Ce document, imprimé le 25-09-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

La sauvegarde de la biodiversité passe aussi par la gestion des bords de route

Mis en ligne le 7 Mai 2007

Préface

Par Philippe BLEROT, Ir Inspecteur général de la Division Nature et Forêts

Le maintien et le développement de la biodiversité constitue une priorité en matière de conservation de la nature à la fois pour enrayer la disparition d'espèces sauvages, mais également pour préserver son rôle dans le développement durable. La biodiversité rend de nombreux services à l'humanité en termes de ressources alimentaires et de substances thérapeutiques, de moyens de lutte contre des catastrophes naturelles, etc.

A travers le monde, une importante dégradation des espèces sauvages et des processus naturels se produit actuellement. L'homme, de par ses activités, n'est pas étranger à ce phénomène auquel la Wallonie n'échappe pas. Celle-ci est mesurée auprès des espèces qui font l'objet d'un suivi particulier. En Wallonie, on estime qu'au moins 25 % de ces espèces  sont actuellement dans une situation préoccupante en matière de conservation. Ceci signifie que leurs effectifs sont insuffisants pour retrouver un potentiel d'évolution indispensable dans un contexte environnemental en pleine évolution. Des espèces disparaissent parmi les mammifères, les oiseaux, les insectes, mais c'est parmi les poissons, les papillons de jour et les reptiles que l'on trouve les situations les plus critiques. Plus de la moitié des espèces appartenant à ces groupes ont un statut de conservation défavorable d'après le Tableau de bord de l'Environnement wallon 2005

Pour conserver la capacité d'évolution d'une espèce, il est important de préserver la diversité des habitats qu'elle occupe. Ceux-ci sont à l'origine des adaptations multiples que l'espèce développe pour résister aux contraintes environnementales. Il est également nécessaire de préserver les échanges génétiques entre les différentes populations d'une espèce et d'assurer son évolution aux côtés des activités humaines. Les liaisons entre les habitats sont donc tout aussi primordiales dans la lutte contre l'extinction des espèces. 

Dans ce cadre, les bords de routes sont des éléments importants en matière de conservation de la nature. Ils offrent aux espèces sauvages une large palette d'habitats différents. En Wallonie, on dénombre actuellement 735 espèces végétales présentes sur les talus et accotements du réseau routier, ce qui représente environ 50 % de la flore de Wallonie. On y trouve des espèces communes, des espèces rares ou en voie de raréfaction. Les bords de routes constituent un réservoir génétique de premier ordre sur près de 20.000 ha en Wallonie, répartis de manière linéaire et continue au travers tout le territoire. Ils assurent les connexions nécessaires entre les divers îlots de nature.

La Wallonie possède un réseau de plus de 66.000 km de routes, soit 120.000 km de bords de routes, dont 88 % sont gérés par les communes. Pour mettre en valeur le patrimoine naturel présent, la Région wallonne a lancé dès 1995, une action de gestion écologiquement raisonnée des bords de routes. Cette opération, rendue visible par la présence des panneaux "Fauchage tardif – zone refuge", est organisée par le biais une convention à laquelle 67 % des communes adhèrent (soit 175 communes sur 262). Ces communes ont permis la création d'un réseau écologique constitué de 11.000 km de bords de routes qui s'étend sur environs 2.200 ha. Mais ce réseau, indispensable au maintien de la biodiversité, demeure incomplet car de vastes zones ne sont pas encore couvertes. Au niveau communal, ce réseau peut atteindre une superficie d'environ 4.400 ha et concerner plus de 17.000 km de bords de routes.

Pour ralentir et finalement arrêter la perte de biodiversité dans les années à venir, il est nécessaire de renforcer les actions entreprises en faveur du développement de la nature et d'impliquer tous les gestionnaires de l'espace. Il importe de considérer que la conservation de la nature n'est pas une matière exclusivement réservée à la Division de la Nature et des Forêts ou aux autres gestionnaires de réserves naturelles. Au contraire, elle est  l'apanage de tous, car chacun est utilisateur et gestionnaire de l'espace qu'il occupe. Aussi, la Région invite toutes les communes à adhérer à la convention "Bords de routes".

