Ce document, imprimé le 17-04-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Une nouvelle circulaire pour organiser la chasse en cette première période de déconfinement

Mis en ligne le 4 Mai 2020

A partir de ce 04 mai et dans le cadre de la première phase de déconfinement, la chasse est reprise parmi les activités autorisées pour autant qu’elle se pratique seul et dans le respect des mesures de prévention applicables à chacun (limitation des contacts, distances de sécurité et hygiène des mains).

De manière concrète, la chasse à l’affût des espèces gibiers (brocard, lapin, renard) qui sont ouvertes à cette époque est permise en plaine comme au bois. La chasse à l’approche est autorisée également pour le brocard et le sanglier.

Pour rappel, ces activités doivent se pratiquer seul, sans contact avec d’autres chasseurs et pour autant que le chasseur puisse justifier son déplacement en étant en possession, lors de son déplacement entre son domicile et son territoire de chasse, de son permis de chasse, de son arme de chasse  ainsi que d’un document de localisation du territoire de chasse attestant que ce chasseur a le droit d’y chasser.  La circulaire précise qu’il est admissible que le chasseur puisse être accompagné par un autre chasseur en possession de son arme et de son permis pour autant que ce dernier fasse partie de sa famille et vive au quotidien avec lui  et puisse également chasser sur le territoire de chasse où ils se rendent.

Dans les zones concernées par la PPA, il y a lieu de poursuivre l’élimination des sangliers dans le respect des conditions préétablies.

Les chasseurs qui procèderaient à de la destruction sur base de l’AGW du 18 octobre 2020 peuvent poursuivre leurs opérations au vu de la nécessité de protéger l’agriculture pour autant qu’elles soient pratiquées individuellement. En cas de contrôle, le chasseur doit pouvoir justifier son déplacement en montrant à la fois son autorisation de destruction, à pratiquer cette activité seul et à ne pas faire de détour pour se rendre à l’endroit voulu pour pratiquer la destruction dont question.

Les activités de nourrissage du gibier, de gardiennage et d’entretien des infrastructures cynégétiques et des clôtures de protection des cultures généralement assurées par des gardes assermentés ou non sont autorisées pour autant qu’elles soient pratiquées par une seule personne et en limitant le trajet au strict minimum possible.

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Lire aussi

Date de mise en ligne

4 Mai 2020

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs

>