Ce document, imprimé le 07-12-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Peste porcine: l’UVCW craint un lourd impact financier pour les communes

Mis en ligne le 24 Septembre 2018

La Région wallonne vit une crise sans précédent avec l’arrivée de la peste porcine africaine au sein de la population de sangliers. L’épidémie sera d’autant plus difficile à gérer qu’ils sont présents en grand nombre à certains endroits et qu’ils possèdent une importante faculté à se mouvoir sur de grandes distances.

Bien que l’Union des Villes et Communes de Wallonie comprenne les mesures de sécurité prises ces derniers jours, elle est extrêmement inquiète pour ses membres, les pouvoirs locaux, et ce à plusieurs titres. Au vu de l’état des finances communales et des nombreuses missions qui leur sont confiées, la Région doit apporter des pistes de solution pour éviter de mettre à mal tant les finances des pouvoirs locaux que les différents acteurs économiques locaux liés à l’exploitation de la forêt. L’UVCW a donc demandé une entrevue à ce sujet avec René Collin, Ministre de l'Agriculture, de la Nature, de la Forêt, de la Ruralité, du Tourisme et du Patrimoine.

Les communes et les CPAS comptent en effet sur un certain nombre de rentrées financières pour alimenter leur budget annuel dédié aux missions publiques locales. La situation actuelle risque de grever ces rentrées financières de différentes manières. Premièrement, l’interdiction de circuler en forêt empêchera toute forme d’exploitation forestière, ce qui va compromettre les ventes de bois de cette année dans la zone concernée. Il ne faut pas oublier que, pour certaines communes, les rentrées financières liées aux ventes de bois dépassent 20 % de leur budget annuel.

Ensuite, à ce fléau s’ajoute celui des attaques de scolytes qui se sont répandus dans les forêts en raison des conditions météorologiques extrêmes de cette année 2018 et qui causent de grands dégâts aux arbres. Pour tenter d’enrayer cette infestation, il faut évacuer absolument les arbres scolytés des forêts pour éviter une dissémination encore plus grande. L’interdiction va empêcher cette exploitation « sanitaire », suivie de l’évacuation des bois, ce qui va porter atteinte à la santé des forêts et permettre au fléau de s’étendre encore davantage. Les manques à gagner seront de plus en plus importants et risquent de mettre en péril les budgets communaux.

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de Conseillère-Expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Nos formations dans cette matièreVoir le catalogue complet

Date de mise en ligne
24 Septembre 2018

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs