Ce document, imprimé le 02-08-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Pourquoi fleurir ma commune?

Mis en ligne le 7 Mars 2008

En France, le Concours national des Villes et Villages Fleuris est organisé depuis plus de quarante ans. Il est devenu, au fil des années, un véritable phénomène de société puisque plus de 12000 communes contribuent à donner une image positive au pays (qui est la première destination touristique mondiale). Au début, le but était d’embellir le cadre de vie de la commune. Depuis, le concours a connu des évolutions considérables et les impacts des actions d’embellissement s’avèrent être nombreux aujourd’hui. On a souvent affirmé que le fleurissement est source de lien social, de revenus pour la commune, de notoriété et de flux touristique. Autant d’affirmations souvent entendues, mais jamais vraiment mesurées. C’est pourquoi le Conseil national des Villes et Villages Fleuris (CNVVF) a lancé, fin 2006, une enquête auprès d’une quinzaine de communes labellisées ‘4 Fleurs’ afin d’évaluer qualitativement l’impact global des actions de fleurissement et de l’embellissement végétal. Les élus, interrogés par le cabinet d’études, sont assez unanimes pour accorder un satisfecit global au fleurissement. Ils évoquent les multiples impacts du fleurissement sur la vie des communes car les actions d’embellissement se répercutent sur le cadre de vie, le cadre social et civique, le tourisme, le cadre économique, mais aussi le cadre éducatif.

Le fleurissement induit une attitude positive envers l’élu

Presque tous les élus interrogés reconnaissent l’impact positif du fleurissement qui induit une qualité de relation avec les administrés sur un sujet qui apparaît toujours consensuel. Pour un des maires interrogés, "c’est bien le seul domaine où l’élu ne reçoit que des lettres de félicitations".

Une commune changée pour un prix limité

Si la dimension esthétique du fleurissement est importante, les élus insistent aussi sur les aspects d’intégration sociale car le fleurissement fait vite partie intégrante de l’identité des municipalités. Une ville de la Région parisienne, auparavant banlieue dotée de 75% de logements sociaux, est devenue, selon les agences immobilières locales, la Chlorophylle Vallée. Avec peu de moyens, 3% du budget de la ville, il est donc possible de changer l’image d’une commune, ce qui est moins cher que de se faire connaître et reconnaître par la culture ou le sport. Les élus ont calculé que, pour l'équivalent d'un bouquet de fleurs à 18 euros par an et par habitant, ils offrent à présent un bouquet permanent dans la ville. Dans une autre commune, 70% du budget fleurissement est assuré par les recettes touristiques.

De l’uranium au géranium

Dans une commune de l’Isère, seul le fleurissement a permis au village de sortir des problèmes économiques consécutifs à la fermeture de la centrale EDF. A la suite de cette véritable "mort économique", le fleurissement s’est avéré être un choix judicieux car il a permis à la population de rebondir sur un projet consensuel et positif. Après avoir reçu le label" 4 Fleurs", l’immobilier de la commune a regrimpé et les gens se sont réinstallés.

Pas d’émeutes dans les quartiers fleuris
Un maire précise qu’il ne peut y avoir de ville à deux vitesses et qu'il est important de veiller à la juste répartition des aménagements afin de faire bénéficier chaque quartier de l’embellissement. Même dans les cités, le fleurissement ne rencontre pas de problème particulier. Il y a même des habitants qui proposent leurs services pour l’arrosage des tours d’arbres qu’ils ont décidé de fleurir. Pendant les émeutes de la banlieue parisienne, fin 2005, à Aulnay-sous-Bois, les aménagements paysagers ont été respectés. Ce qui importe, c’est l’animation qui est réalisée autour du fleurissement ainsi que les actions auprès des écoles.

Les commerces sont conservés

Globalement, le fleurissement communal favorise le maintien des petits commerces (épicerie, café, restaurant, ...) dans le centre ville. Depuis l’avènement de la politique de fleurissement, et surtout l'attribution d'un prix européen à leur commune, des viticulteurs champenois ont vu leurs ventes de vin augmenter significativement.

Un effet de mimétisme et d’entraînement sur les communes environnantes

Le fleurissement influence les communes voisines dans leurs envies de progresser dans le domaine. Il y apparaît des échanges entre communes, notamment en matière de techniques et de gestion. L’expérience de communes plus importantes profite aux petites communes voisines.

Les clés de la réussite

Trois critères apparaissent comme fondamentaux pour réussir:
- la volonté politique;
- les moyens financiers nécessaires;
- des responsables des espaces verts compétents.

Mais c’est bien l’adéquation entre la volonté politique et la compétence technique, ou autrement dit le binôme élu et technicien, qui ont été systématiquement affirmés comme un des facteurs-clés de réussite.

Une demande profonde de plus d’espaces verts

Les conclusions de l’enquête précisent que l'attribution du label n’est pas tant une photo agréable d’une situation, mais plutôt un levier d’actions, une dynamique. Les critères d’évaluation de la grille établie par le CNVVF permettent aux communes d’établir un véritable plan d’action qui va bien au-delà du simple fleurissement. Le label pourrait intégrer trois volets supplémentaires: social, économique et tendances et techniques.
Le dernier prendrait mieux en compte la notation du renouvellement, de l’originalité, la créativité et les innovations techniques. L'affirmation d’un label aux enjeux élargis marquerait une étape nouvelle pour les communes et les collectivités reconnues. Elles y trouveraient la reconnaissance complète de leurs actions.
Enfin, l'enquête pointe qu'il existe une demande profonde de plus d’espaces verts, d’un meilleur cadre de vie en réaction à l’urbanisation et à la pollution.

En Région wallonne, il existe plusieurs concours pour le fleurissement, soit au niveau provincial, soit à un niveau local. Une réflexion s’est toutefois mise en place au sein des secteurs touristiques et horticoles pour mettre sur pied en 2008 un concours pour le fleurissement sur tout le territoire wallon …
L’étude réalisée par la Société Marque et Management est téléchargeable dans sa version complète sur le site internet du Conseil national des Villes et Villages fleuris en France: www.villes-et-villages-fleuris.com , rubrique Assises.

L'auteur

Alain Grifnée

Fédération wallonne horticole

Date de mise en ligne
7 Mars 2008

Type de contenu

Matière(s)

>