La Convention Bords de routes

Le réseau routier que nous connaissons actuellement est le fruit d'une très longue évolution qui, à diverses époques, a connu des moments de forte croissance. En Wallonie, le réseau routier est très dense avec une moyenne de 4 km de chaussée par km2 et n'est pas sans impact sur l'environnement. Cette réalité conduit dans un premier temps, à considérer ce réseau comme un élément important de morcellement du territoire, une source de nuisances diverses (pollution, bruit, etc.), un obstacle le long des itinéraires de migration de certaines espèces sauvages et une cause de mortalité chez les animaux.

Toutefois, lorsque le regard se détache quelque peu du bitume de la route, il se porte, chaque année davantage, vers la nature présente sur ses abords immédiats. Afin de préserver cette nature, la Division de la Nature et des Forêts propose une convention aux communes qui, faut-il le rappeler, gèrent la plus grande partie du réseau routier wallon avec quelque 60.000 km de routes, soit 88 % du kilométrage total.

Photo
Photo: F.Naveau

Aujourd’hui, dans les 175 communes signataires de la convention "Bords de routes", les talus et accotements routiers font l'objet d'une gestion qui tient compte de la sécurité routière et du patrimoine naturel présent.  En effet, bien qu’ils fassent partie intégrante du réseau routier, avec toutes les conséquences inéluctables, leur fonction d’habitat pour de nombreuses espèces végétales, animales et fongiques y est davantage prise en compte.

PhotoPhoto

Cette reconnaissance s’exprime par l’abandon obligatoire de l’usage d’herbicides et le recours volontaire au fauchage tardif

 

L'abandon de l'usage des herbicides

En Wallonie, les arrêtés de l'Exécutif wallon du 27 janvier 1984 et du 24 avril 1986 interdisent l'usage des herbicides sur certains lieux publics dont les bords de routes et les fossés. Les méthodes chimiques de désherbage ont des conséquences néfastes sur l'environnement en contribuant à la pollution du sol, de l'eau et de l'air. Elles ont également engendré des modifications au niveau de la flore. Celles-ci se traduisent par la régression des espèces sensibles aux produits utilisés et la progression des espèces résistantes. La régression a parfois été jusqu'à la raréfaction, voire la disparition locale de certaines espèces. 

PhotoPhoto

            Avant                                                                                    Après
Photo: L Bailly                                                                     Photo: F Naveau

La végétation des bords de routes est constituée principalement d'espèces vivaces favorisées par un régime de fauchage. Les espèces qui se développent après une pulvérisation sont pour la plupart pionnières (plantes qui apparaissent naturellement sur un sol dénudé comme le coquelicot ou le mouron des champs), annuelles et souvent nitrophiles comme l'ortie, le gaillet gratteron ou la prêle. Aussi, la mise à nu du sol engendrée par les herbicides est favorable au développement de la flore observée dans les terrains cultivés, au risque de constituer une source de propagation des semences vers les terres de culture. Malgré leurs conséquences néfastes, certains particuliers se risquent encore à pulvériser des herbicides sur les bords de routes.

Le fauchage tardif

Le fauchage tardif pratiqué en Wallonie est une mesure de gestion qui a pour but de préserver la nature encore présente sur les talus et accotements. Il permet aux espèces herbacées de fleurir et de produire des semences. Une espèce n'ayant pas la possibilité de fleurir durant de nombreuses années régresse pour finalement disparaître.

Ce fauchage profite également aux espèces animales. Il permet d'étendre l'habitat de plusieurs espèces, notamment dans les plaines agricoles et de constituer des zones de refuges en période des moissons. Celles-ci peuvent être maintenues durant l'hiver en ne fauchant pas annuellement les bords de routes.

PhotoPhoto
            Photo: F Naveau                                                         Photo: JD Losseau

Avec le développement du machinisme agricole et l'extension des zones urbaines, le fauchage mécanique s'est généralisé et s'est intensifié en augmentant le nombre de coupes annuelles.  L'intensification a été voulue pour des raisons de sécurité routière et pour répondre à certains critères de propreté. Beaucoup de citoyens estiment en effet qu'un bord de route fauché est un bord de route propre. Dès lors, l'intensification a été généralisée et étendue à l'ensemble du réseau des voies de communication, y compris aux chemins agricoles et forestiers.

