Ce document, imprimé le 15-04-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Conditions à respecter par une commune lors de la préparation du matériel de pulvérisation de pesticides

Mis en ligne le 15 Janvier 2015

Je dois préparer mon matériel afin de pulvériser des pesticides. Que dois-je respecter comme conditions lors de la manipulation ?

Le décret du 10 juillet 2013 relatif à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques (ci-après « produits phytos ») précise que le Gouvernement wallon peut encadrer les manipulations de produits phytos et les soumettre à certaines mesures de précaution visant à réduire ou éviter les risques de pollution de l’environnement. Il le fera sans tarder via l’arrêté du Gouvernement wallon du 11 juillet 2013.

Aire de manipulation
Afin d’éviter l’infiltration de produits phytos ou de leurs adjuvants dans le sol, plus aucune manipulation ne pourra se faire ailleurs que sur un sol recouvert d’une végétation herbacée ou sur une aire recouverte d’un matériau étanche résistant chimiquement et mécaniquement. L’étanchéité du matériau mis en œuvre sera par exemple prouvée par les caractéristiques techniques du béton étanche reprises sur la facture. Les documents prouvant l’étanchéité sont conservés et disponibles en cas de contrôle. Il est possible que la mise en œuvre du matériau soit contrôlée afin de constater l’absence de fissures.

Si d’aventure, des produits phytos, des adjuvants ou encore des eaux polluées par ces composants venaient à s’écouler sur cette aire étanche, les produits devront être drainés vers une installation de traitement des eaux polluées. Il est absolument hors de question qu’ils aboutissent dans les eaux souterraines, de surface ou encore qu’elles soient raclées vers un point d’entrée du système d’égouttage.

Précaution lors de la prise d’eau
Lors de la phase de préparation de la bouillie de pulvérisation, il est indispensable de prendre toutes les précautions pour éviter de contaminer les réseaux de distribution d’eau ou autre source d’approvisionnement en eau.

Toute prise d’eau destinée à diluer le produit phyto avant application sera faite en empêchant le retour de l’eau de remplissage de la citerne vers le réseau de distribution par exemple. À défaut de système antidébordement, il y aura lieu de surveiller cette étape afin d’éviter que la cuve ne déborde.

Pour rappel, il est interdit de prendre l’eau dans une eau de surface ou souterraine quelle qu’elle soit afin de remplir sa cuve ou d’effectuer une dilution.

Gestion des effluents phytopharmaceutiques
Une fois l’application des produits phytos effectuée, viennent les étapes du nettoyage, de la vidange du pulvérisateur et de l’évacuation des bidons vides le cas échéant.

Le nettoyage du matériel de pulvérisation doit se faire à nouveau aux mêmes endroits que la préparation : végétation herbacée ou aire étanche.

Pour autant que la concentration en produits du fond de cuve initial soit au moins divisée par 100, son application est autorisée. Il est possible également que le fond de cuve restant après traitement soit utilisé pour préparer une autre bouillie de traitement mais cela dépendra entièrement des prescriptions qui seront reprises sur les étiquettes des produits en question.

Bidons vides
Enfin, les bidons vides feront l’objet d’un rinçage tel que l’appareil utilisé le prévoit ou seront rincés à trois reprises avec de l’eau claire. Les eaux de rinçage peuvent être versées dans la cuve afin de réaliser la bouillie suivante ou seront épurées par le biais d’un biofiltre par exemple.

Il faut ensuite bien laisser sécher les bidons sans remettre les bouchons. Une fois secs, ils seront stockés valablement dans le local phyto en attendant la collecte par Phytofar Recover dans les sacs prévus pour ce faire.

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Lire aussi

Date de mise en ligne

15 Janvier 2015

Type de contenu

Q/R

Matière(s)

>