Des communes débordantes d’énergie – Le conseiller en énergie: des actions au service du citoyen
Ce document, imprimé le 29-06-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 7 Octobre 2010

Depuis octobre 2007, un nouveau métier est apparu progressivement dans un peu plus du tiers des communes wallonnes: celui de conseiller en énergie. Ce conseiller en énergie constitue un véritable pivot pour une gestion globale et durable de l’énergie au niveau communal en mettant son expertise et son dynamisme au service de l’ensemble de la collectivité.

L’échelon local est en première ligne pour lutter contre les changements climatiques et mettre en œuvre des politiques en vue d’une gestion durable de l’énergie. Les villes et communes en particulier jouent à la fois un rôle de gestionnaires de bâtiments, de régulation et d’incitation en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme [1] et de sensibilisation auprès d’un large public (citoyens, candidats bâtisseurs ou à la rénovation, personnel, usagers des bâtiments communaux, …). De plus, les autorités publiques ont un rôle d’exemple à jouer en matière de gestion efficiente de l’énergie afin de stimuler les citoyens à agir de même.

Des communes énerg-éthiques

Afin d’encourager les pouvoirs locaux à s’engager dans un programme volontariste de maîtrise énergétique à l’échelon local, le Gouvernement wallon a décidé de soutenir leurs actions en finançant des conseillers en énergie dans les communes. Sur base d’un appel à candidatures aux "Communes énerg-éthiques" lancé en  mai 2007, 95 communes ont été sélectionnées et bénéficient de l’aide de 66 conseillers en énergie [2].

Comme évoqué ci-dessus, l’énergie est une matière transversale intervenant à différents niveaux de la vie communale. La Région a donc voulu confier à ces nouveaux acteurs au sein des administrations communales des missions touchant aux divers aspects de la maîtrise énergétique. Le rôle des conseillers en énergie comprend quatre volets principaux:

  • la maîtrise de la performance énergétique dans les bâtiments communaux;
  • le contrôle du respect des normes en matière d’isolation thermique et de ventilation lors de l’octroi des permis d’urbanisme et plus généralement des dispositions du Cwatup ayant trait à la performance énergétique des bâtiments;
  • la sensibilisation du personnel communal aux deux aspects ci-dessus;
  • l’information en première ligne de la population, en matière d’économie d’énergie. 

Ces missions sont détaillées dans la charte de la "Commune énerg-éthique", signée par chaque commune participant au programme. Cette signature formalise leur engagement vis-à-vis de la Région à promouvoir activement une maîtrise durable de l’énergie au niveau local.

Formation et encadrement

Afin de les aider dans l’exercice de leurs missions, les conseillers en énergie bénéficient de formations et d’un support technique et juridique organisés par l’Union des Villes et Communes de Wallonie.
Trois sessions d’un cycle de formation de 4 jours ont permis de dispenser aux conseillers en énergie, avec l’apport de spécialistes et d’experts reconnus, une mise à niveau technique et juridique portant sur la maîtrise de la performance énergétique dans les bâtiments et projets immobiliers communaux ainsi qu’en matière d’examen des demandes de permis d’urbanisme et de primes et subventions.
L’Union organise également à leur intention des formations continuées visant à approfondir des thèmes particuliers identifiés notamment sur base des demandes les plus fréquentes émanant de l’assistance-conseil aux conseillers en énergie. En outre, des journées de rencontre et d’échanges leur donnent l’occasion de partager leur expérience et de faire le point sur l’avancement des actions.
L’Union a aussi mis en place et encadre le réseau des conseillers en énergie. Celui-ci vise à encourager et faciliter l’échange d’information et de bonnes pratiques entre tous les conseillers. Il permet à chacun d’entre eux d’interagir avec l’ensemble des conseillers en énergie pour poser des questions, proposer les solutions mises en place dans sa commune et ainsi faire part de son expérience aux autres communes.

Des bâtiments communaux plus économes : tout bénéfice pour l’environnement et la collectivité

En matière de gestion des bâtiments communaux, la première tâche des conseillers en énergie consiste à réaliser un cadastre énergétique [3], inventaire qui permet de classer les bâtiments du point de vue qualitatif et quantitatif afin de déterminer ceux qui présentent le plus gros potentiel d’économies d’énergie.
Parallèlement, la mise en place d’une comptabilité énergétique [4] permet notamment de suivre l’évolution des consommations énergétiques dans le temps et ainsi d’identifier des anomalies en vue d’y remédier rapidement.