Cette gestion des bords de routes a un coût financier important mais également un coût écologique, en faisant régresser bon nombre d'espèces dont plusieurs sont utiles dans la lutte contre les ravageurs des cultures. Par le passé, ces espèces ont été largement favorisées par une agriculture extensive pratiquée durant des siècles puis arrêtée par le développement technologique et la politique agricole. Aussi, elles appartiennent au patrimoine naturel d'une région.

Photo

Photo: L.Bailly

Le fauchage tardif: une analyse raisonnée

Evoquer le fauchage tardif, c’est faire apparaître la nécessité de fauchages intensifs en certains endroits. Sur le réseau routier, les zones de fauchage tardif doivent être soigneusement sélectionnées en fonction des aspects de sécurité routière et du patrimoine naturel présent. Il convient de maintenir une végétation basse sur les bords de routes situés à l'intérieur des virages, à l'approche des carrefours de même qu'aux abords des accès aux propriétés riveraines. Une bande de sécurité d'une largeur d'environ 1,20 mètres est aussi régulièrement fauchée en bordure de la voirie proprement dite, y compris le long des tronçons en fauchage tardif. Cette bande régulièrement fauchée servira le cas échéant, d'espace refuge pour les usagers de la route. 

Photo
Photos: F.Naveau

Aussi, reporter la date du fauchage de certains talus et accotements routiers permet de faucher plus tôt et plus régulièrement les bords de routes où la sécurité routière impose le maintien d'une végétation basse. A ce titre et pour le gain financier qu'il génère, il profite à l'ensemble de la société.

Le fauchage tardif: aspects pratiques

Le fauchage tardif se pratique après le 1er août ou le 1er septembre en fonction des cycles biologiques des espèces recensées. En règle générale, dans toutes les régions situées au sud du Sillon Sambre-et-Meuse, la date du 1er septembre est à préférer, tandis qu'au nord, la date du 1er août peut être retenue pour la plupart des bords de routes soumis au fauchage tardif. Il est demandé de ne pas faucher après le 15 octobre (ou le 1er novembre s'il n'est possible pour des raisons techniques de terminer les fauchages à la mi-octobre) afin de ne pas perturber les animaux ayant trouvé sur les bords de routes non fauchés un refuge pour l'hiver. A cette date, une repousse limitée de la végétation peut être observée. Cette repousse crée à nouveau des conditions de vie acceptables pour certaines espèces animales et protège le sol de l'érosion. 

Lors du fauchage, il est recommandé de respecter une hauteur de coupe suffisante afin de ne pas mettre le sol à nu. Une mise à nu du sol modifie les conditions de vie auxquelles la faune du sol et de la strate herbacée est habituée. Elle détruit les bourgeons situés à la base des plantes, ce qui est particulièrement néfaste pour les plantes bisannuelles et peut endommager les racines des plantes qui finissent par disparaître. Une hauteur de coupe trop basse augmente les risques d'érosion par le vent ou la pluie et porte atteinte à la stabilité des talus qui finissent par s'effondrer.

PhotoPhoto

Au contraire, la végétation haute présente le long des routes contribue à la stabilité des talus et peut, par temps pluvieux, retenir de grandes quantités d’eau. Une partie de l’eau de pluie sera retenue un certain temps sur la végétation tandis que l’eau arrivant sur le sol sera freinée dans son écoulement par la végétation luxuriante. Cette situation favorise la pénétration de l’eau dans le sol ce qui, au passage, permet de constituer une réserve en eau non négligeable et utile en période de sécheresse. De proche en proche, cette situation permet de réduire les risques d’une arrivée massive et rapide de l’eau au niveau des collecteurs qui, si ceux-ci sont mal dimensionnés, occasionne des inondations.

L’eau qui ruisselle rapidement, en l’absence de haies et/ou de bandes herbacées, entraîne de grandes quantités de terres, capital précieux pour l’agriculture, et compte certainement parmi les facteurs les plus importants responsables de l’érosion constatée chaque année. La terre emportée par l’eau se déposera non seulement dans les canalisations qu’à terme elle obstruera jusqu'à provoquer des inondations, mais aussi sur le fond des rivières ce qui augmentera encore les risques d’inondations et détruira par colmatage les habitats de nombreuses espèces de nos rivières. Aussi, les efforts consentis pour améliorer la qualité de l’eau des rivières, notamment par la construction de stations d’épuration des eaux usées, risquent d’être sans fruits si, parallèlement, aucun effort n’est fait pour limiter le ruissellement d’eaux boueuses.

