Ce document, imprimé le 17-09-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Plan de relance wallon: l'avis de l'UVCW

Photo décorative
Mis en ligne le 11 Juillet 2021

L’UVCW a transmis à l'ensemble du Gouvernement wallon l’avis de son Conseil d’administration du 6 juillet dernier sur le Plan de relance wallon.

Le présent avis a été élaboré au départ des analyses de : Elodie Bavay, Sylvie Bollen, Gwenaël Delaite, Tom De Schutter, Géraldine Dupont, Isabelle Dugailliez, Marianne Duquesne, Julien Flagothier, Mathieu Lambert, Alexandre Ponchaut, Arnaud Ransy, Marie-Laure Van Rillaer, Katlyn Van Overmeire et Michèle Boverie, qui en a, en outre, assuré la coordination.

Dans ce plan de relance, nous lisons beaucoup d’ambition et une volonté certaine d’appuyer la relance wallonne sur les pouvoirs locaux et notamment sur les communes, les CPAS, les SLSP, les intercommunales, pouvoirs de proximité par excellence.

 

En ce qui concerne la lisibilité des budgets wallons dédiés aux pouvoirs locaux 

Dès l’abord, l’UVCW demande au Gouvernement wallon d’être très clair envers les pouvoirs locaux et de préciser les budgets qui leur seront alloués dans le cadre du Plan de relance. La lisibilité des budgets wallons dédiés aux actions locales doit être la plus forte possible.

 

En ce qui concerne le mode de financement des actions locales

Il est clair que le financement via un fonds d’investissement avec droit de tirage a notre préférence et répond à une demande récurrente et historique de notre association. Certains pans du plan seront financés de cette manière et nous nous en réjouissons.

 

En ce qui concerne les financements sur « projets »

L’UVCW souhaite être consultée en amont quant à l’élaboration des appels à projets.

L’UVCW s’inquiète des difficultés qui pourraient être rencontrées par les pouvoirs locaux pour répondre aux appels à projets.

En vue de faciliter le travail des communes, nous plaidons pour que la Région :

  •  prévoie une standardisation des critères minimaux à respecter par les projets (par exemple pour les matériaux utilisés, les niveaux de performances à atteindre, …);
  • prévoie une standardisation, une uniformisation et une simplification des procédures des appels à projets, accompagnées de délais suffisamment soutenables pour rentrer un projet. A titre d’exemple, nous souhaitons que la Région évite de prévoir, pour chaque appel à projet, un dispositif de participation citoyenne différent, ce qui mène parfois une commune à gérer plusieurs comités citoyens si elle participe à plusieurs projets alors que la CCATM pourrait jouer un rôle dans plusieurs appels à projet. Nous souhaitons également que soient évitées des redditions de rapports compliqués;
  • octroie un délai raisonnable aux pouvoirs locaux entre les différents appels à projets afin d’éviter que les projets ne sortent dans un laps de temps trop court et soient trop proches les uns des autres.

Nous savons le Gouvernement attentif à cet aspect des choses et l’encourageons en ce sens.

Il conviendrait aussi que les pouvoirs locaux puissent bénéficier d’un soutien pour l’établissement de leurs projets afin de réaliser un portefeuille de projets régional cohérent, en vue d’une planification sur le court, moyen ou long terme (en fonction des objectifs à atteindre et de leur timing).

Il conviendrait dans ce cadre :

  • qu’un soutien leur soit donné (par leurs intercommunales de développement économique, par exemple) ;
  • que des formations leur soient données, notamment en gestion de projets (l’UVCW est au service du Gouvernement wallon pour ce faire).

 

En ce qui concerne le cofinancement sollicité des pouvoirs locaux 

L’UVCW souhaite que la contrepartie demandée au pouvoir local soit la plus basse possible, voire nulle.

Il serait dommageable que l’effet de relance et d’actions de proximité escompté soit remis en cause suite à une obligation d’investissement demandée aux pouvoirs locaux, qui serait trop conséquente et/ou trop concentrée dans le temps.

Il conviendrait, dès lors, que les pouvoirs locaux soient aidés pour fournir leur apport propre (possibilité pour les pouvoirs locaux d’avoir accès à la banque européenne d’investissement ; possibilité de prêt sans intérêts ; intervention d’OIP facilitateurs, comme par exemple Wallonie Santé pour les projets d’action sociale et de santé ; …).

Nous savons que le Gouvernement wallon s’attèle à étudier des systèmes de soutien financier et nous l’encourageons en ce sens.

Par ailleurs, l’UVCW remercie le Gouvernement wallon de considérer les investissements relevant de ces appels à projets comme étant « hors balise d’emprunt », comme c’est déjà le cas pour les projets réalisés dans le cadre du FRIC ou d’Ureba par exemple.

En ce qui concerne l’évaluation du Plan

L’UVCW sollicite de la Wallonie qu’elle évalue ce plan de relance via, par exemple, l’IWEPS.

Nous l’en remercions d’avance.

 

En ce qui concerne les axes, objectifs et actions 

Nous invitons nos lecteurs à prendre connaissance des commentaires de l’UVCW sur ces points dans l’avis en annexe.

Dans ce plan de relance, nous lisons beaucoup d’ambition et une volonté certaine d’appuyer la relance wallonne sur les pouvoirs locaux et notamment sur les communes, les CPAS, les SLSP, les intercommunales, pouvoirs de proximité par excellence.

 

Nous renvoyons également nos lecteurs à l'avis de la Fédération des CPAS et à celui du Comité permanent des SLSP.

 

L'auteur

Michèle Boverie

Secrétaire générale de l’ UVCW, Présidente du Comité de direction et du CPPT

Licenciée en Droit et pénaliste de formation, Michèle Boverie est en poste à l'UVCW depuis 1994. Elle y a exercé des fonctions d'expertise dans les matières « cadre de vie », de formation et de management. Elle a écrit plusieurs ouvrages (le PST, l’égouttage, les régies autonomes, le CWATUP révisé, la commune et le Cadre de vie, …) et de multiple articles dans le Mouvement communal. Secrétaire générale adjointe pendant 7 années, elle est actuellement Secrétaire générale depuis septembre 2018. La gouvernance (avec le PST notamment), la stratégie et le management tourné vers l’humain sont ses matières de prédilection. Elle pilote l’UVCW avec le Comité de direction et l’ensemble des collaborateurs de l’association. Elle est la secrétaire du Conseil d’Administration et du Bureau de l’UVCW et a également l'honneur de présider le CPPT de l'association. Michèle Boverie est au service de la démocratie locale et de l’ensemble des membres de l’institution dont elle partage les valeurs de pluralisme, d’indépendance et d’objectivité .

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
11 Juillet 2021

Type de contenu

Matière(s)

>