Ce document, imprimé le 17-10-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Communes : Agissez pour éviter le massacre des hérissons !

Mis en ligne le 19 Mai 2021

Les robots-tondeuses se rencontrent de plus en plus souvent dans nos jardins wallons. Ils rendent peut-être de grands services à leurs propriétaires et sont moins bruyants que les tracteurs ou les tondeuses classiques mais ils causent de gros dégâts au niveau de la faune s'ils sont programmés pour tourner la nuit. En effet, les animaux tel le hérisson sont victimes des lames tranchantes de ces machines silencieuses et ont peu de chance de leur échapper s’ils se retrouvent sur leur chemin de tonte.

Les Creaves (centre de revalidation des espèces animales vivant à l’état sauvage) sont les témoins de l’augmentation de ces accidents souvent mortels puisque les citoyens leur apportent de plus en plus fréquemment des hérissons mutilés. Certains vétérinaires participant également au sauvetage des espèces sauvages font le même constat d’une croissance alarmante des cas de mutilation.

Témoignages :

A Dalhem, Monsieur Belleflamme, vétérinaire bénévole, participe au sauvetage des espèces sauvages et reçoit tous les jours des hérissons blessés majoritairement par des robots-tondeuses. Malheureusement, ces hérissons blessés sont retrouvés généralement un peu trop tard par rapport à l’état de leurs blessures profondes et infectées ce qui fait diminuer drastiquement le taux de survie à 20%. 

A Courcelles, ce sont quelques 15 hérissons qui sont arrivés en une seule journée chez Madame Godin, vétérinaire bénévole, pour y recevoir des soins. Quatre d’entre eux étaient trop gravement atteints pour être guéris mais les autres devraient retrouver le chemin des jardins après des soins assez conséquents quand même.

Faut-il attendre de retrouver un hérisson lacéré dans sa pelouse au matin pour être sensibilisé à leur cause et aux risques que les détenteurs de ces machines leur font courir la plupart du temps sans en être conscients ? Pourtant la solution rapide et efficace est facile et ne demande pas d’effort au citoyen détenteur de robot-tondeuse : il suffit de supprimer la programmation de nuit ! En une manipulation, finies les mutilations pour les hérissons !

Solution 1 : La sensibilisation

La ministre de l’Environnement souhaite faire changer les normes de produits en travaillant avec le Fédéral sur cette problématique mais les communes peuvent déjà agir en sensibilisant les citoyens et pourquoi pas aussi les revendeurs de ces machines (via les conseils à donner aux acheteurs et la programmation des tontes) à la cause des animaux nocturnes victimes de ces tondeuses silencieuses.

Nous sommes persuadés que bon nombre de ces détenteurs de tondeuses automatiques sont inconscients de la souffrance qu’ils provoquent à la faune sauvage.

Profitez de votre bulletin communal pour attirer leur attention !

Sensibilisez les enfants dans les écoles communales !

Affichez des informations aux valves pour attirer l’attention des citoyens sur le lourd tribut payé inutilement par les hérissons!

Solution 2 : Règlement pour imposer l’interdiction de programmation pendant la nuit

Seconde possibilité d’action, complémentaire à la première, pour les communes à activer dès à présent : un règlement communal pris sur base de l’article 58 quinquies de la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature interdisant la mise en fonctionnement de ces machines durant la période nocturne c’est-à-dire de deux heures avant le coucher du soleil à deux heures après son lever par exemple. Cela permettra ainsi aux hérissons de déambuler dans les jardins en plus grande sécurité.

Dalhem, Liège, Antoing, Arlon, Bernissart, Brugelette, Charleroi, Couvin, , Flémalle, Gerpinnes, Hamoir, Nivelles, Thuin, Waterloo et Seraing par exemple ont déjà franchi le cap en adoptant ce Règlement.

Vous trouverez en annexe un modèle de règlement qui permettra ainsi à votre commune de participer à la protection de cet animal vulnérable qui subit déjà de lourdes pertes à cause de nos routes, des piscines privées et des granulés bleus de certains jardiniers.

N’hésitez pas à insister sur la communication autour de ce nouveau règlement pour intensifier la sensibilisation des citoyens par rapport au rôle qu’ils jouent peut-être dans le massacre des hérissons mais surtout celui qu’ils peuvent jouer très facilement pour leur sauvegarde.

****

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
19 Mai 2021

Type de contenu

Matière(s)

>