Ce document, imprimé le 16-09-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Maison de repos - Hausse personnel de réactivation 1.10.2021 - 6 millions one shot

Photo décorative
Mis en ligne le 30 Avril 2021

La Fédération demande de longue date un financement pour les prestations de logopédie en maison de repos et maison de repos et de soins (MR - MRS). Pour mémoire, elles sont couvertes par le forfait sans financement. Or ces prestations ont pris une grande ampleur et sont notamment de grande importance pour faire face au problème de la déglutition.

Dans le cadre de l’estimation du budget 2021 et à l’instigation de la Fédération des CPAS, 13,2 millions d’euros ont été sollicités. Le Gouvernement wallon a finalement prévu 8,27 millions pour renforcer le personnel en maison de repos.  Il y a eu rapidement un consensus pour utiliser ces moyens sur le personnel de réactivation. La Fédération a plaidé pour un progrès partagéTous les résidants des maisons de repos gagneraient à bénéficier de personnel de réactivation, quelle que soit leur catégorie dans l’échelle de Katz. Après débat, au sein de la Commission de conventions, cette option a pu faire consensus. Si tout va bien, pour chaque résidant de MR et MRS, la norme de personnel serait augmentée de 0,084 ETP à partir du 1 octobre 2021 par 30 résidants. Pour une maison avec 90 résidants, cela implique un quart temps (0,25). Une bonne base.

Comme la mesure ne joue qu’à partir d’octobre, il y a de façon ponctuelle une marge de 6,15 millions. Il n’est pas certain qu’elle puisse être activée. La Fédération a plaidé d’allouer les 6,15 millions en fonction du nombre de lits à titre de subvention facultative. Ce montant serait un soutien pour :

  • répondre à l’absentéisme découlant des mesures de quarantaine pendant juillet et août ;
  • anticiper le refinancement de la partie B2 du forfait (petit matériel) de 0,07 à 0,17 euros ;
  • développer des actions en terme de qualité.

Avec 50 789 lits, il serait de 121,16 euros par lit.

Ce plaidoyer tente un juste écho à une appréhension aigue et légitime sur le terrain Pendant les mois de juillet et août, la majorité des membres du personnel va prendre des vacances à l’étranger. Selon les règles actuelles, elle devra observer une quarantaine de 7 jours à son retour.  De facto, cela va déforcer les équipes et générer un absentéisme.

 

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
30 Avril 2021

Matière(s)

>