Projet de Programme - Réduction des pesticides : l’avis de l’UVCW
Ce document, imprimé le 19-08-2022, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite
Mis en ligne le 31 Mars 2022

L’Union des Villes et Communes de Wallonie a pris connaissance avec intérêt du projet de Programme wallon de réduction des pesticides 2023 – 2027, soumis à enquête publique en ce début d’année 2022.

L’application du décret du 10 juillet 2013 instaurant un cadre pour parvenir à une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable a mené à l’interdiction d’utilisation de produits phytopharmaceutiques par les gestionnaires d’espaces publics, le 1er juin 2019.

Malgré l’accompagnement indispensable prodigué par les asbl Adalia 2.0 et Ecowal, force est de constater que l’absence de recours à ces produits par les communes représente encore aujourd’hui une gageure pour de nombreuses communes, particulièrement d’un point de vue financier.

Dans ce cadre, l’UVCW a souhaité porter à la connaissance de Willy Borsus, Vice-Président wallon, ses remarques sur ce nouveau programme.

Le projet de PWRP III vise la réduction de l’utilisation des pesticides dans tous les secteurs et une prise de conscience des dangers des pesticides sur l’environnement et la santé, afin d’atteindre les objectifs fixés au niveau européen.

Les objectifs de réduction des pesticides apparaissent ambitieux, mais le projet de programme ne semble pas suffisant pour les atteindre.

L’UVCW s’étonne de la proposition de mesures visant à préserver et restaurer la biodiversité, objectif auquel l’UVCW souscrit, mais qui ne relève pas de l’objectif du PWRP de réduire la dépendance et les risques liés aux pesticides en Wallonie. L’UVCW s’étonne que certaines mesures visent une gestion durable des espaces publics, alors qu’ils sont en zéro phyto depuis juin 2019.

L’UVCW encourage la Wallonie à poursuivre et renforcer le dispositif BiodiverCité, qui visait à refondre les outils mis à disposition des communes et à promouvoir des projets transversaux en faveur de la biodiversité, plutôt que de recréer de nouveaux outils de labellisation.

Il apparaît essentiel de fournir les outils et l’accompagnement nécessaires aux agriculteurs pour faire évoluer les pratiques culturales. Les mesures qui visent la mise en œuvre de la lutte intégrée la réduction des PPP par le public agricole semblent les plus essentielles du programme pour parvenir aux objectifs du PWRP III. Ces mesures doivent cependant être plus ambitieuses pour les remplir.

L’UVCW se réjouit de la proposition de mesures qui, d’une part, visent à accompagner les communes dans des projets qui leur permettraient d’agir contre les nuisances pour leurs riverains, comme la pulvérisation de produits à proximité des propriétés privées, des jardins avec enfants, des écoles, de lieux occupés par des personnes vulnérables, et d’autre part, visent à améliorer la cohabitation entre l’activité agricole et les autres affectations du territoire.

En matière de partage du matériel, l’UVCW exprime quelques réserves par rapport à son adaptation aux pratiques communales : elle propose plutôt une aide à l’investissement de la Wallonie pour l’achat d’équipements partagés de désherbage alternatif, gérés par une structure tierce (supracommunale, GAL, Parc naturel, …), ainsi qu’un financement pour la mise à disposition d’agents techniques liés à l’équipement pour veiller à sa bonne utilisation.

L’UVCW réitère également sa demande de longue date : plus que jamais en ces temps difficiles, ce dont les communes ont besoin pour l’entretien de leurs espaces publics, c’est de moyens pour acheter le matériel nécessaire, et de personnel pour leur utilisation. Certains « points noirs » du territoire communal, en particulier les cimetières, représentent pour certaines communes, encore aujourd’hui, un gouffre financier en matière d’entretien zéro phyto.

Le lecteur trouvera, en annexe, le détail des remarques de l’UVCW à ce propos.

Les auteurs

Gwenaël Delaite

Conseillère experte à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Articles de l'auteur

Date de mise en ligne
31 Mars 2022

Type de contenu

Matière(s)

Environnement
Activez les notifications

Soyez notifié de toutes les nouveautés dans la matière Environnement