MR-S - Probable nouvelle vague Covid en octobre-novembre. Une vaccination du personnel in situ par le MCC comme à Bruxelles ? Un must éthique et professionnel ! [mise à jour: 30/09/2022]
Ce document, imprimé le 04-10-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 30 Septembre 2022

Le 6 juillet 2022, le Comité interministériel annonçait l’organisation d’une nouvelle campagne de vaccination contre le coronavirus en septembre prochain. Les Fédérations de maisons de repos wallonnes interpellent la Ministre de la Santé

Concernant le lieu de la vaccination, le texte de la décision de la CIM précise « les vaccins seront principalement administrés dans les centres de vaccination. Les résidants et le personnel des institutions telles que les hôpitaux, les maisons de repos, les prisons, etc. pourront aussi être vaccinés dans leur institution ».

Les Fédérations de maisons de repos wallonnes ont appuyé auprès de la Ministre cette perspective dans un courrier du 19 juillet 2022. Elles ont prôné la vaccination du personnel dans la maison même comme lors de la mise en place initiale du schéma vaccinal. Pour mémoire, cette option présente les avantages suivants :

  • des places se libèrent de facto dans les centres de vaccination pour permettre aux citoyens concernés de recevoir le booster dans de courts délais.
  • L’organisation du travail est moins impactée par l’absence des travailleurs partis se faire vacciner dans les centres de vaccination et la présence des travailleurs au chevet des résidants est ainsi assurée. C’est aussi une économie en termes de frais de déplacement.
  •  La vaccination se réalise à une date précise ; le personnel invité à se rendre dans un centre de vaccination ayant latitude pour retarder son rendez-vous. Dans la mesure où cette campagne concernera le personnel des MR-S mais aussi des résidences-services et centres d’accueil et de soins de jour et que dans une très large majorité le personnel est partagé entre ces institutions, une meilleure coordination est ainsi assurée et le bouclier vaccinal, d’autant renforcé.
  • Ce nouvel élan de vaccination au sein des établissements pourrait décider les hésitants à franchir le pas avec leurs collègues. Ne perdons en effet pas de vue que le projet de loi relatif à la vaccination obligatoire des professionnels des soins de santé contre la COVID-19 est toujours pendant devant la Chambre des Représentants… Que le personnel au chevet du résidant se fait de plus en plus manquant dans nos maisons de vie. Avec un effet de découragement et de perte de sens. Et une appréhension en cas de nouvelle vague (cf. infra).

Pour le personnel des maisons des repos, le principe est le booster automnal via les centres de vaccination avec une faculté de vaccination supervisée par le médecin coordinateur dans la maison même.

La communication de l’Aviq à ce sujet a été à tout le moins à géométrie variable. Elle a suscité l’incompréhension et a semé de la confusion. Les rétroactes et multiples « rebondissements » de ce « slalom » sont détaillés dans le courrier en hyperlien ci-dessous.

A Bruxelles, dès le 7 septembre, le Service compétent (Direction Santé et Aide aux Personnes des Services du Collège réuni de la Cocom) a quant à lui confirmé par mail que dans les maisons de repos de la Région Capitale, le médecin coordinateur pouvait vacciner le personnel et se faire livrer les vaccins, arguant de l’opportunité de vacciner sur site. « Concernant la vaccination par les MCC en maison de repos, les cibles sont les résidants, et les professionnels de santé/personnel. Il va de soi que c'est une opportunité de vacciner les personnes sur leur lieu de vie et sur leur lieu de travail. Les MCC sont implicitement évoqués dans le tableau d'approvisionnement sous la catégorie : « les professionnels de santé impliqués dans la vaccination en maison de repos ». L'approvisionnement peut se faire via une livraison de flacons de vaccins ». Une circulaire officielle du 12 septembre a d’ailleurs coulé dans le marbre cette information. 

Vu la confirmation du Cabinet de la Ministre wallonne et de la pratique bruxelloise d’une vaccination des travailleurs dans la maison de repos, il a été demandé le 7 septembre à l’Aviq « comment le MCC pouvait commander les vaccins ? Bruxelles est clair : commande via plateforme. Est-il possible d’avoir la même clarté de l’Aviq ? ».

L’Agence a communiqué le jour même la réponse suivante :

« Nous avons proposé un délai supplémentaire aux institutions pour les commandes, initialement clôturées le 22 août 2022.

Ce lundi 2 septembre, les dernières commandes ont été lancées, et il ne sera plus possible désormais d’en effectuer de nouvelles (ndlr : le 2 septembre était en fait un vendredi).

Si le médecin coordinateur le souhaite, il peut néanmoins retirer des vaccins adaptés Pfizer Omicron BA1 dans l’un des 22 centres de vaccination dès ce lundi 12 septembre.

Les pharmacies de proximité dont la liste est disponible sur www.jemevaccine.be seront livrées en vaccins adaptés par la suite, en quantités plus limitées, il est donc plus aisé dans un premier temps de se limiter aux centres de vaccination pour la commande plus conséquente de toute une institution.

De manière individuelle, l’offre a été élargie : les pharmaciens, médecins traitants et infirmières vaccinateurs sont désormais beaucoup plus nombreux à participer à ce programme de vaccination.

Le personnel soignant recevra un courrier d’invitation par ordre d’âge décroissant.

Le personnel non soignant ne recevra pas de courrier, sauf s’il fait partie d’un groupe prioritaire (par exemple s’il appartient à la tranche d’âge 50-64). Dans un premier temps, il pourra néanmoins s’inscrire via QVAX. Dans un second temps, la possibilité de se présenter dans un centre de vaccination sans rendez-vous sera à nouveau offerte.

Ces possibilités nouvelles devraient faciliter l’accès à la vaccination du personnel, par rapport aux campagnes précédentes.

Merci pour vos remarques et retours, je pense effectivement qu’il faut tenir compte de ces éléments dans la réflexion sur les futures campagnes de vaccination en maison de repos, qu’elles ciblent le COVID ou d’autres pathologies. »

Cette réponse franche et diligente avait le mérite de la clarté.

Le secteur avait cependant sollicité officiellement la possibilité de vacciner en MR-S ainsi qu’en RS et CAJ/CSJ par courrier à la Ministre le 19 juillet. Les arguments de fond étaient connus dès cette date par les autorités compétentes.

Il y a quelques difficultés à comprendre que des arguments exprimés de longue date, in tempore non supecto, ne puissent être pris en compte que pour l’avenir.

C’est d’autant moins intelligible que si Bruxelles le fait, la Wallonie est en principe en capacité légale et matérielle de le faire. Dans la Région Capitale, une circulaire officielle du 12 septembre a d’ailleurs coulé dans le marbre l’information connue dès le 7 septembre.

Une étude du Simid (SIMID, “SARS-CoV-2 variants and vaccination in Belgium, technical note not peer reviewed” v20220831. A notre connaissance, cette étude n’est pas dans le domaine public) du 31 août 2022 non encore évaluée par des pairs a conclu (Il s’agit d’un consortium d’Universités flamandes initié il y a 16 ans. Le projet SIMID a débuté en 2006 sous la forme d'un projet de recherche fondamentale stratégique de cinq ans. Il a été exécuté par un consortium composé de l'Université d'Anvers (UA), de l'Université de Hasselt (UH), de l'Université catholique de Louvain (KU Leuven) et de l'Institut scientifique pour la santé publique (WIV).) (ndlr : traduction) :

« Nous avons exploré l'impact potentiel et l'augmentation de la transmission en septembre 2022 en raison de la reprise des activités sociétales et de la saisonnalité. De plus, nous explorons l'impact potentiel d'une campagne de vaccination commençant le 12 septembre 2022 dans différents groupes cibles.

Notre analyse de scénario montre une nouvelle vague en octobre-novembre en raison de la reprise des activités sociétales et de la saisonnalité. Cependant, une campagne de rappel avec un rappel dédié Omicron et une couverture d'au moins 50 % de la population la plus âgée (65 ans et plus) avec déjà un rappel montre un impact substantiel sur la taille de celle-ci. Plus précisément, l'inclusion de la vaccination dans l'analyse des scénarios se traduit par une vague de taille modérée, proche du niveau de la dernière vague Omicron de juin. Les projections avec une campagne de vaccination ultérieure ciblant la population de 18 ans et plus montrent les taux d'admission à l'hôpital les plus bas en décembre 2022. Bien que nous nous concentrions sur les admissions à l'hôpital, des taux d'infection élevés pourraient entraîner un absentéisme important et une pression sur les soins primaires. »

Les retours de terrain sont qu’il y a pour la vaccination une difficulté d'organisation, un manque de motivation du personnel pour se rendre au centre de vaccination et une complexité d'inscription au centre de vaccination lorsque le personnel n'est pas soignant et n'a donc pas reçu de code d'inscription.

Vu le risque sérieux d’une nouvelle vague en octobre-novembre et la vulnérabilité notoire des maisons de repos à la Covid, tout devrait être mis en œuvre pour avoir un schéma vaccinal complet d’un maximum de personnes dans les maisons de repos en Wallonie à l’instar de ce que fait Bruxelles.

Mettre tout en œuvre pour faciliter l’accès à la vaccination du personnel, ne se fermer aucune porte devrait être une priorité. Il serait non acceptable, pour ne pas dire incompréhensible que les chiffres de vaccination des professionnels des soins de santé en Région wallonne ne soient pas bons pour des questions d’organisation.

Tant en termes de santé publique que d’éthique, il est de loin préférable et responsable d’assumer le prix d’une vaccination que le coût d’une non-vaccination. Comme l’a bien compris Bruxelles, vacciner les personnes sur leur lieu de vie et sur leur lieu de travail est une opportunité.

Dans ce contexte et vu le risque réel d’une nouvelle vague dans les prévisions du Simid, le Secteur déplore d’abord la qualité de la communication officielle.

Le Secteur sollicite ensuite avec la plus haute insistance que la Wallonie s’aligne sur les dispositions bruxelloises pour la vaccination du personnel tant soignant que non soignant des maisons de repos (ainsi que des RS et CAJ/CSJ vu les mouvements de personnel entre toutes ces structures) en habilitant explicitement le médecin coordinateur de la faculté de :

  • commander les vaccins pour le personnel après le 12 septembre,
  • en recevoir la livraison dans la maison même,
  • superviser la vaccination du personnel en même temps que celle des résidants.

A l’approche d’une zone de turbulence dont personne ne connait l’ampleur, il en va de la réussite de la campagne de vaccination dans un secteur douloureusement éploré lors de la première vague et qui pourrait à nouveau être impacté, voire à genoux, en cas de nouvelle flambée de l’absentéisme liée à une nouvelle vague de la Covid.

[Mise à jour: 19/09/2022]:

Le 15 septembre, une réunion a eu lieu entre le secteur le Cabinet et les Fédérations. Le Cabinet à attiré  l‘attention sur le fait  que près d’une collectivité sur 5 a commandé en retard. Cela a compliqué bien évidemment le process et augmente le risque d’erreurs. Cela a été énormément chronophage pour l’Aviq qui a multiplié  les démarches (plusieurs rappels) pour que les maisons de repos puissent bénéficier d’une campagne sans accrocs. L’Aviq a réalisé un troisième run de demandes car tous n’avaient pas répondu dans les temps. Le Cabinet a confirmé qu’un système parallèle a été prévu.  Il y a possibilité pour les médecins d'aller chercher les doses directement en centre vaccination ou en pharmacie.

[Mise à jour: 30/09/2022]

L’Aviq a confirmé par courriel le 28 septembre  l’information déjà reçue du  Cabinet et notifiée par courriel le 23 septembre par la Fédération. Le MCC peut bel et bien commander des vaccins pour le booster  automnal du personnel mais doit aller au centre de vaccination. Il semble que l’information ne soit pas passée partout (mail non reçu  par certaines MR-S) et également auprès de certains agents de l’Aviq.

 

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Date de mise en ligne
30 Septembre 2022

Matière(s)

Santé Aînés Personnel / RH
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Santé