Choc énergétique - Les CPAS wallons réclament moyens accrus, mesures concertées et anticipées pour soutenir les ménages en détresse
Ce document, imprimé le 07-12-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 18 Novembre 2022

La crise énergétique frappe lourdement l’ensemble de la population. La Fédération des CPAS wallons (UVCW), dont les 262 CPAS se tiennent chaque jour aux côtés des ménages en difficulté, tire la sonnette d’alarme : des mesures simplifiées, anticipées et pérennes pour tous les combustibles seront nécessaires pour soulager les ménages cet hiver 2022-2023 ! 

Les crises se succèdent pour la population wallonne et les mesures visant l’accès à l’énergie se succèdent à un rythme effréné… Décidées dans l’urgence et souvent annoncées bien avant d’être effectives, ces mesures, bien que nécessaires, rendent les démarches d’accès à l’énergie particulièrement complexes et parfois frustrantes, tant pour les équipes des CPAS que pour les bénéficiaires

Au-delà du débat intervenu autour de la Protection Régionale Conjoncturelle (PRC), la Fédération des CPAS wallons tient à rappeler les principaux enjeux de la crise actuelle et les mesures qui s’imposent pour y faire face. 

Ainsi, la Fédération des CPAS réclame des mesures concertées entre les différents niveaux de pouvoir et anticipées (quid d’une régularité du Comité de Concertation (Codeco) « énergie », qui pourrait s’atteler à l’accès à l’énergie, mais également aux enjeux climatiques, de rénovation des logements… ?). La crise énergétique est loin d’être terminée. Les décisions doivent être prises sur la durée, surtout à l’approche des rigueurs de l’hiver.  

Les mesures doivent également être accessibles (en regard de la fracture numérique, mais également des modalités d’octroi) pour éliminer le non-recours aux droits

Compte tenu de la diversité des situations, les aides doivent porter sur l’ensemble des combustibles utilisés par la population. Faute de pouvoir remplir une cuve à mazout ou craignant une régularisation excessive, de nombreux ménages se tournent vers le bois, le charbon… voire d’autres systèmes, au péril de leur santé ou de leur sécurité. A quand la création d’un fonds permettant aux CPAS de venir en aide aux ménages, quels que soient les combustibles utilisés ? 

Le choc énergétique actuel plonge une large partie de la population dans l’angoisse. La classe moyenne, aux prises avec des acomptes exorbitants ou des régularisations ingérables, a désormais, elle aussi, besoin d’être soutenue. 

Parmi les mesures de soutien importantes, notons l’intérêt du tarif social qui, moyennant des fonds complémentaires, pourrait s’élargir aux personnes dont les revenus se trouvent juste au-dessus du niveau de revenus des Bénéficiaires de l’Intervention Majorée (BIM). La création d’un tarif social intermédiaire serait de ce point de vue une aide non négligeable pour une partie de la classe moyenne. Aussi, la Fédération des CPAS insiste pour qu’en amont, le gouvernement veille à bloquer la hausse du tarif social. Celui-ci suit effectivement les prix du marché et risque de devenir impayable dès le milieu de l’année 2023.

 Le Fonds Gaz Electricité est un outil précieux pour les CPAS. Il permet une action tant curative que préventive. Plusieurs aménagements restent nécessaires pour le perfectionner. Parmi ceux-ci, moyennant l’élargissement de l’enveloppe disponible, il conviendrait d’établir un seuil minimum de 15.000 € pour les petits et moyens CPAS. Certains disposent en effet d’une trop faible enveloppe, limitant de facto leurs interventions dans ce cadre. 

Quant au Fonds Mazout, les CPAS sollicitent la création d’un dispositif permettant de préfinancer les achats de mazout ou le paiement échelonné de ceux-ci. 

D’une manière générale, et sans surprise, la Fédération souligne la nécessité de simplifier les dispositifs et de renforcer les équipes dans les CPAS. Affaiblis par les crises successives et assaillis par de multiples demandes des citoyens paniqués (contacts avec les fournisseurs, négociation de plans de paiement, obtention du tarif social, régularisation des dossiers, activation des fonds disponibles, renseignements généraux…), les CPAS gagneraient à voir leurs équipes « énergie » renforcées, tant pour le volet curatif que le volet préventif de leurs actions. Bien entendu, la Fédération des CPAS plaide pour le maintien structurel des moyens alloués au renfort du personnel en CPAS

L’accès à l’énergie est un enjeu qui réclame la mise en œuvre d’actions concertées, anticipées et pérennes ainsi que des moyens humains suffisants pour accompagner la population en détresse. La Fédération des CPAS wallons souhaite, par ces revendications concrètes issues du terrain, alimenter les analyses des Gouvernements qui tentent au mieux de soutenir la population. 

Contact : Alain Vaessen, Directeur général de la Fédération des CPAS wallons (081/240 650 - alain.vaessen@uvcw.be)

Date de mise en ligne
18 Novembre 2022

Matière(s)

Energie Aide sociale
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Energie