Ce document, imprimé le 14-04-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Le fleurissement raisonné: du sur mesure pour une gestion durable

Mis en ligne le 12 Février 2007

Objectifs

L'objectif principal du fleurissement est évidemment la recherche d'un esthétisme mettant en valeur la commune et son patrimoine en plus d'assurer un cadre de vie agréable pour les citoyens et les visiteurs. Le fleurissement raisonné poursuit les mêmes objectifs tout y en incluant les trois composantes suivantes: Ecologie, Biodiversité et Durabilité. Cet objectif poursuivi devrait également amener le concepteur à mettre en œuvre des végétaux en optimalisant leur adaptation au sol et au climat ce qui aura pour conséquence directe un moindre recours aux produits phytosanitaires.

Descriptif

La conception raisonnée permet d'adapter le fleurissement aux besoins esthétiques de la commune en fonction des besoins identifiés; et ce en fonction des zones analysées. Les endroits de prestige de la commune recevront une attention particulière associée à un investissement plus important tandis que d'autres zones pourront relever d'une gestion plus naturelle (couvre-sols, buissons, feuillages décoratifs, plantes plus rustiques,…).

Les impacts bénéfiques de ce type de gestion sont nombreux et divers: esthétisme, amélioration de la biodiversité, économie financière. En effet, non seulement la biodiversité s'accroit via la création de nouvelles niches écologiques mais le maintien de cette végétation permettra aussi à la faune de s'y réfugier durant la mauvaise saison en plus d'assurer un meilleur maintien des terres.

De même, en s'inscrivant dans ce fleurissement raisonné, la conception et la mise en œuvre respecteront d'avantage la physiologie et l'écologie des plantes ce qui aura pour conséquence bénéfique d'entraîner une diminution de l'utilisation des produits pour lutter contre les ravageurs et les maladies.

Enfin, en pratiquant ce type de gestion, les finances communales s'en trouveront allégées. En effet, le renouvellement des plants ne se fera plus automatiquement et uniformément chaque année. Les interventions des jardiniers se feront également moins intenses en fonction des zones en question que ce soit pour les actions de plantation, d'entretien des parterres ou encore pour l'arrosage qui se fera moindre dans les zones plantées de couvre-sols.

Mise en œuvre – étapes

La conception

La première étape consiste à définir le zonage des espaces verts en définissant les zones phare de prestige, les zones de grand passage et les zones plus naturelles.

Les zones de prestige de la commune sont, par exemple, les espaces verts entourant l'hôtel de ville ou la place principale du village. La conception de cette zone sera généralement très horticole, très soignée au niveau de la composition qui sera le plus souvent annuelle pour pouvoir l'adapter à souhait.

Toutefois, au sein de ces mêmes zones, on peut envisager la mise en place de vivaces permettant de structurer l'espace ou encore permettant de diminuer au bout de deux ou trois ans les opérations de désherbage en privilégiant les plantes couvre-sols.

Les zones de grand passage représentent des zones auxquelles une attention particulière veut également être apportée comme les entrées de village, les places secondaires ou encore certains monuments. Ces zones sont généralement hybrides au niveau de leur aménagement. On y intensifie le recours aux vivaces sans toutefois dédaigner des apports annuels pour rehausser le tout.

Le troisième type de zone correspond aux zones pouvant bénéficier d'un aspect plus naturel permettant de mettre en œuvre des vivaces, des plantes buissonnantes, les couvre-sols, les plantes à feuillage décoratif. Les prairies fleuries sont également mises à l'honneur ou encore la pratique du fauchage tardif ou de la régénération naturelle dans les espaces plus boisés.

Le choix des especes à planter

Le choix des espèces est une étape cruciale puisqu'il va permettre de rencontrer les objectifs esthétiques définis pour chaque zone. Une attention particulière sera apportée au respect des paramètres liés au développement correct des plants comme la nature du sol, la luminosité ou l'exposition aux vents dominants ainsi qu'aux associations des cortèges phytosociologiques.

Le choix des essences pourrait également permettre de faire renaitre une végétation ancienne et un peu oubliée du fait de leur rusticité ou encore œuvrer à l'enrichissement tant floristique que faunistique de la région.

La diversification des essences devrait également permettre de diminuer la pression potentielle des ravageurs ou des nuisibles.

L'entretien des espaces verts

La conception d'un fleurissement différencié va entraîner une diversification des mesures d'entretien. L'utilisation des plantes couvre-sols permet, une fois établie, de limiter assez rapidement les opérations de désherbage manuel. Un choix adéquat des essences adaptées à la station choisie entraînera également une diminution voire la suppression du recours aux produits phytosanitaires. La fréquence et l'abondance des arrosages seront à adapter en fonction des nouveaux besoins.

La communication

La communication se fera à destination de divers publics (les services communaux, les citoyens et les écoliers) et à différents moments clés en vue d'accompagner au mieux les changements attendus.

Expliquer le changement dans la gestion des espaces verts et les différentes étapes de mise en œuvre ainsi que les raisons qui ont amenés les décideurs publics à opter pour celui-ci sera crucial pour que le public accepte les modifications ou mieux encore s'approprie le projet et le transpose dans sa pratique individuelle. L'exposé des résultats esthétiques associé à celui des bénéfices attendus, entre autres pour la nature, permettra d'associer à ce pan de communication celui de la sensibilisation des citoyens qui poursuivront peut-être la démarche au sein de leur jardin.

De même au sein des écoles disposant d'un espace vert intra-muros, les élèves pourraient monter un projet d'école permettant d'ajouter leur contribution au projet global de leur commune.

Opérateurs et partenaires

De nombreux acteurs vont avoir la possibilité d'intervenir pour assurer la réussite de ce fleurissement raisonné.

La décision politique initiale de ce changement de conception sera suivie d'une phase d'analyse, d'étude et de consultation par les services communaux en vue de préparer un projet lié notamment au zonage des espaces verts à fleurir. Durant cette phase, la Direction des Espaces verts de la Région wallonne peut s'avérer être un partenaire efficace.

Les personnes chargées de l'entretien des espaces verts, qu'ils appartiennent aux services communaux ou non, devront également faire l'objet d'une information adéquate pour assurer sur le terrain les divers changements.

Financement et moyens

Au sein de la Direction générale des Ressources naturelles et de l'Environnement (DGRNE), la division des Espaces verts a pour mission d'instruire les demandes de subventions à l’acquisition ou à l’aménagement provenant des pouvoirs locaux.

En savoir plus

Contacts

Union des Villes et des communes de wallonie
Christel TERMOL
Conseillère en environnement
Service Environnement
Union des Villes et Communes de Wallonie
Tel: 081/24.06.28
Fax: 081/24.06.17
E-mail:

Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement
Direction des Espaces verts
Avenue Prince de Liège, 15 B-5100 NAMUR
Tél.: +32 (0) 81 33 58 31
Fax : +32 (0) 81 33 58 11
E-mail :

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Lire aussi

Date de mise en ligne

12 Février 2007

Type de contenu

Matière(s)

>