Ce document, imprimé le 25-10-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Plan d'investissements des infrastructures de gestion de déchets: l'UVCW interpelle le Ministre

Mis en ligne le 22 Mars 2013

Ayant appris que le Gouvernement a décidé, lors du conclave budgétaire le 25 octobre 2012, de limiter les charges subventionnables à 2 % des taux d’intérêts d’emprunts contractés pour les infrastructures de gestion des déchets ménagers, l’Union des Villes et Communes de Wallonie vient de questionner Philippe Henry, Ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du territoire et de la Mobilité à ce sujet.

L’arrêté du Gouvernement wallon du 13 décembre 2007, opérationnalisé dans le cadre du Plan d’investissement 2006-2009, et relatif au financement des installations de gestion de déchets, prévoit que les intérêts des emprunts contractés en vue de financer la réalisation du projet à subventionner puissent atteindre un taux maximum de 5 %.

L’UVCW s’inquiète dès lors de la portée de cette nouvelle mesure budgétaire de limitation de la susbidiation pour les finances des opérateurs, et de son impact sur le citoyen. L’Union ne peut concevoir qu'une révision de l’article 9 de l'arrêté du Gouvernement wallon du 13 décembre 2007 vienne modifier les modalités de financement des investissements approuvés par le plafonnement à 2 % de la subsidiation des taux d’intérêts d’emprunts.

Si par ailleurs l’arrêté susmentionné venait à être modifié, il serait en outre inconcevable d’accepter tout effet rétroactif de la mesure affectant les emprunts déjà contractés, signifiant un coût énorme qui n’aurait pas pu être anticipé dans l’élaboration du plan budgétaire des intercommunales. Cette réticence est d’autant plus justifiée que cette mesure produira un impact sur le budget des communes, et donc sur le citoyen en regard du principe du respect du coût-vérité.

L'auteur

Gwenaël Delaite

Conseillère à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l’Université de Liège où elle a obtenu une licence en sciences géologiques, et de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand où elle a obtenu un master en Pétrologie et Volcanologie, Gwenaël Delaite dispose également d'un certificat de Conseiller en Mobilité qualifié (Réseau des CeM, SPW). Elle exerce la fonction de conseillère technique au sein du Département Développement territorial de l’Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont l’environnement, la mobilité et la ruralité.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
22 Mars 2013

Type de contenu

Matière(s)

>