Ce document, imprimé le 27-10-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

SAFA – Quarantaine, testing et matériel de protection

Mis en ligne le 4 Novembre 2020

1. La Fédération des CPAS salue la prolongation de la période d’immunisation jusqu’au 31 mars 2021 ainsi que la compensation de perte de quotes-parts bénéficiaires pour la période du 26 octobre 2020 au 1er janvier 2021. Elle apprécie aussi que le secteur de l’aide à domicile bénéficie de la modification de la règle en terme de quarantaine des personnes asymptomatiques décidée par la CIM Santé du 28 octobre.

2. La multiplication de certificats de quarantaine est la source d’un absentéisme grandissant. Une note synthétisant le cadre d’application de la quarantaine pour le secteur a été rédigée. La Fédération des CPAS insiste pour que cette note quarantaine dans sa déclinaison plurisectorielle soit finalisée dans les meilleurs délais.

Suite à la CIM du 28 octobre, les professionnels de la santé et du bien-être peuvent dorénavant être testés le cinquième jour après le jour où un contact étroit a eu lieu avec une personne testée COVID-19. Bénéficient-ils alors bien d’une priorité pour les analyses de laboratoire ? En effet, si le test est fait et que le résultat « tarde », l’absence perdure.

Des décisions et pratiques assez disparates existent en matière de mise en quarantaine et de certificat médical. Une sensibilisation du corps médical aux conséquences de ces disparités via les associations professionnelles de médecins a été proposée. Une initiative en ce sens a-t-elle été prise ?

3. Un stock stratégique de matériel de protection a été constitué au niveau wallon. C’est une bonne chose. En raison de la deuxième vague, des difficultés sont apparues pour obtenir les quantités nécessaires de certains matériels. Selon quelles modalités et sous quelles conditions les services peuvent-il accéder à ce stock ?

4. A l’heure actuelle, aucun financement pour le matériel de protection n’existe dans les forfaits finançant les services. Un financement structurel pour ce matériel apparaît comme une nécessité. La Fédération des CPAS souhaiterait pouvoir avancer de façon diligente en ce sens de sorte qu’une intervention pour les EPI existe en 2021.

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Les articles de l'auteur

>