Programme de coopération internationale communale 2017 - 2021 : L’évaluation externe finale invite à un saut d'échelle
Ce document, imprimé le 25-09-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 19 Juillet 2022

Comme il se doit, la phase 2017-2021 s’est clôturée par son évaluation externe, réalisée par le CIEDEL (Centre International d’Etudes pour le Développement – Université Catholique de Lyon).

Celle-ci a posé, de manière générale et par pays, de nombreux constats, analyses, avis et recommandations, lesquels ont eux-mêmes été largement commentés par le Comité de pilotage de cette évaluation, composé de membres de l’UVCW, de Brulocalis et de deux organisations externes au Programme, issues du monde académique et de la coopération non gouvernementale.

Il est évidemment très difficile de résumer en quelques lignes la teneur d’un rapport aussi vaste et nous ne relèverons ici que quelques-uns de ses principaux éléments.

 Ainsi du côté des constats, le rapport met en avant :

  • Le réel positionnement institutionnel du Programme en appui aux communes, lequel contribue à la durabilité des actions et des services mis en place,
  • Un engagement fort des agents municipaux impliqués dans le Programme, qui ne ménagent ni leur temps et ni leur énergie,
  • L’atteinte de résultats tangibles, malgré des budgets très limités,
  • La mise en place opérationnelle de pans entiers d’actions de renforcement de l’action municipale dans des domaines bien précis, tels que la mobilisation des ressources propres des communes, le développement de services d’action sociale, ou encore l’état civil, ce qui se manifeste par une amélioration notoire de la qualité du service au citoyen (fiabilité, rapidité, accueil…).

Il souligne également le fait que la mise en œuvre du Programme soit confiée à des coordinateurs communaux, régionaux et nationaux qui font majoritairement partie des équipes municipales assure effectivement l’ancrage et la pérennité des actions menées.

Evidemment, apparaissent aussi de nombreux points d’amélioration et recommandations, dont plusieurs ont été jugés partiellement, voire totalement, pertinents et réalistes par le Comité de pilotage. Nous relèverons, sans être exhaustifs, que les évaluateurs invitent le Programme à :

  1.  Pour les pays partenaires du Programme où cela n’a pas été intégré à l’approche stratégique 2022-2026, passer d’une logique axée sur les anciens Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui concernaient les pays les plus pauvres, aux actuels Objectifs de Développement durable (ODD), qui donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous les pays du globe,
  2.  Passer de l’appui à des actions à l’appui à des politiques, en soutenant l’élaboration et le suivi des Plans de Développement communaux (PDC), mais en veillant toujours à respecter la légitimité démocratique des autorités en place,
  3.  Passer, tel que cela est déjà en cours d’implémentation dans certains pays, à une approche territoriale du développement,
  4.  Envisager des sauts d’échelle, notamment en mutualisant, valorisant et diffusant les savoirs et les savoir-faire par la capitalisation,
  5.  Recourir davantage à l’analyse financière comme critère de priorisation des actions,
  6.  Renforcer plus en profondeur et actualiser les compétences des coordinateurs,
  7.  Mettre en place des mécanismes de valorisation des fonctions de coordination pour les pays où ceux-ci n’existent pas encore,
  8.  Renforcer le dispositif de pilotage partagé via le suivi partagé des IOV (Indicateurs Objectivement Vérifiables),
  9.  Poursuivre le plaidoyer auprès des instances nationales pour que les financements du Programme transitent par les budgets des municipalités africaines,
  10. Clarifier la répartition des rôles et responsabilité des acteurs et des instances, étant donné le nombre accru d'intervenants attendus de jouer un rôle significatif dans un contexte de coopération internationale s'incrivant de manière renforcée dans une approche territoriale.

 L’UVCW s’attellera bien sûr, en concertation avec ses partenaires de tous pays, à affiner l’analyse des constats et recommandations de l’évaluation et à réfléchir, dans la mesure du possible et des moyens de chacun, la mise en application concrète de celles-ci.

 Pour prendre connaissance du rapport d’évaluation complet, en ce compris la réponse managériale (en pages 163 et suivantes), cliquez https://www.uvcw.be/no_index/files/9248-rapport-d-evaluation-externe-finale-pcic-2017-2021.pdf

L'auteur

Isabelle Compagnie

Chef du Service international à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Annonces publicitaires - Vous souhaitez annoncer?

Nos formations dans cette matièreVoir le catalogue complet

Date de mise en ligne
19 Juillet 2022

Type de contenu

Matière(s)

Europe/international
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Europe/international