Crise de la peste porcine africaine: des prêts à taux zéro pour soutenir les communes

Actualité du 21 Décembre 2018

   ImprimerImprimer   

Le 13 septembre 2018, l’AFSCA confirmait l’existence de deux cas de sangliers porteurs du virus de la peste porcine africaine dans la commune d’Etalle. Depuis lors, plus de 230 sangliers ont été déclarés porteurs du virus dans le sud de la province du Luxembourg. En vue de freiner la propagation de la maladie, le Gouvernement wallon a pris diverses mesures de confinement. Afin d’éviter tout risque de propagation accidentelle par l’homme, le Gouvernement wallon a ainsi notamment interdit la circulation dans la forêt ainsi que toute forme d’exploitation forestière dans les zones noyau et tampon. Cette zone de 41.746 hectares couvre, en tout ou en partie, le territoire de treize communes (Arlon, Aubange, Chiny, Etalle, Habay, Meix-devant-Virton, Messancy, Musson, Rouvroy, Saint-Léger, Rouvroy, Tintigny et Virton).

Bien que les mesures de sécurité prises par le Gouvernement wallon soient légitimes, l’Union des Villes et Communes de Wallonie est inquiète pour les communes concernées par cette crise sans précédent. En effet, les communes comptent sur un certain nombre de rentrées financières, dont celles des ventes de bois, pour alimenter leur budget. Une rencontre entre Madame la Ministre De Bue, Monsieur le Ministre Colin et les représentants des treize communes a donc été organisée, au cours de laquelle l’Union des Villes et Communes de Wallonie a sollicité l’aide de la Région afin de réduire l’impact financier de la crise. Madame la Ministre De Bue y a répondu favorablement en proposant aux communes touchées par la peste porcine africaine des prêts à taux zéro afin de faire face au report des recettes relatives aux ventes de bois, pour 2018 mais également pour 2019, ce que nous saluons.

Par ailleurs, nous appelons les communes concernées à tenir un inventaire des autres pertes financières qui pourraient subvenir suite à la crise de la peste porcine africaine. Nous pensons, par exemple, aux pertes dues aux scolytes et amplifiées par les interdictions, aux pertes liées au non-exercice de la chasse, aux dépenses en plantation mises à mal, aux travaux du sol à recommencer, à la régénération naturelle à relancer, etc.

Facebook Twitter Google Plus Linkedin
 
Ce document, imprimé le 25-06-2019, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/plan-du-site/disclaimer.cfm
© Union des Villes et Communes de Wallonie asbl
Contact  | Liens utiles  |  Données personnelles & cookies  |     ©   2019 Union des Villes et Communes de Wallonie asbl