Plan interne d’Urgence - Maison de repos

Le Gouvernement wallon a arrêté, le 25 juin dernier, le « Plan wallon de suivi et d’actions dans les secteurs santé et action social en cas de rebond ou de nouvelle épidémie ». Son premier axe porte sur la « Gestion de crise » et prévoit la mise en place d’un Plan interne d’Urgence (PIU) dans chaque structure d’hébergement.

Une circulaire, à ce sujet, a été transmise aux maisons de repos le 12 août dernier. Fin juillet, un consultant (Impact) avait proposé une série de documents de référence. La Fédération des CPAS a alors réagi à ceux-ci.

Sur le fonds et dans l’absolu, l’exercice est intellectuellement pertinent. Sur la forme, il est très long. C’est particulièrement vrai pour des directeurs de maisons de repos fatigués, voire épuisés qui devaient au mois d’août, avec le seul concours de l’infirmière-chef et le MCC, assurer l’essentiel du travail de rédaction. Quand un plan de crise est rédigé par des « néophytes », il est d’usage qu’ils soient accompagnés par des personnes d’expérience, « ferrées », « aguerries » en la matière.

En matière de maison de repos, l’Aviq propose une convention et un ROI de référence. Les maisons qui souhaitent l’adopter le font. Les autres peuvent rédiger un texte « propre », « spécifique ».

Bon nombre des fiches de référence se fondent sur des circulaires de la Région, des recommandations de Sciensano, où l’on peut trouver dans des pratiques recommandées des éléments de réponse pertinents. Il y a près de 600 maisons de repos qui sont fatiguées voire épuisées. Il eut été plus efficace et efficient qu’un seul acteur propose des fiches et que ceux qui veulent faire autre chose les amendent ou fassent une proposition « sui generis » et « in situ ».

La Fédération des CPAS a demandé que le Consultant propose un plan minimum de référence à l’instar de ce qui existe pour les conventions et ROI. À défaut, a minimum, le consultant aurait pu proposer un jeu complet de fiches de référence sur base des circulaires régionales, des instructions sciensano et de « best practices ».

La circulaire du 5 avril 2020 a prôné, en cas de cluster, de « mettre en place une cellule de crise composée, à tout le moins, du responsable de l’établissement, du responsable des équipes, du ou des responsables des ressources humaines et de la logistique, d’une personne en charge de la communication tant interne qu’externe. La cellule de crise est chargée de décider et de mettre en place les mesures adéquates recommandées par l’Agence ». Dans un souci de continuité d’action et d’efficacité, c’est cette cellule qui doit rester à la base de la rédaction du PIU et de la gestion de crise.

La rédaction du plan d’action devrait se faire en deux temps. L’urgent (court terme) et l’important (dès que possible).

Quelques avancées ont été obtenues. Dans le modèle de plan, les éléments à remplir de façon prioritaire sont surlignés en jaune. Initialement demandé pour le 31 août, le plan devra finalement être rentré pour 31 septembre. Un tutoriel sera mis en ligne pour le 3 septembre. Un webinaire sera organisé le 17 septembre. Les informations pratiques seront envoyées par l’Aviq.

Voir la circulaire ministérielle du 12 août 2020 « Plan interne d’Urgence »

Voir le canevas-type de Plan interne d’Urgence

Voir le Guide du Plan interne d’Urgence

Voir le modèle de fiche

Voir un exemple de fiche

Voir un second exemple de fiche

Voir un arbre décisionnel technique COVID reprenant les grandes lignes conductrices en cas de rebond

Voir une fiche technique pour les institutions résidentielles relative aux points d’attention et procédures à mettre en place en cas de rebond au sein d’une collectivité 

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Lire aussi

Date de mise en ligne

2 Septembre 2020

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs

>