurs en agroécologie.

Enfin, il serait sans doute pertinent que le futur Programme Wallon de Développement Rural (PWDR) pour la programmation 2014-2020 contienne une mesure spécifique en faveur de la création de circuits courts pour une alimentation durable, qui pourraient s’appuyer sur l’expérience menée par le GREOA en Ourthe-Amblève.

Coûts estimé et mode de financement

Budget estimatif de la recherche-action :

Postes :
- Personnel : 17.500 €
- Fonctionnement : 12.500 €
- Expertise externe : 12.500 €
- Opération participative : 17.500 €.

Subvention : 60.000 €.

----------

  1. Ce projet initial visait donc à favoriser l'implantation de petits producteurs, de manière complémentaire au
    projet "Point vert" initié à Strée par le GAL du Pays des Condruses (www.galcondruses.be).
  2. Le GREOA dispose d’une expérience dans le domaine, acquise de 1989 à 1993, lors de l’élaboration d’un projet de « Plan de Développement Intégré » (PDI) intitulé « Développement d’un outil pour la gestion intégrée
    des exploitations et des terroirs du Sud-Est de la Belgique ». Depuis, le GREOA a développé un lien fort avec le
    Comice Agricole d’Ourthe-Amblève et les agriculteurs sont bien représentés au sein de son Bureau exécutif.
    Conformément aux statuts du GREOA, (article 15 bis), une Commission agricole sera réactivée en son sein et
    pourra jouer un rôle de comité de pilotage de la recherche-action.
  3. Ce projet de coopérative, initialement intitulé « AGROECOOP » puis rebaptisé « Les Compagnons de la terre »,
    bénéficie de l’accompagnement de l’agence-conseil en économie sociale Agès, en tant que projet pilote soutenu par le réseau Ceinture Aliment-terre liégeoises (www.catl.be). L’ADL a rédigé une fiche-action spécifique à ce projet.
  4. Celui-ci comportera la liste du matériel et des fournitures à acquérir, un plan de cultures, un calendrier des
    semis et des récoltes, une liste d’actions d’entretien à réaliser, le programme des rotations, les associations à
    favoriser, etc.
  5. www.vindeliege.be est également membre du réseau Ceinture Aliment-terre liégeoise.
  6. Le GREOA dispose déjà d’une expérience probante dans la coopération via son expérience d’antenne
    Eurégionale du projet TETRRA financé dans le cadre du fonds européen INTERREG IV : http://www.greoa.be/tetrra/

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 22-11-2019, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2019 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl