Ce document, imprimé le 27-11-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Crise du scolyte et impacts financiers pour les communes: l’UVCW interpelle le Gouvernement

Mis en ligne le 20 Février 2019

La forêt wallonne est soumise à rude épreuve ces dernières années avec l’arrivée de maladies et de ravageurs touchant les frênes, les chênes ou plus récemment les épicéas. En effet, c’est une crise très importante qui s’abat aujourd’hui sur nos forêts d’épicéas mettant ainsi les communes forestières dans une situation financière des plus délicates. Une partie parfois substantielle de leur budget communal provient de la vente de ces bois.

A cause du scolyte, les pertes risquent d’être sévères et ce même si le marquage et l’exploitation sanitaire s’effectuent en forêt. De plus, du fait de cet afflux rapide d’arbres sur le marché, leur valeur a déjà bien baissé et il risque de devenir de plus en plus difficile de trouver acquéreur pour ces bois. La situation est déjà problématique pour l’heure mais elle promet de devenir catastrophique avec les envols printaniers à venir. 

A cette perte financière due à la moins-value lors des ventes, il faudra ajouter les frais que les communes devront engager pour remplacer les milliers d’arbres touchés une fois la crise passée. L’Union des Villes et Communes de Wallonie a donc demandé au Gouvernement wallon que ce fléau soit reconnu au niveau de la Région comme nécessitant l’intervention publique pour soutenir les propriétaires par rapport aux pertes financières subies suite à cette calamité forestière, et ce malgré la gestion adéquate de la crise sur le terrain.

Une aide à la plantation est également indispensable pour que la forêt puisse se relever de cette crise sanitaire en soutenant les propriétaires dans leur volonté de restaurer leur patrimoine forestier. Sans la reconnaissance de l’état d’urgence dans lequel se trouve la forêt et sans le soutien du pouvoir public, c’est l’ensemble de la filière bois qui risquerait de ne pas se relever.

 

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de Conseillère-Expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
20 Février 2019

Type de contenu

Matière(s)