Petite enfance - Infrastructures: retour de terrain et suivi de l’UVCW vers la Ministre
Ce document, imprimé le 17-08-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 28 Octobre 2021

Comme précisé dans l’avis que son Conseil d’administration a rendu le 27 avril 2021 concernant le Plan de transition des infrastructures de la petite enfance - Programme de création et de rénovation, l’UVCW a questionné ses membres afin qu’ils relèvent les retours de terrain (clés de réussite, freins, abandon, piste de solution...) relatifs aux précédents Plan Cigogne.

L’UVCW a depuis transmis ses conclusions à Valérie De Bue, Ministre ayant en charge les infrastructures de la petite enfance, afin qu’elle puisse en prendre bonne note lorsqu’elle mènera une actualisation des réglementations relatives aux infrastructures de la petite enfance.

Une problématique soulevée à de nombreuses reprises réside dans le manque de subside de fonctionnement. En effet, certains pouvoirs locaux, gérant un milieu d’accueil, relayent qu’il serait primordial de maintenir les places d’accueil déjà ouvertes avant d’en créer d’autres. Le manque de subsides de fonctionnement et d’aides à l’emploi constitue donc un premier frein.

Ensuite, certains trouvent dommageable de devoir faire attendre des familles (jeunes parents), pour augmenter leur nombre de places d’accueil si pendant X année aucune nouvelle programmation n’est lancée. Cette contrainte de devoir attendre qu’une programmation soit lancée pour que le milieu d’accueil puisse augmenter son nombre de places, et donc répondre aux besoins des familles, constitue le deuxième frein. Il serait judicieux, au vu du manque criant de places d’accueil, de ne pas attendre des années entre deux programmations.

D’autres pouvoirs locaux, dont ceux qui délèguent la gestion de leur milieu d’accueil à une intercommunale, regrettent qu’ils ne puissent pas bénéficier de subsides à l’infrastructure, car il n’y pas d’unicité entre le demandeur de subsides et le gestionnaire, alors qu’en pratique, tous les frais et les responsabilités liés au bâtiment incombent à la commune ou au CPAS, et non au gestionnaire.

Il serait donc opportun, lors de l’actualisation de la réglementation, de prendre en compte ce type de fonctionnement et de permettre l’obtention d’un subside sans qu’il soit nécessaire que le demandeur de la subvention soit également le gestionnaire du milieu d’accueil, et donc de supprimer cette condition d’unicité entre le demandeur de subside et le gestionnaire.

Enfin, plus spécifiquement, les CPAS sont demandeurs qu’une communication en amont puisse être effectuée vers un public plus vulnérable, qui n’est pas au fait des démarches préalables à l’entrée d’un enfant dans un milieu d’accueil et des effets bénéfiques de la socialisation aux contacts de pairs sur l’enfant. Cette dernière demande est en lien avec la fiche relative au plan de transition des infrastructures de la petite enfance dont la Ministre a obtenu un accord de l’Europe pour sa mise en oeuvre dans le cadre du plan de relance.

L’UVCW a enfin souhaité rappeler à la Ministre qu’au vu des délais très courts imposés par l’Europe pour la réalisation des projets, elle est à sa disposition pour relayer l’appel à projets une fois qu’il sera finalisé.

L'auteur

Tanya Sidiras

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Date de mise en ligne
28 Octobre 2021

Auteur
Tanya Sidiras

Type de contenu

Matière(s)

Jeunesse/petite enfance
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Jeunesse/petite enfance