Retour à  la page d'accueil de l'espace CPAS/Fédération des CPAS

Les actions de la Fédération des CPAS

8 octobre 2003

Non au contrôle sans nuance des chomeurs - Pas de transfert vers les CPAS

-Communiqué de presse-

La Conférence sur l'emploi envisage de durcir le contrôle de la disponibilité des chômeurs en ayant pour objectif de sanctionner les chômeurs de longue durée qui ne recherchent pas activement un emploi.

La Fédération des CPAS de l'Union des villes et Communes de Wallonie ne peut qu'appuyer les réactions du Ministre de l'Emploi et de la Formation, Monsieur Philippe Courard qui insiste de manière pertinente sur la nécessité de prendre le temps de la réflexion et de distinguer tant les difficultés régionales respectives que la variété des situations concernées.

En effet, sur le principe, il nous paraît inconcevable que le Forem, dans son rôle d'accompagnateur social (nécessitant une relation de confiance), puisse jouer un rôle policier.

Dans les faits, il y a lieu d'examiner avec précision les raisons pour lesquelles une personne soit ne trouve pas d'emploi, soit ne parvient pas à suivre une formation.

Dans cette analyse, il y a lieu de tenir compte de différents éléments sur lesquels les demandeurs d'emploi n'ont pas prise:

  • l'offre de travail;
  • l'offre de formation.

Dans certaines sous-régions, le manque d'offre de travail est structurel.

Dans d'autres, des demandeurs d'emploi motivés et dynamiques viennent ajouter leur nom sur des listes d'attente pour participer à des formations.

De plus, le précédent gouvernement a développé un vaste programme de lutte contre la pauvreté qui s'articulait sur, notamment, le renforcement de la sécurité sociale par son "Programme Printemps" qui assouplit les sanctions en matière de chômage.

Pourquoi? A l'époque, près d'un tiers des demandeurs de minimex résultait d'une sanction administrative de l'Onem. Ce qui provoquait un transfert du chômage vers les CPAS puisque ces personnes sanctionnées et sans ressources n'avaient pour autre solution que de s'adresser au CPAS.

Le précédent gouvernement avait reconnu que ce transfert se chiffrait à 3,2 milliards de francs pour les CPAS belges.

Renforcer le contrôle des chômeurs sans réflexion approfondie et concertée, ce serait:

  • faire la chasse aux sorcières;
  • annuler les efforts du précédent gouvernement;
  • provoquer des transferts de charge pour les CPAS et donc les communes belges.

Nous demandons au Gouvernement fédéral et plus particulièrement au Ministre de l'Emploi et des pensions, Monsieur Frank Vandenbroucke, de prendre le temps de mener, en partenariat avec tous les acteurs concernés, une réflexion plus approfondie permettant de dégager des solutions constructives.

C'est avec vigueur que nous soutenons le Gouvernement wallon et plus particulièrement le Ministre de l'Emploi et de la Formation, Monsieur Philippe Courard dans ses réactions.


Claude Emonts
Président de la Fédération des CPAS

 
Ce document, imprimé le 17-09-2019, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2019 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl