Le traitement antibiotique à des résidants dysphagiques - Un enjeu de santé publique et de bientraitance
Ce document, imprimé le 07-12-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 28 Septembre 2022

La Fédération des CPAS a réalisé une analyse qui discute un enjeu récemment identifié : le traitement antibiotique à des résidants dysphagiques. À notre connaissance, il n’est point débattu dans les cénacles politiques et non évoqué dans les sphères médiatiques.

 

Une fort intéressant article médical belge de 2014 observe certes que « certains médicaments peuvent favoriser les troubles de la déglutition en altérant l’état de vigilance ». En terme de conseil général, il préconise entre autres d’ « être vigilant lors de la prise des médicaments (broyer le comprimé si nécessaire et si cela est autorisé, ou préférer une forme « sirop » ou effervescente) ». Ce sont toutefois 2,5 lignes dans un article de 8 pages, sans discussion de la question des antibiotiques.

Qualitative et coconstruite, cette analyse est orientée vers la recherche de solutions pragmatiques. Elle reste avec des questions et appelle des compléments.

Elle pose d’abord les constats et problèmes de base. Outre la dimension qualitative, première et primordiale, il y a un intérêt financier manifeste à prévenir ce type d’épisode.

Dans un second temps, le cadre légal est résumé. Elle reprend ensuite le retour d’une série de praticiens consultés principalement via la Commission Grand Age de la Fédération des CPAS. Si les avis sont partagés, il y a des convergences. Certains éléments sont interpellants voire consternants en termes de santé publique, de bientraitance, quant au concept de personne prudente et raisonnable ainsi qu’au principe de dignité humaine. Enfin, quatre pistes d’action sont formulées :

- une recommandation de sensibilisation des médecins coordinateurs et conseillers au niveau régional ;

- un accent sur ce problème dans la formation de base des médecins généralistes (compétence communautaire) et/ou leur formation continuée ;

- une interpellation du Fédéral sur la prescription et le conditionnement d’antibiotiques en sirop ainsi que le remboursement des intramusculaires en maison de repos ;

- une poursuite de la documentation et réflexion sur la possibilité d’intraveineuse en maison de repos. En l’état actuel de notre information, elle paraît difficilement praticable voire risquée dans ces maisons et à réaliser en hôpital.

En addendum et pour mémoire, les propositions de la Fédération des CPAS quant à la présence financée d’un diététicien et d’un logopède en MRS ainsi que des recommandations générales à l’endroit des patients dysphagiques.

Après avis de la Commission Grand âge, cette analyse a été approuvée par le Comité directeur wallon le 22 septembre 2022.

 

Date de mise en ligne
28 Septembre 2022

Matière(s)

Aînés Santé
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Aînés