L’action des conseillers en énergie permet de doter les communes énerg-éthiques de tels outils de pilotage et de les tenir à jour, ces outils étant indispensables pour initier des investissements  pertinents et cohérents dans les bâtiments [5].

Sur base des résultats et données fournis par ces outils, des audits énergétiques ont été lancés dans les bâtiments les plus problématiques afin de disposer d’un diagnostic plus précis et complet de leur situation énergétique en vue d’établir un plan d’investissement justifié.
 
L’expertise technique apportée par les conseillers dans l’analyse des données énergétiques collectées conduit les communes à appliquer régulièrement et directement des mesures correctrices à bon nombre de bâtiments. Celles-ci engendrent, sans grand investissement, une réduction non négligeable des consommations d’énergie. Il s’agit le plus souvent d’effectuer l’entretien des chaudières et de mieux régler les composants de l’installation de chauffage (brûleur, circulateur, régulation, etc.) ou encore d’effectuer de petites interventions peu coûteuses mais efficaces sur le bâtiment (colmatage de fuites d’air autour des châssis ou sous certaines portes, …).

Des investissements plus importants sont également identifiés et font l’objet de montage de dossiers et d’avis de marché en collaboration avec le Service des travaux, le conseiller en énergie proposant des clauses énergétiques à insérer dans les cahiers des charges. Le nombre de ces projets va croissant depuis l’arrivée des conseillers en énergie. Ils portent prioritairement sur l’amélioration de l’enveloppe du bâtiment (isolation thermique) et des installations de chauffage, mais aussi, et dans une moindre mesure, sur la modernisation des installations d’éclairage et sur le recours aux énergies renouvelables dans les bâtiments où cela se justifie sur le plan technico-économique.

En parallèle aux interventions techniques et à l’amélioration du confort intérieur des bâtiments, les conseillers en énergie sensibilisent activement le personnel et les usagers à l’utilisation rationnelle de l’énergie. Le comportement des occupants jouent souvent un rôle significatif dans la réduction des consommations d’énergie [6]. De plus, les bons réflexes adoptés sur son lieu de travail ou à l’école sont souvent reproductibles chez soi, avec un effet boule de neige de la sensibilisation vers les familles.

La présence des conseillers en énergie constitue donc un véritable levier pour la gestion énergétique des bâtiments et la réalisation d’investissements performants et objectivés, qu’il s’agisse de rénovation, de construction nouvelle, de maintenance, d’entretien et d’utilisation des installations.

Les pouvoirs locaux montrent ainsi l’exemple d’une gestion efficiente, en évitant les gaspillages énergétiques et en assurant une bonne utilisation des deniers publics, avec pour corollaire une limitation de l’impact de la hausse des prix de l’énergie et un budget qui reste disponible pour d’autres politiques.

Un dialogue constructif avec les auteurs de projet et les candidats bâtisseurs

La vérification du respect des normes de performance énergétique dans les permis d’urbanisme fait partie intégrante de la mission des conseillers en énergie. Longtemps réalisée en coup de sonde par la seule Administration régionale, cette mission de "contrôle", aujourd’hui exercée par le conseiller en énergie en concertation avec le Service Urbanisme de la commune, prend une forme préventive: elle permet une mise en conformité des projets avant la délivrance du permis et surtout la réalisation du bâtiment [7].
Elle présente un important intérêt en termes d’information, de sensibilisation et de conseil. Les architectes sont en effet invités à consulter le conseiller en énergie plus en amont sur les aspects énergétiques du projet, avant même le dépôt du dossier de demande de permis d’urbanisme.
L’action des conseillers en énergie conduit ainsi à l’instauration progressive d’un véritable dialogue entre les architectes, les candidats bâtisseurs et la commune en vue de dégager des solutions visant à améliorer les performances du projet et à promouvoir les bâtiments à faible consommation d’énergie.
À la clé: un confort accru ainsi que des économies d’énergie pour les occupants, des bâtiments consommant peu dont les performances pourront être valorisées lorsque le certificat énergétique sera obligatoire, une sensibilisation continue des acteurs du secteur.