 

Photo

Photo: F.Naveau

Toutefois, les pluies violentes survenant en période de fauchage tardif risquent d'entraîner une quantité importante de matière végétale broyée vers les canalisations au risque d'y former un bouchon. Pour prévenir cette situation problématique, le gestionnaire communal aura préalablement déterminé l'ensemble des endroits critiques de ce genre afin d'y faire pratiquer un fauchage intensif généralisé à toute la zone critique ou un fauchage tardif avec ramassage des foins.

Le ramassage du produit de la fauche n'est cependant pas rendu obligatoire. Le ramassage du produit de la fauche est recommandé afin de diminuer la fertilité du sol et augmenter la diversité floristique. Les bords de routes, en raison de leur surface et leur profil irrégulier, se prêtent difficilement aux opérations de fauchages avec ramassage excluant l'utilisation de systèmes d'aspiration. Les bords de routes ne sont donc pas fauchés comme les prairies de fauche riches en fleurs où l'herbe fauchée est laissée sur place quelques jours, puis mise en andain avant d'être ramassée et évacuée.

Sur les bords de routes, l'herbe est coupée au moyen de fléaux qui hachent l'herbe et s'il y a un ramassage de la matière végétale, celui-ci se fait directement après le hachage par le biais d'un dispositif d'aspiration. Ce dispositif coûteux aspire non seulement les brins d'herbe, mais également les semences et les insectes présents. L'objectif poursuivi de maintien de la diversité biologique présente sur les bords de routes risque de ne pas être atteint.

Le fauchage tardif et la diversité botanique

Le fauchage tardif des bords de routes met en évidence la diversité botanique propre à chaque région. Plus de 700 espèces végétales (soit environ 50 % de la flore de Wallonie) ont pu être observées sur les bords de routes et ceci grâce aux inventaires botaniques réalisés dans le cadre de la campagne de fauchage tardif. Ces résultats témoignent de l'importance du patrimoine végétal naturel occupant les lieux.

Parmi celles-ci, un certain nombre d'espèces, jadis largement répandues, sont actuellement menacées par la destruction effrénée de nombreux habitats qui leur sont favorables, comme les prés de fauche maigres mais riches en fleurs, les pelouses sèches, les landes, les zones humides, les haies, etc. Cette destruction se fait généralement au profit de projets d'urbanisation, d'industrialisation et d'exploitations agricoles et sylvicoles de type intensif, laissant peu ou pas de place à la vie sauvage désormais cantonnée dans de petites portions du territoire, souvent isolées les unes des autres. Cet isolement rompt les échanges d'individus et de matériel génétique indispensables à la survie à long terme de populations viables et la place laissée libre par les populations locales disparues risque à l'avenir de ne plus être occupée par de nouvelles populations venues d'ailleurs.

Photo

Photo: L.Bailly

Ne servant pas à l'économie, les bords de routes ont conservé des végétations autrefois largement répandues dans le paysage et ont acquis de la sorte une grande valeur dans le domaine de la protection du patrimoine naturel. Cette valeur est d'autant plus grande qu'ils abritent en certains endroits des espèces protégées.

Les bords de routes apparaissent de plus en plus comme un espace refuge pour toute une série d'espèces éradiquées des habitats détruits ou abandonnés et constituent un réservoir génétique d'espèces locales sur près de 20.000 hectares en Wallonie (ou 4.500 hectares de bords de routes en fauchage tardif sur le réseau routier communal) répartis de manière linéaire et continue au travers de tout le territoire, mettant en relation divers îlots de nature. Aussi, les bords de routes se présentent comme des corridors biologiques souvent favorables à la libre circulation des espèces sauvages et au brassage génétique des populations animales et végétales. Les bords de routes peuvent également servir de relais dans la migration des espèces.

