Ce document, imprimé le 24-06-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Maison de repos - Poursuites de mesures de sauvegarde

Mis en ligne le 23 Octobre 2020

De nouveaux moyens financiers, pour compenser les pertes liées aux lits inoccupés et les dépenses additionnelles conséquentes à la crise, ont été décidés. Il s’agit :

  • d’un montant de 400 euros par lit agréé pour des frais supplémentaires liés au personnel, au matériel, aux aménagements ;
  • un budget de 10 millions jusque fin 2020. Le calibrage n’est pas encore défini. Cela viserait une aide de l’ordre de 50 euros afin de compenser la perte de prix de journée pour les maisons de repos qui ont une forte baisse du taux d’occupation. Elle serait conditionnée à des conditions de maintien de l’emploi, de non-distribution de dividendes et de non-augmentation du prix ;
  • la poursuite des mesures d’immunisations jusque mars 2021.

Ces mesures rencontrent largement des demandes exprimées lors de l’audition de la Fédération au Parlement de Wallonie, le 2 octobre dernier, et sont donc à saluer vivement. Pour mémoire, à cette occasion les éléments suivants ont été exprimés. « Le Gouvernement wallon a pris des mesures significatives de soutien aux maisons de repos. Force est constater que la sous-occupation persiste et qu’une série maisons de repos restent déforcée en termes de ressources financières. En secteur public, la baisse de taux d’occupation était en moyenne de 4,5 % au 1er septembre. Cela implique que seuls 9 lits sur dix sont occupés. Dans certaines maisons, le taux d’occupation est même de 75 %.  Les maisons de repos doivent avoir des moyens comparables à ceux qui étaient les leurs en 2019 pour assurer la continuité des soins et, le cas échéant, faire face à un rebond. Cela appelle la poursuite des mesures d’immunisation ainsi qu’une compensation au moins partielle de la perte du prix de journée liée à des conditions sociales telles le maintien de l’emploi et l’absence de distribution de dividendes ».

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Tous les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
23 Octobre 2020

Matière(s)

Mots-clefs

>