La mise en œuvre complète de la réglementation sur la performance énergétique des bâtiments entrera en vigueur le 1er septembre 2009. Elle apportera des changements en matière d’exigences à remplir par les bâtiments mais également en termes de procédure d’instruction des permis. Les conseillers en énergie constitueront alors plus encore des interlocuteurs privilégiés pour les particuliers et les professionnels afin de les informer et de les aider dans leurs démarches régies par ce nouveau cadre juridique.

Des actions et des conseils appréciés des citoyens

Les conseillers en énergie orientent toute une partie de leurs actions spécifiquement vers le citoyen. Séances d’information sur des sujets variés, jeux-concours, articles réguliers dans le bulletin communal, rubrique "énergie" sur le site web communal et/ou newsletter, stand didactique lors de manifestations locales, mise sur pied de salon "énergie" ou "développement durable", organisation de visites de bâtiments et d’installations performants, … les conseillers en énergie font preuve de créativité et de pédagogie pour intéresser le grand public aux questions énergétiques et les inciter à adopter les gestes URE [8], à investir dans l’amélioration énergétique de leur logement.

Lors des permanences tenues par les conseillers en énergie, également en soirée et/ou le samedi afin de les rendre accessibles au plus grand nombre, les citoyens ont l’opportunité de poser des questions relatives à leur situation particulière et de recevoir des conseils personnalisés. Cette information porte notamment sur les primes disponibles en matière d’énergie, les gestes URE, la facture énergétique et sur les nouvelles règles en matière de performance énergétique des logements. Pour des questions techniques très spécifiques, les conseillers en énergie ont la possibilité d’orienter les demandeurs vers le Guichet de l’énergie le plus proche.

Dans plusieurs communes, ces permanences connaissent un véritable succès et il va grandissant dans beaucoup d’autres, preuve que les services proposés à la population par les conseillers en énergie permettent de rencontrer les attentes et l’intérêt croissant des citoyens en la matière.

Les séances d’information du grand public, l’organisation de visites de bâtiments ou d’installations, etc., instaurent en outre une dynamique d’échange d’expérience entre les citoyens et sont à la base d’initiative pour la mise en place d’achats groupés. Ces deux approches favorisent très certainement l’accès financier et technique des ménages aux technologies efficientes sur le plan énergétique.

Avec l’appui du conseiller en énergie se constitue au sein des communes wallonnes un maillage fin de guichets d’information de 1ère ligne en matière d’énergie, véritablement proches du citoyen et complémentaires du réseau des Guichets de l’énergie (actuellement 13 guichets régionaux disséminés sur le territoire wallon), pour une meilleure accessibilité de l’information à l’ensemble de la population. 



Bilan provisoire des actions 

Alors que près de 50 % des conseillers en énergie sont entrés en fonction après le 1er mars 2008, le bilan de leurs actions au 31 décembre 2008 est déjà plus que positif comme en témoignent les résultats suivants :

  • Cadastre énergétique: 77 communes l’établissent, 24 cadastres énergétiques sont complets;
  • Comptabilité énergétique: 62 communes la mettent en place, 32 comptabilités énergétiques sont complètes;
  • Audit énergétique: 379 bâtiments communaux ont fait l’objet d’un audit énergétique;
  • Mesures correctrices: 330 mesures correctrices ont été apportées aux installations des bâtiments communaux depuis l’arrivée des conseillers en énergie;
  • Projets d’investissement: 558 projets d’investissements énergétiques dans les bâtiments communaux ont été instruits depuis l’arrivée des conseillers en énergie, dont 40 % portent sur l’enveloppe du bâtiment, 41 % sur les installations de chauffage,     11 % sur les installations d’éclairage et 8 % sur le recours aux énergies renouvelables;
  • Permis d’urbanisme: plus de 2.000 dossiers de demande de permis d’urbanisme ont fait l’objet d’une vérification du respect des normes d’isolation thermique et de ventilation depuis l’arrivée des conseillers en énergie;
  • Permanence « énergie » pour les citoyens: 7.500 demandes de citoyens ont été traitées par les conseillers en énergie lors des permanences ouvertes à leur intention;
  • Actions de sensibilisation envers les citoyens: 500 actions de sensibilisation directe des citoyens ont été mises sur pied par les conseillers en énergie, 55 % d’entre elles prenant la forme de communication écrite (articles dans le bulletin communal, rubriques sur le site web de la commune, newsletter, toutes-boîtes, fiches d’information, …) et 45 % prenant la forme de séances d’informations, de stand lors de manifestations locales, d’expositions, de salons, de visites de bâtiments et/ou d’installations, …

