Il est grand temps d’éclairer autrement les maisons de vie pour aînés
Ce document, imprimé le 02-12-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 19 Octobre 2022

Depuis plus d’une vingtaine d’années, un basculement s’opère dans la philosophie des services d’accueil pour aînés. Les milieux juridiques et scientifiques travaillent à ce que « la maison de vie » prenne le dessus sur « l’hospice » du temps où l’individu, pris en charge par l’institution, ne disposait presque d’aucune liberté d’action formelle.

Le terrain et les Fédérations du secteur défendent cela et y croient. Si l’on se donne et reçoit les moyens. C’est toutefois peu entendu et reconnu. Les maisons de vie pour aînés continuent à faire l’objet de raccourcis inexacts, désobligeants et pénibles.

Des réformes sont en préparation par l’Aviq en Wallonie. Force est de constater qu’elles restent largement dans un modèle de soins au sens « cure ». Le sentiment perceptible à la lecture des propositions de l’Aviq est l’ultra-médicalisation du résidant laissant paraître une « approche hospitalière » ; là où l’aîné devrait « simplement » poursuivre sa vie après son accueil. Or, « la relation de soins (to care) se révèle aller bien plus loin que le simple acte de soigner (to cure) » (Laura Rizzerio).

Dans un texte résolument pluriel et pluraliste, la Fédération des CPAS a tenu un vigoureux plaidoyer en faveur de la maison de vie pour aînés. C’est aussi un refus net, ferme et pleinement assumé de la réduction de cette maison à un lieu de soins. Il a été publié avec une série d’acteurs du terrain comme Opinion dans La libre Belgique.

Il est temps de rallumer les étoiles écrivait Apollinaire. Il est aujourd'hui temps d'éclairer d'un autre jour les maisons de vie pour aînés. Et de leur donner les moyens pour ce faire.

Lien vers l'article

Si ce texte, vous parle, n’hésitez pas à le partager, par réseau social, par site internet, par papier…

Nb : L’opinion cite Joseph Charlier. Juriste belge, écrivain, comptable et marchand. Utopiste ? Il fut l'un des tout premiers défenseurs de l'idée du revenu de base. Joseph Charlier, Solution du problème social, ou constitution humanitaire, 1848.

Epuisé, ce livre est en libre accès. Il parle des tristes hospices d’alors en ses pages 84 à 86.

Date de mise en ligne
19 Octobre 2022

Matière(s)

Aînés Santé
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Aînés

Mots-clefs