Ce document, imprimé le 02-12-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Un entretien naturel sous les panneaux photovoltaïques

Mis en ligne le 13 Novembre 2015

Au moment de la création d’un projet d’installation de panneaux photovoltaïques de grande ampleur, il est essentiel de penser à la contrainte de l’entretien de l’espace. En effet les espaces sis en-dessous des panneaux ne sont pas facilement accessibles pour les machines et le temps pour tondre ou faucher risque de se faire rare au vu de la réorganisation des heures dédiées à l’entretien des espaces sans pesticide.

Différents projets d’éco pâturage ont vu le jour en Belgique mais aussi à l’étranger comme en Allemagne, en Espagne ou encore au Portugal. Il est question de faire appel à un partenariat si possible local, avec un berger. Ce berger pourrait mettre à disposition des moutons adaptés à ce genre de végétation afin de les laisser brouter à la belle saison dans l’enclos des panneaux photovoltaïques. Ce pâturage est extensif, c’est-à-dire que le nombre d’animaux est adapté à la capacité nourricière du lieu. Côté sécurité, les moutons ne courent aucun risque puisque d’une part les panneaux sont hors d’atteinte puisqu’ils peuvent passer en-dessous et d’autre part les câbles sont protégés. Le projet n’est pas à essayer avec des chèvres qui ont des propensions à sauter ce qui augmenterait le risque pour les panneaux.

Certains bergers ont même pris comme critère de sélection le peu d’attrait de l’espèce d’un point de vue culinaire afin de limiter tant que possible le vol d’animaux.

Il est évident qu’il faut que l’endroit soit clôturé et que les panneaux soient un peu surélevés par rapport au sol afin de laisser passer suffisamment de lumière et de donner accès aux animaux.

Si le champ de panneaux photovoltaïques est grand, il est possible d’utiliser des barrières amovibles afin de cloisonner les endroits à pâturer et ainsi effectuer une rotation sur le site.

Par la présence des animaux, le terrain profite des apports d’engrais ce qui permet un développement adéquat de la végétation. 

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de Conseillère-Expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
13 Novembre 2015

Type de contenu

Matière(s)