Clés du succès

Plusieurs facteurs contribuent à la pleine réussite des actions des conseillers en énergie. L’enthousiasme et la conviction manifestés par nombre d’entre eux dans l’exercice de leurs missions n’est pas le moindre.
L’appui de leurs actions par le Collège et la motivation des élus, et en particulier de l’échevin en charge de l’énergie, à mener une politique de gestion globale de l’énergie avec l’aide du conseiller en énergie, est extrêmement important.
La reconnaissance de leurs missions par leurs collègues et l’établissement de collaboration entre divers services communaux sont nécessaires pour leur permettre de réaliser efficacement les tâches qui leur sont assignées. La gestion d’une matière transversale comme l’énergie ne trouve sa pleine opérationnalité que dans un travail d’équipe dans lequel le conseiller en énergie joue un rôle de pivot et de levier essentiel.
Ce nécessaire travail d’équipe prend encore une autre dimension lorsque le conseiller en énergie travaille dans plusieurs communes et n’est donc présent qu’à mi-temps, par exemple, dans chacune d’entre elles. Cette situation, qui n’est certes pas idéale, permet cependant au plus grand nombre de communes de bénéficier de l’expertise d’un conseiller en énergie. Les cas où le conseiller en énergie partage son temps de travail entre 3, 4 ou 5 communes sont encore moins faciles à gérer et impliquent une très bonne organisation et collaboration au sein de chaque commune pour mener des actions suivies. Dans la mesure du possible, le partage de conseillers entre plus de 2 communes devrait être évité.

Des supports tels que la méthode pour établir un cadastre énergétique [9], le cd-rom Energie+ [10] ou encore le Guide pratique Pour une gestion efficiente de l’énergie au niveau communal [11],  par exemple, sont des outils très utiles aux conseillers en énergie. Ils apportent des informations de premier ordre et proposent des méthodologies nécessaires à la mise en place d’une gestion énergétique globale et efficiente.

Les journées de formation et de rencontre organisées à l’intention des conseillers en énergie par l’Union des Villes et Communes de Wallonie permettent respectivement d’approfondir et d’élargir les connaissances techniques utilisées dans l’exercice de leurs missions et de faire le point sur l’avancement des actions et sur leurs attentes en relation avec leurs missions. Elles constituent également des moments privilégiés d’échanges entre conseillers durant lesquels chacun peut faire part de ses réussites, de ses questions en suspens… Se crée et s’alimente ainsi un véritable réseau de partage d’expérience, qui a un effet multiplicateur et accélérateur sur l’avancement des actions dans l’ensemble des communes.

Et l’avenir ?

Le défi énergétique est à nos portes et la lutte contre le réchauffement climatique est plus que d’actualité.

La Commission européenne invite les villes et communes des différents états-membres à ratifier la Convention des maires de villes d’Europe [12]. Cette convention reconnaît l’importance du rôle joué par les collectivités territoriales pour relever le défi énergétique. Elle vise à les associer aux efforts et objectifs ambitieux que s’est fixés l’Union européenne en matière de politique énergétique, afin que les décisions prises au niveau européen deviennent des réalités concrètes. Elle consiste en un engagement volontaire des collectivités locales à atteindre voire dépasser les objectifs fixés par le paquet énergie européen "3 x 20" en 2020. Pour rappel, il s’agit de réduire de 20 % la consommation d’énergie, de diminuer de   20 % les émissions de gaz à effet de serre et de produire 20 % d’énergie à partir de sources renouvelables à l’horizon 2020.

Le bilan provisoire des actions des conseillers en énergie démontre la réelle plus-value qu’ils apportent en matière de gestion énergétique communale. Ils contribuent incontestablement à conduire les communes wallonnes et, par là, l’ensemble de la Région et de ses citoyens sur la voie du respect des engagements du protocole de Kyoto et des objectifs européens "3 x 20" en 2020 rappelés ci-dessus.

Les conseillers en énergie, en donnant un élan certain à la prise en considération des questions énergétiques à l’échelon local, ont lancé une dynamique basée notamment sur la motivation et l’implication progressive des différents acteurs. La mise en place d’une politique nouvelle de gestion globale de l’énergie constitue un  changement important dont la phase de démarrage est un processus lent et fragile. Les actions initiées doivent par conséquent être consolidées dans la durée, afin d’éviter la démotivation des acteurs. Par ailleurs, les citoyens se sentent de plus en plus concernés par la problématique de l’utilisation rationnelle de l’énergie et sont demandeurs de conseils personnalisés, besoins rencontrés par les permanences assurées par les conseillers en énergie. 