Le fauchage tardif et son impact sur la biodiversité animale

Les bords de routes viennent en aide à une majorité d’espèces sauvages de nos régions en mettant à leur disposition un habitat étendu et varié en raison de multiples facteurs écologiques. Parmi ceux-ci, citons le climat régional et le microclimat, la nature du sol, son régime hydrique et sa fertilité, le relief et l’orientation des pentes par rapport à l’ensoleillement. La nature de la parcelle contiguë au bord de route aura également une grande influence sur l'installation des espèces sauvages. Ces facteurs se succèdent parfois sur des distances très courtes, ce qui ne manque pas de renforcer l'intérêt suscité pour les bords de routes en augmentant la diversité biologique dans un secteur déterminé.

Les modes de gestion pratiqués sur les bords de routes auront également une grande influence. Généralement, le fauchage prévaut pour arrêter l'évolution de la végétation au stade herbacé. La valeur écologique du fauchage dépend de plusieurs paramètres, tels la fréquence et l'époque de fauchage. Ceux-ci ne sont pas sans conséquence sur la floraison et la formation de graines pour les espèces végétales et sur l'abondance de la nourriture et la formation d'un couvert utile à la quiétude et à la réussite de la reproduction pour les espèces animales. De ces conditions dépend  leur maintien à long terme. 

A titre d'exemple, la perdrix grise (Perdrix perdrix L.) est exclusivement insectivore au stade de poussin. Elle se nourrit de feuilles et de graines diverses à l'âge adulte. Il est important pour elle de trouver dans son environnement proche tout ce dont elle a besoin pour son cycle vital.  Des bords de routes fleuris attirent une quantité d'insectes utiles à la pollinisation et à la production de graines. 

La perdrix grise vit essentiellement dans des régions au paysage ouvert, idéalement dans les plaines agricoles où les champs de céréales sont abondants, sans grands massifs boisés et avec peu de prairies. Pour nidifier, la perdrix grise choisira préférentiellement un bord de champs de céréales d'hiver en  croissance situé à proximité d'un chemin enherbé. La présence d'arbres sur les bords de chemins n'est pas favorable à la perdrix car ils ferment davantage le milieu et augmentent la prédation.

Des nids sont également observés sur les talus du réseau routier. Ils sont d'autant plus nombreux que les cultures de céréales d'hivers manquent. Toutefois, le long des routes et des chemins, ils sont davantage exposés à la prédation exercée par les mammifères carnivores et les rapaces. Eu égard aux populations de perdrix grise dont les effectifs sont en net recul, il est important de prendre des mesures favorables à l'installation des adultes et à la réussite de la reproduction. Dans les plaines agricoles, où la taille des parcelles a augmenté considérablement au détriment de beaucoup d'éléments structurants du paysage comme les chemins enherbés, il est nécessaire de recréer un réseau développé de chemins afin d'éviter une concentration des prédateurs sur les quelques chemins existants et d'augmenter le nombre de bords de champ longés par une bordure herbacée. Ces chemins ne devront pas être fauchés durant la période de reproduction qui s'étend de fin avril à fin juillet compte tenu de la fréquence d'une seconde nidification en cas d'échec de la première. Fréquemment, le taux de réussite de la seconde nidification est plus important que celui de la première.

Photo

Photo: F.Naveau


Le fauchage tardif a été choisi pour permettre à un grand nombre d'espèces de réaliser des cycles biologiques complets. En l'absence de fauchage, la végétation va évoluer et la végétation herbacée va progressivement laisser la place à une végétation ligneuse. Cette évolution peut conduire à une perte de diversité biologique étant donné que la grande partie des espèces sauvages est liée aux écosystèmes herbacés. Toutefois, l'intérêt écologique d'un talus peut être augmenté en diversifiant la structure de la végétation. Sur les bords de routes suffisamment larges, le fauchage tardif peut être complété par la mise en place d'une friche gérée où les intervalles entre fauchages sont plus longs, voire de quelques années. Au fil des saisons, une végétation composée d'espèces herbacées et arbustives fournira à un grand nombre d'espèces animales l'abri et la nourriture nécessaire. En l'absence totale de fauchage, une strate arborescente viendra compléter la diversité structurale de la végétation. En milieu forestier, cette succession végétale forme l'ourlet et va diminuer les nuisances liées à la route.  

