CNS - Visite d'un membre la famille en MR - Attendre les instructions de la Région – Fin du testing

Le Conseil national de sécurité a décidé hier que :

« Les maisons de repos et de soins et les établissements pour personnes handicapées vont à nouveau pouvoir recevoir des visites mais d'une seule personne, toujours la même, qui ne présente aucun symptôme de la maladie depuis 2 semaines. Cette règle vaudra aussi pour les personnes isolées qui ne peuvent pas se déplacer »

Cette décision est actée. La Fédération des CPAS comprend et partage le souci du bien-être psychologique des résidants et de limiter leur isolement social. Le secteur avait d’ailleurs entamé une réflexion en vue de prévenir le phénomène de glissement au niveau des résidants et permettre de façon prudente et raisonnable des contacts avec les résidants, de sorte à ne pas mettre à mal les mesures de précaution tout particulièrement dans les maisons qui ne sont pas touchées par le COVID-19, maisons qui restent majoritaires en Wallonie.

Cette décision n’a fait l’objet d’aucune concertation avec le secteur des maisons repos. Or, elle pose divers problèmes au minimum pratiques. Sans être exhaustif :

  • qui va « attester » que la personne  visiteuse n’est pas atteinte d’un symptôme depuis deux semaines ? Quid si cette personne fait entrer le virus dans une maison qui n’est pas encore atteinte par le virus ?
  • que fait-on si plusieurs membres de la famille veulent venir notamment en cas de mésentente familiale ? Qui va faire l’ « arbitrage » ?
  • le visiteur devra-t-il porter un matériel de protection ? Ce serait prudent. Dans l’affirmative qui le fournira ? Rappelons que le matériel de protection manque encore ou est limité.

Dans ce contexte, des instructions des autorités de tutelle sont indispensables. En l’occurrence, en Wallonie, de la Région.

La Fédération va travailler avec le Cabinet de la Ministre Morreale pour établir ces modalités pratiques.

La Fédération conseille vivement d’attendre ces modalités d’application avant de mettre en œuvre la   nouvelle décision du Conseil national de sécurité.

La Fédération revendique, à court terme, que les visites ne fassent l’objet d’un élargissement qu’à la fin de la deuxième vague du testing (66 000 tests).

Si cela est entendu, ce serait probablement début mai avec des instructions de cadrage dûment concertées avec le secteur et les syndicats.

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Lire aussi

Date de mise en ligne

16 Avril 2020

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs

>