Le programme "Des communes énerg-éthiques" arrivera bientôt à un premier terme de 2 ans. Le bilan est, comme nous l’avons vu, très positif. Au vu des résultats, il importe que le financement des conseillers en énergie soit pérennisé. Il conviendrait également d’élargir le nombre de communes bénéficiant d’un tel soutien. L’encadrement des conseillers en énergie doit être poursuivi, au travers de formations mais aussi par la mise à disposition, par la Région, d’outils performants adaptés à la réalité communale, en particulier en matière de comptabilité énergétique.

Le conseiller en énergie constitue un pivot pour la réalisation d’actions transversales et sa présence contribue fortement à créer une réelle dynamique de gestion énergétique locale. L’Union des Villes et Communes de Wallonie appelle la Région wallonne à donner un signal fort afin de maintenir et de développer l’expertise énergétique au sein des communes.

----------

  1. [Remonter] Lutte contre l’étalement urbain, recours aux énergies renouvelables et aux sources locales d’énergie, promotion de chauffage urbain efficient, établissement de chartes pour la réalisation de formes d’urbanisation et de bâtiments énergétiquement performants et durables, …
  2. [Remonter] Les très petites communes (moins de 5.000 habitants) étaient invitées à rentrer une candidature groupée; cette possibilité étant par ailleurs offerte, sans obligation, pour les autres communes.
  3. [Remonter] Pour plus d’informations à ce sujet, v. M. Duquesne – Pourquoi réaliser et tenir à jour un cadastre énergétique? Comment l’établir?, question-réponse, in Mouv. Comm., 8-9/2008.
  4. [Remonter] Pour plus d’informations à ce sujet, v. M. Duquesne – Pourquoi tenir à jour une comptabilité énergétique? Comment l’établir?, question-réponse, in Mouv. Comm., 11/2008.
  5. [Remonter] À noter qu’au sein des administrations où un responsable énergie officie déjà  pour le suivi énergétique des bâtiments communaux (soit quelque 30 % des communes, généralement de taille moyenne ou grande, selon une enquête menée postale menée en 2005-2006 par le LEMA-Université de Liège auprès des communes wallonnes), le conseiller en énergie collabore avec ce dernier et vient appuyer ses actions, en particulier sur des parcs de bâtiments relativement grands.
  6. [Remonter] Pour plus d’informations à ce sujet, v.M. Duquesne – Utilisation rationnelle de l’énergie : pourquoi, comment?, question-réponse, in Mouv. Comm., 10/2008.
  7. [Remonter] Une isolation thermique efficace et performante est continue; pour ce faire, elle doit être étudiée dans les moindres détails afin d’éviter les ponts thermiques et réalisée de manière soigneuse. Les défauts d’isolation thermique ou de ventilation sont par conséquent difficilement récupérables lorsque le bâtiment est terminé, et les solutions « après-coup », pour remédier aux manquements, seront imparfaites et coûteront beaucoup plus cher que si la mise en œuvre avait été d’emblée correcte.
  8. [Remonter] URE: Utilisation rationnelle de l’énergie
  9. [Remonter] Cet outil est disponible sur le Portail énergie de la Région wallonne à la page: http://energie.wallonie.be/fr/comptabilite-energetique.html?IDC=6113
  10. [Remonter] Pour plus d’informations à ce sujet, voir aussi M. Duquesne, Energie+, un outil précieux pour aider les gestionnaires à économiser l’énergie dans les bâtiments sur http://www.uvcw.be/articles/33,489,34,34,2173.htm
  11. [Remonter] Cet outil est disponible sur le Portail énergie de la Région wallonne à la page: http://energie.wallonie.be/fr/responsables-energie.html?IDC=6101
  12. [Remonter] Pour plus d’information sur la Convention des maires, voir l’actualité publiée sur notre site web le 21.1.2009: http://www.uvcw.be/actualites/2,129,1,0,2696.htm

L'article complet au format PDF

Télécharger le PDF

L'auteur

Marianne Duquesne

Conseillère experte à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Date de mise en ligne
7 Octobre 2010

Type de contenu

Matière(s)

Energie
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Energie