Ce document, imprimé le 30-11-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Quand les communes commencent à manquer de moyens efficaces pour réguler les surdensités de grand gibier!

Mis en ligne le 22 Juin 2021

Mai 2021 : Stoumont voit son label PEFC suspendu pour un an à cause de l’impact du grand gibier sur ses forêts ! La situation vécue par cette commune nous interpelle au plus haut point. Bien conscient de l’excès croissant de gibier dans ses forêts, ce propriétaire forestier a apporté des modifications à son cahier des charges, il a multiplié les démarches, les contacts avec son locataire de chasse, le conseil cynégétique, le DNF et même le Ministre ayant la chasse dans ses attributions afin de demander leur aide pour arriver à faire baisser la surdensité de grand gibier.

Rien n’y a fait ! Les populations de gibier n’ont cessé de croître impactant de manière significative la forêt d’où la suspension du PEFC.

Le constat est là : la commune a mis tout ce qui était à sa disposition pour faire infléchir ces densités de gibier pour au final faire l’aveu de son impuissance face à la situation.

N’est-ce pas là un signal fort pour le Gouvernement wallon ?

Nous venons d’interpeller l’ensemble de nos ministres car nous estimons qu’ils ne peuvent pas rester insensibles face à cette impuissance constatée à réguler la densité de gibier dans les forêts de Stoumont, impuissance vécue dans d’autres communes également. La situation nécessite des mesures claires et fortes prises à l’échelle de la Wallonie.

La chasse et la gestion de la forêt sont deux activités et deux sources de revenus pour les communes qui doivent rester compatibles l’une avec l’autre. Il ne faut pas oublier que les communes forestières comptent, pour une bonne part de leurs budgets annuels, sur les revenus de l’exploitation forestière comme de ceux issus des baux de chasse pour assumer leurs multiples missions de pouvoirs locaux.

Il est grand temps de pouvoir bénéficier d’une politique volontariste pour ramener le gibier à une densité qui sera en adéquation avec les capacités d’accueil de son environnement. Il faut pouvoir cibler les territoires problématiques et y faire baisser les populations en tirant davantage et en tirant différemment pour diminuer le potentiel de reproduction. Le DNF doit pouvoir demander une augmentation des tirs et les cibler dans les zones problématiques afin que ces décisions soient réellement efficaces.  

Il est urgent que le Gouvernement wallon prenne conscience de l’ampleur de la situation et prenne les décisions qui incombent. Ce n’est pas seulement le propriétaire qui en a besoin, c’est la forêt et la biodiversité qui en dépendent pour perdurer partout en Wallonie. Tout est une question d’équilibre à retrouver.  

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de Conseillère-Expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Les articles de l'auteur

Date de mise en ligne
22 Juin 2021

Type de contenu

Matière(s)