Ce document, imprimé le 03-08-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Aidons la forêt à retrouver sa sérénité

Mis en ligne le 20 Avril 2016

Petit retour dans le temps. Septembre 2015, la vente d’Etalle est empêchée par la grogne des exploitants forestiers. En cause? Des délais d’exploitation impossibles à tenir. Entre les fermetures en raison du mauvais temps, de la chasse, de la protection de la biodiversité et des sols, de la protection des arbres eux-mêmes, le secteur forestier se demande quand il est encore possible d’exploiter correctement une forêt. Leur message a été entendu et toutes les parties concernées par la forêt, le DNF, UREBO, l’OEWB et l’UVCW, se sont rencontrées afin de pouvoir trouver une solution à ce problème.

Mais le malaise du secteur du bois est plus profond. Au fur et à mesure du temps, la connaissance des clauses du cahier général des charges des ventes de bois par le secteur s’est peut-être un peu effritée et pour attirer l’attention des exploitants sur un certain nombre de mesures de protection de la forêt (présentes dans le cahier des charges mais parfois méconnues), ces mesures se sont transformées, sous l’impulsion du DNF, en mesures spécifiques pour un ou plusieurs lots alourdissant ainsi le catalogue des ventes de bois. C’est ainsi que fut décidée la création d’un groupe de travail au sein duquel l’UVCW participe afin de trouver des solutions efficaces et utiles.

La ligne conductrice de nos travaux a été notamment de nous concentrer non pas sur les moyens mais sur les objectifs à atteindre pour permettre une exploitation responsable et respectueuse des forêts tout en insistant sur l’importance d’une communication efficace entre les travailleurs forestiers, le DNF et la commune. Le catalogue de vente ne devrait dès lors plus regorger de mesures spécifiques redondantes mais reprendre uniquement ce genre de recommandations techniques lorsqu’il est essentiel qu’elles soient appliquées. Leur mention sera d’ailleurs accompagnée d’une justification. Dans cette période de transition, il serait peut-être recommandé aux communes de veiller à ce que cette nouvelle manière de procéder soit bien appliquée dans les prochains catalogues de vente.

Autre écharde dans le chef des exploitants forestiers: les difficultés financières. Le cahier des charges prévoit quatre délais de paiement étalés sur 8 mois. Leur demande consistait à alléger le début de l’année, critique au niveau de la trésorerie pour eux. L’UVCW a ainsi lancé une large consultation auprès de communes forestières pour recueillir leur avis sur la question. La solution qui fut proposée en retour a remporté l’aval de l’ensemble des acteurs participant à ce groupe de négociation à savoir répartir les paiements sur trois échéances tout en gardant les 8 mois de délais initiaux. Nous arriverions alors à des paiements étalés sur le 2ème mois, le 6ème et le 8ème mois. Le début de l’année est allégé tout en garantissant aux communes une rentrée financière plus importante au 2ème mois (1/3 au lieu d’1/4 du montant) permettant ainsi de patienter plus facilement jusqu’au 6ème mois pour l’échéance suivante. Le Ministre des Forêts a d’ailleurs déjà laissé entendre que cette solution semblait équilibrée.

La question de la suppression de la caution bancaire couvrant notamment les dégâts au profit d’un autre système n’est pas encore suffisamment aboutie que pour faire l’objet d’une discussion utile dans notre groupe de négociation. Toutefois, nous nous permettrons d’insister sur l’importance qu’a la libération de cette caution pour l’exploitant une fois que le chantier d’exploitation est terminé. Chaque partie, que cela soit l’exploitant, le DNF ou le directeur financier de la commune, doit veiller à agir prestement afin de diminuer au minimum le temps d’attente pour les exploitants pour pouvoir réinvestir ce capital dans nos forêts.

Le chantier entamé est loin d’être terminé puisqu’il reste encore des solutions à trouver pour permettre au secteur du bois de se développer durablement et de redévelopper certaines filières en péril. Il est essentiel aussi d’un point de vue économique de rendre ce secteur plus attractif pour les jeunes entrepreneurs. Pour les communes, il est crucial de maintenir une exploitation forestière dynamique dans un parfait équilibre des piliers du développement durable repris par le Code forestier.

L’Union des Villes et Communes de Wallonie va d’ailleurs organiser d’ici au mois de juin une journée d’information sur le thème du devenir économique de nos forêts communales. Vaste sujet que nous développerons avec un panel de partenaires. 

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
20 Avril 2016

Type de contenu

Matière(s)

>