PhotoPhoto

Les bords de routes et la diversité dans les massifs forestiers

Pour améliorer la diversité biologique au sein des massifs forestiers, l'effet de lisière est recherché. Les routes, les chemins, les rivières et les coupe-feux créent un effet de lisière sur de grandes distances.

Trop souvent, les pratiques sylvicoles n'accordent pas une attention suffisante à l'intérêt des clairières et des sous-bois composés d'espèces herbacées et arbustives. Les peuplements forestiers sont denses et ne permettent pas l'arrivée au niveau du sol de la lumière nécessaire au développement des espèces herbacées et ligneuses héliophiles caractéristiques des clairières et des sous-bois. Leur présence améliore la qualité de l'habitat du grand gibier et en particulier du cerf et du chevreuil.

Le cerf vivait à l'origine dans des milieux ouverts. La pression de l'homme et les nuisances engendrées par ses activités l'ont poussé vers la forêt, mais son régime alimentaire est resté composé d'herbe à 70 ou 80 % et pour le reste de ligneux. Les jeunes pousses d'arbres sont pour lui une véritable friandise. En l'absence d'une végétation herbacée abondante au sein de la forêt, le cerf quitte celle-ci à l'aube ou au crépuscule pour gagner les prairies des alentours. Durant la journée, il prélève parmi les essences forestières économiquement rentables, ce dont il a besoin comme nourriture ligneuse. Aussi, les dégâts occasionnés par le grand gibier sur la forêt peuvent être importants.

Les ouvertures créées par les chemins, les routes ou les coupe-feu favorisent la végétation herbacée et peuvent compenser le manque de nourriture dans le massif boisé. Certains chemins ou bords de routes situés dans les massifs forestiers ou à proximité fournissent une partie de l'alimentation en herbe et en brout (nom donné au matériel végétal ligneux prélevé par les grands herbivores sauvages). Ils participent à l'établissement d'un réseau de gagnages nécessaire à une bonne répartition des animaux sur leur territoire et diluent les dégâts occasionnés par le grand gibier. Des zones spécialement aménagées et entretenues pour nourrir le gibier composent prioritairement ce réseau.

Photo
Brout observé sur le bord d'une route à usage agricole et forestier.
Photo: F.Naveau

La végétation naturelle des bords de routes et des chemins élargit l'offre en nourriture pour le gibier et lui permet de trouver plus facilement sa nourriture lors de ses déplacements. Les bords de routes et les chemins sont généralement fauchés une fois par an ou une fois tous les deux ans. Cette gestion maintient la végétation au stade herbacé et recèpe régulièrement les jeunes arbres qui s'y développent. Aucun fertilisant ne doit être appliqué afin de conserver une flore sauvage diversifiée. Toutefois, afin de favoriser le développement de la végétation herbacée naturelle, la largeur de l'emprise du chemin peut être augmentée en éliminant les arbres situés le long du chemin, de préférence du côté offrant le plus d'ensoleillement.  L'élargissement sera fonction de la zone d'ombre créée par le massif forestier. Une zone ensoleillée d'une largeur d'environ 10 mètres est suffisante pour créer un gagnage efficace.

Cartographie et planning du fauchage tardif

Il est nécessaire de réaliser une cartographie des bords de routes en fauchage tardif à l'usage des Services techniques. Elle permet de guider le personnel en charge des fauchages dans son travail et plus particulièrement dans le choix de l'itinéraire suivi pour réaliser le fauchage tardif. Elle informe également sur la périodicité du fauchage et sur l'importance de la zone de sécurité.

En certains endroits, la largeur de la bande de sécurité peut être doublée et en d'autres, réduite jusqu'à ne pas être fauchée avant la date retenue pour le fauchage tardif. L'absence de bande de sécurité est justifiée par la présence de plantes rares ou protégées, une hauteur de végétation basse et une faible circulation routière. La cartographie est complétée par une information sur la végétation présente.

