FAMI 53 : Accompagner toute personne migrante vulnérable - ayant un casier judiciaire - en termes d'intégration sociale (Wallonie et Bruxelles)
Ce document, imprimé le 27-09-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Etrangers

FAMI 53 : Accompagner toute personne migrante vulnérable - ayant un casier judiciaire - en termes d'intégration sociale (Wallonie et Bruxelles)

Volet Travail en réseau - Emploi

Objectifs

Au bout de la journée acteurs de l’insertion socioprofessionnelle et les travailleurs sociaux du milieu associatif de mieux connaître les règles de protection de la vie privée qui s'appliquent aux personnes ayant un casier judiciaire, notamment lorsqu'il s'agit de travailleurs migrants, de ressortissants de pays tiers et de primo-arrivants, qui aspirent à une meilleure intégration sociale et socioprofessionnelle.

Les personnes dites « primo-arrivants »  et/ou d’origine étrangère constituent un public qui augmente dans les CPAS. En plus d'une connaissance des complexités juridiques, l'accompagnement de ce public particulier confronte également les travailleurs sociaux à des problématiques sociales, interculturelles, socio-professionnelles, ainsi que de souffrance psychosociale.  

Cette formation cible l'analyse des enjeux, de pratiques et du rôle des travailleurs sociaux dans l'accompagnement des personnes ayant un casier judiciaire.

Contenu

Dire qu'un casier judiciaire est une double peine est un euphémisme : le casier judiciaire d'une personne impactte toute sa vie.

Il s'agit des informations que les employeurs veulent connaître et obtenir régulièrement pendant le processus de recrutement.

Parmi ces employeurs, figurent les CPAS, les maisons de repos, les hôpitaux et/ou les administrations publiques comme les communes.

Pendant la journée de formation le formateur co-construira des réponses à ces questions:

  • Si une personne qui a commis des actes condamnables, et qui a payé sa dette à la société, ne peut pas travailler, que lui reste-t-il à faire ?
  • Et si le CPAS et/ou si la commune, refusait de recruter des personnes ayant un casier judiciaire, qui d'autre sera prêt à le faire ?
  • Si nous étions à la place de l'une de ces personnes, devrions-nous accepter de fournir à notre employeur un extrait de notre casier judiciaire ? 
  • Travaillant dans le domaine social, certain.es ont dû montrer leur casier judiciaire lors de leur recrutement : pour quelle raison ?
  • Est-il légal de demander un casier judiciaire "vierge" ? 
  • Et si la personne refuse de le présenter, quelles sont les conséquences ? Et surtout, que doit et peut faire le CPAS ?
  • Quels outils et stratégies peuvent être mis en place pour accompagner la démarche d’insertion socioprofessionnelle des personnes ayant un casier judiciaire, notamment lorsqu'il s'agit de travailleurs migrants, de ressortissants de pays tiers et de primo-arrivants ?
  • Les travailleurs sociaux sont-ils dans les conditions de pouvoir juger l'histoire judiciaire d'une personne ? 
  • Comment tout ceci s'inscrit-il dans le cadre du nouveau règlement sur la protection de la vie privée ?

Méthodologie

Pendant la formation, les questions des participants seront au cœur d'une pédagogie active : les apports théoriques seront utilisés pour analyser les situations problématiques rencontrées par les participants.

Cette méthode se base sur l'observation, la comparaison, la contextualisation, l'analyse de cas, l'auto-évaluation et l'échange d'expériences.

Dans ce cadre, l’objet de la formation est un savoir qui se construit ensemble. Au lieu de partir de l’exposition de formules théoriques, en laissant aux participants le soin de les appliquer dans la réalité, le formateur se base sur les expériences, les connaissances et les situations des participants, pour construire avec eux des modèles et des pratiques de résolution de problèmes.

Cette formation virtuelle interactive sera soutenue par de la facilitation graphique et visuelle afin de favoriser l'apprentissage et la dimension humaine des échanges.

Public cible

Travailleurs sociaux des CPAS bruxellois;

Travailleurs sociaux issus du milieu associatif/ONG bruxellois.

Voir la page de cette formation dédiée aux travailleurs sociaux wallons.

Formateur(s) / Intervenant(s)

Carlo CALDARINI est socio-économiste et docteur en pédagogie. Auteur de plus de 80 publications, il est aujourd’hui responsable des études et de la recherche sociale d’un des plus grands CPAS de Belgique. Il est également chercheur formateur à l’Espace Sémaphore, Centre de psychologie et de sociologie interculturelle, et collabore avec l’Institut de Recherche de Formation et d’Action sur les Migrations (IRFAM).

PARTENAIRES

Nos formations dans cette matièreVoir le catalogue complet

Dates et lieux

Le 3/4/23 (à distance)
De 9h00 à 16h00
Il reste 15 place(s) disponible(s)
GRATUIT

Durée

Un jour

Organisé par

Fédération des CPAS

Renseignements

Claudine Ska
Tél: 081/24.06.56