Le point sur la 6e réforme de l’État: quelles conséquences pour les pouvoirs locaux?
Ce document, imprimé le 07-12-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 1er Février 2018

En octobre 2011, les 8 partis de la majorité fédérale se mettaient d’accord sur la 6e réforme de l’État, visant à moderniser le fonctionnement des institutions en transférant de nombreuses compétences aux entités fédérées et en en renforçant l’autonomie. Les très nombreuses matières concernées par cette réforme sont progressivement transférées aux Communautés et aux Régions depuis le 1er janvier 2015.

Cet article est l’occasion de faire le point sur l’ensemble des compétences transférées ou qui doivent encore être transférées au 1er janvier 2018 et au 1er janvier 2019, et qui représentent des implications concrètes pour les pouvoirs locaux. Nous avons classé les différentes compétences transférées par degré d’impact sur les pouvoirs locaux (important, modéré ou faible), et avons répertorié la liste des administrations et OIP qui ont (ou auront) repris la gestion de ces matières au terme de la 6e réforme de l’État.

L'article complet au format PDF

Télécharger le PDF

Date de mise en ligne
1er Février 2018

Type de contenu

Matière(s)

Finances et fiscalité
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Finances et fiscalité