Collaboration entre la commune et la DNF

Dans le cadre de cette convention "Bords de routes", la Division de la Nature prend en charge:

  • la cartographie des talus et accotements soumis au régime de fauche tardive; elle est soumise à discussion; 
  • l'établissement de l'itinéraire que l'opérateur empruntera pour faucher tardivement les bords de routes concernés; l’organisation dans l’espace doit être simple afin de limiter les déplacements entre les zones de travail;
  • l'encadrement du personnel communal (concerné par l'entretien des bords de routes et/ou la protection du patrimoine naturel) et des élus communaux pour une bonne pratique du fauchage tardif (choix des dates de fauchages, régularité dans le temps des opérations de fauchage tardif, respect de la hauteur de coupe, respect de la sécurité routière et des zones de fauchage tardif définies dans le plan);
  • la sensibilisation de la commune et de la population à la richesse botanique des bords de routes (visite de terrain avec le personnel communal et les élus, réalisation de diaporamas, conférence à l'attention de la population, distribution d'une brochure explicative et fourniture des panneaux de signalisation renseignant la pratique du fauchage tardif);
  • la réalisation des inventaires botaniques sur les talus et accotements du réseau routier communal.

Par ailleurs, les communes sont tenues de respecter la législation relative à l'échardonnage et d'éliminer manuellement les chardons réputés nuisibles. 

En vertu de l'arrêté royal du 19 novembre 1987 relatif à la lutte contre les organismes nuisibles et aux produits végétaux, seuls le cirse des champs (Cirsium arvense), le cirse lancéolé (Cirsium lanceolatum), le cirse des marais (Cirsium palustre) et le chardon crépu (Carduus crispus) sont réputés nuisibles. L'ortie (Urtica dioica) n'est pas considérée comme nuisible. Les bords de routes envahis par l'ortie peuvent être fauchés plusieurs fois dans l'année. Dans ce cas, le fauchage doit être idéalement accompagné d'un ramassage du produit de la fauche, de façon à éliminer progressivement les éléments nutritifs responsables de son développement. Toutefois, les orties sont importantes notamment pour plusieurs espèces d'oiseaux et d'insectes. A titre d'exemples, les coccinelles utiles dans la lutte contre les pucerons, pondent leurs œufs entre autres dans les massifs d'orties. Leurs larves se nourrissent abondamment de pucerons tandis que les chenilles de plusieurs espèces de papillons se nourrissent exclusivement d'orties.    

En conclusion

Le réseau routier marque profondément le paysage par son importance mais également en termes de pollution. Il répond à des besoins sociaux et économiques qui exigent le développement de zones urbanisées et le maintien de grandes zones agricoles et forestières rentables. Toutes exercent une pression sur l'environnement et plus particulièrement sur la biodiversité qui, en certains endroits, subit une forte érosion. C'est pourquoi, les mesures de gestion les plus appropriées doivent être appliquées afin de conserver et développer la nature sur l'ensemble du territoire. Dans le cas précis des bords de routes, le fauchage tardif est destiné à préserver le reliquat d'une biodiversité représentative de divers milieux semi-naturels façonnés par l'action cumulée de facteurs environnementaux et anthropiques. La gestion tente également de compenser les pertes subies récemment au niveau du réseau écologique par la destruction ou la modification d'éléments paysagers.

Photo
Photo: F.Naveau

Références bibliographiques

Arnal, D., Widar, J., 2005,  Installation et entretien des gagnages herbeux en forêt, Manuel technique, Région wallonne, Direction Générale des Ressources naturelles et de l'Environnement

Birkan, M., Serre, D., 1988, Disparition, domaine vital et utilisation du milieu de janvier à mai chez la perdrix grise (Perdrix perdrix L. ) dans la Beauce du Loiret, Gibier Faune Sauvage Volume 5 p.389-409

de Tillesse, M., Bourdouxhe, L., 2006, Corrélation entre pratiques agricoles et évolution de population d'espèces cibles.  Le cas de la perdrix grise ( Perdrix perdrix L. )

Naveau, F., 2002, Les Bords de routes. Signes extérieurs de richesse naturelle, Brochure technique n°8, Ministère de la Région wallonne, Direction Générale des Ressources naturelles et de l'Environnement

Reitz, F., Bro, E., Mayot, P., Migot, P., 1999, Influence de l'habitat et de la prédation sur la démographie des perdrix grises, Bulletin mensuel de l'Office National de la Chasse, n°240, p.10-21

L'auteur

François Naveau

Direction de la Nature - Division de la Nature et des Forêts

Date de mise en ligne
7 Mai 2007

Type de contenu

Matière(s)

>