Ce document, imprimé le 08-12-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

IMIO souffle ses deux bougies avec le Ministre

Mis en ligne le 20 Janvier 2014

Ce 17 janvier, à l'occasion de ses 2 ans d'existence, l'Intercommunale de mutualisation informatique IMIO a reçu le Ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, pour une visite de ses bureaux de Mons et une rencontre avec son staff.

La matinée se termina par une conférence de presse qui fut l'occasion de faire un point sur l'état d'IMIO et sur ses réalisations.

Le Ministre Furlan rappela d'abord le contexte qui amena à la mise en place d'IMIO : les communes ont peu de compétences IT en interne, il n'est pas facile pour elles de recruter des profils techniques. Seules face à leurs prestataires informatiques, elles sont en position de faiblesse.

Avec IMIO, la Région a voulu mettre en place un centre de compétences informatiques "permettant de faire entrer les communes dans la modernité, tout en diminuant le coût des outils qui leur sont proposés", dit le Ministre. La forme intercommunale a été choisie "pour permettre aux communes de prendre leur destin en main".

En deux ans, IMIO s'est considérablement développée. 200 pouvoirs locaux wallons sont désormais affiliés à l'intercommunale, dont 170 communes. Les outils proposés par IMIO sont largement plébiscités et de nouvelles réalisations sont dans les cartons.

Le Ministre Furlan énonce quatre défis qui attendent IMIO pour les années à venir : absorber la croissance tout en maintenant la qualité des outils et du service, développer des partenariats avec le privé, atteindre l'indépendance financière et rayonner à l'international.

Le Président d'IMIO, Marc Barvais, détaille le coût des divers outils, en insistant sur le fait qu'il existe une « différence significative par rapport aux coûts du privé ». Outre le coût, « l'accompagnement des communes est essentiel », dit-il. C'est pourquoi, depuis le début, IMIO veille à toujours être à l'écoute des communes de façon à répondre de manière optimale à leurs besoins.

Le Vice-Président, Benoît Dispa, souligne quant à lui la qualité des outils d'IMIO. « C'est de là que vient le succès d'IMIO », dit-il. Il se félicite par ailleurs de la bonne santé financière de l'intercommunale et du fait que son business plan est parfaitement réalisé, dépassé même. Il insiste sur la nécessaire maîtrise des coûts –« IMIO ne doit pas devenir une grosse machine »-, et sur la sobriété dont doit faire preuve l'intercommunale.

Annexes

Date de mise en ligne
20 Janvier 2014

Type de contenu