Testing préventif du personnel en maison de repos

Fin juillet, la Fédération des CPAS avait plaidé avec insistance pour un élargissement du testing.

Une lettre à la Première Ministre et un communiqué de presse avaient notamment été envoyés.

Voir le courrier adressé à la Première Ministre

Voir le communiqué de presse du 27 juillet 2020

La Conférence interministérielle de la santé a fait, le 5 août dernier, une ouverture en ce sens. Si la version définitive de la note de cette Conférence n’est pas encore publiée, une version quasi finale circule et la Wallonie a envoyé une circulaire expliquant les modalités de ce testing, le 28 août.

La procédure prévue est de tester là où il y a une « alerte rouge », définie comme 50 cas positifs par 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours. La mesure se fait au niveau d’une communauté locale. En pratique, c’est au minimum la commune. La Région a toutefois la faculté d’élargir la sphère géographique à des communes avoisinantes. Le dépistage est fait maximum 1 fois par mois et en tenant compte de la capacité disponible. Le personnel « absent » (vacances, maladie…) ne sera pas testé. L’idée est de faire une photo.

La liste des communes concernées n’est pas publiée et connue à cette heure en Wallonie et ce, à la différence de Bruxelles. Cette information est disponible uniquement à l’Aviq. La Fédération a demandé à la Région que Sciensano publie de façon actualisée la liste. Elle a également sollicité que le test soit opéré dans les communes limitrophes.

Le coût du prélèvement sera à charge de l'établissement. Suite au testing global lancé en avril, des gestionnaires ont reçu de la médecine du travail des factures pour des frais de personnel. Ces factures feront l’objet d’un remboursement par la Région. Les modalités sont encore à définir

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Lire aussi

Date de mise en ligne

1er Septembre 2020

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs

>