Retour à  la page d'accueil de l'espace CPAS/Fédération des CPAS

Les actions de la Fédération des CPAS

21 juin 2004

La Fédération des CPAS et l'Union des Villes et Communes de Wallonie rencontrent le Formateur

Ce 21 juin 2004, le Formateur des gouvernements wallon et communautaire, Elio Di Rupo, a rencontré le Président de l'Union des Villes et Communes de Wallonie, Willy Taminiaux, et le Président de la Fédération des CPAS, Claude Emonts. Ce fut l'occasion pour le Président de l'Union de rassembler les axes essentiels du mémorandum de l'Union autour de la démocratie de proximité, moyen efficace de lutte contre la montée des intolérances. L'action des communes et des CPAS a, notamment, besoin d'un pacte de stabilité financière.

La Fédération des CPAS a présenté au Formateur les axes principaux de son Mémorandum régional et communautaire, à savoir :

  • le respect scrupuleux de règles de principes;
  • des domaines d'investissement régionaux à privilégier;
  • la vigilance concernant le nouveau dispositif pour les chômeurs.

Au niveau de règles de principe, la Fédération a rappelé les revendications suivantes: aucune mission nouvelle ou complémentaire ne peut s'envisager sans un financement nouveau et idoine; aucun transfert de tâche n'est acceptable si celui-ci ne connaît pas une relation immédiate avec la mission générale des CPAS qui est d'assurer la dignité humaine, respect de la logique du "décideur – payeur"; maintien et renforcement de l'autonomie de décision qui est indispensable à l'action menée par les CPAS. Cette autonomie va de pair avec une amélioration des liens entre le CPAS et la commune; pour ce faire, il faut utiliser à bon escient les mécanismes institutionnels existants ainsi qu'une plus grande ouverture du CPAS sur l'extérieur tout en préservant une stricte confidentialité de ses débats.

Quant aux domaines d'investissement à privilégier, la Fédération a abordé l'insertion sociale et professionnelle et les personnes âgées. Pour le premier, fut expliqué que les autorités politiques ont mis en avant, à juste titre, ces dernières années l'insertion socio-professionnelle comme un des moteurs de la lutte contre l'exclusion. Cependant, la Fédération ne peut que regretter que cette mise en évidence de la mission d'insertion ne soit pas suffisamment suivie de moyens financiers. Or, cette mission - qui est devenue mission légale - demande énormément de moyens humains et financiers. Cela d'autant plus que l'on se rend compte du fait que l'insertion professionnelle ne peut se réaliser qu'avec son corollaire qu'est l'insertion sociale.

En ce qui concerne les personnes âgées, le maintien à domicile a été encouragé afin de limiter la prise en charge en institutions (hôpitaux, MR, MRS, etc.). Il répond au souhait des personnes de vivre à domicile. Il connaît des évolutions profondes et durables: vieillissement de la population, fragilisation sociale et financière des publics aidés, développement de l'accompagnement en fin de vie. L’aide à domicile est aussi un instrument de politique préventive qui permet d’éviter l’aggravation d’un problème individuel ou familial. A ce titre, elle contribue à l’autonomie et à l’intégration des personnes et constitue une source d’économie à long terme. Ce pourquoi, nous avons expliqué que la réponse aux demandes n'est possible que si la viabilité financière des services est assurée. La Région a décidé la révision générale des barèmes et les services publics doivent y faire face avec un personnel à ancienneté élevée. Un effort significatif et bienvenu a été réalisé par le précédent Gouvernement pour tenir compte de ces charges spécifiques. Leur couverture n'est cependant pas encore assurée, en particulier celle liée à l'évolution de carrière.

Il est donc indispensable que le prochain Gouvernement continue l'effort entrepris.

Enfin, la Fédération a attiré l'attention du Formateur sur le risque réel de transfert de charges vers les CPAS suite au nouveau dispositif qui entre en vigueur pour les chômeurs. A ce propos, aucun transfert ne peut s'opérer, l'Onem doit assumer financièrement les conséquences de ses décisions, et tous les chômeurs de Wallonie doivent bénéficier d'un accompagnement individualisé plus professionnel et mieux suivi en vue d'une meilleure insertion professionnelle. C'est un des éléments qui permet aussi de lutter contre toute forme d'extrémisme.

Le Mémorandum régional et communautaire de la Fédération des CPAS a été remis en mains propres au Formateur.

 
Ce document, imprimé le 16-09-2019, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2019 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl