Ce document, imprimé le 27-10-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Les hirondelles de fenêtre: mesures simples et efficaces de protection à l'échelon local

A chaque ville, à chaque village, ses hirondelles…

Mis en ligne le 20 Novembre 2007

image
Hirondelles de fenêtre sur un câble électrique (Jules Fouarge)

Constat et objectifs

Le nombre d’hirondelles de fenêtre diminue de manière inquiétante dans nos régions. Les causes en sont multiples: utilisation excessive des pesticides, désertification en Afrique, difficultés accrues pour nicher, …

Si certaines de ces causes ne peuvent être corrigées à l’échelon local, il existe néanmoins des méthodes éprouvées pour assurer le maintien et même le développement des hirondelles de fenêtre dans nos villes et villages.

Descriptif

Ce document donne des idées d’actions très pratiques, de très simples à plus complexes, pour participer concrètement et localement à la sauvegarde des hirondelles.

Trois espèces d’hirondelles nichent dans nos régions:

  • l’hirondelle rustique (ou "de cheminée" qui habite les étables et les écuries)

image
Hirondelle rustique (Jules Fouarge)

  • l’hirondelle de rivage, hôte des berges de rivière et des carrières de sable;

image
Hirondelle de rivage (Jules Fouarge)

  • la plus citadine: l’hirondelle de fenêtre. 

image
Hirondelle de fenêtre (René Dumoulin)

Les conseils que nous diffusons ici concernent uniquement cette dernière, l’hirondelle de fenêtre (delichon urbicum)  qui construit son nid à l’extérieur des bâtiments sous les corniches, les fenêtres et les balcons.

Mise en œuvre – étapes

  • L’information de la population
  • Publier un article dans le journal communal, diffuser de l’info dans les écoles et aux associations … sont des actions qui aideront à sensibiliser les habitants à la problématique des hirondelles.

    Un bon article modifiera la perception qu’ont les habitants des hirondelles: de petite nuisance, tout juste tolérée elles deviendront un centre d’intérêt, voire même un motif de fierté.

    Le Groupe de travail (GT) Hirondelles d’Aves-Natagora peut vous aider, à l’aide d’exemples déjà publiés, à rédiger un article à publier dans le journal communal ou à diffuser sous forme de communiqué de presse.

    image
    De nombreux habitants assistent à une séance de baguage publique organisée par le GTH d’Aves-Natagora (Charles Carels)

  • Le recensement
  • Il est indispensable de dresser un état des lieux avant de lancer une opération de protection des hirondelles. Cette action peut très bien être initiée en même temps que l’action d’information décrite au point 1. Le plus simple est de l’organiser sous la forme d’une enquête publique informelle auprès de la population: "Signalez-nous les nids d’hirondelles de votre quartier". C’est déjà une manière de faire participer les citoyens et donc de les conscientiser pratiquement à la survie des hirondelles.

    L’idéal est de lancer cette enquête au mois de mai et de recueillir l’information tout au long de l’été (les hirondelles ont une très longue période de nidification qui s’étend de fin avril à début septembre).

    L’information ainsi recueillie doit être traitée et présentée sous forme d’un tableau et éventuellement d’une carte de localisation dans la commune. Idéalement, ces informations seront complétées chaque année et permettront de suivre l’évolution de la population locale d’hirondelles.

    N’oubliez pas d’en publier les résultats dans le même journal communal. Vous valoriserez ainsi toutes les personnes qui auront participé au recensement.

  • Des conseils de protection
  • Ces conseils de protection pourront être diffusés aux personnes qui hébergent un ou plusieurs nids sur leur maison. On insistera principalement pour inciter les habitants à ne pas détruire les nids, même après l’été.

    Toute destruction de nid est d’ailleurs strictement interdite.

    Cette opération est donc la suite logique du recensement. Si les personnes concernées se plaignent des nuisances engendrées par les fientes, il faut leur proposer la pose de petites planchettes de protection.
    image
    Planchette anti-fientes placée sous des nids artificiles (Franck Hidvegi)

    Mais, les nids étant souvent placés à plus de 5 ou 6 mètres de hauteur, cette opération n’est pas toujours réalisable par les particuliers (et peut d’ailleurs présenter un danger certain). C’est ici que les services techniques communaux peuvent intervenir: quelques ouvriers communaux, armés de foreuses et perchés sur un élévateur placeront rapidement et en toute sécurité ces fameuses planchettes protectrices.
    image
    Pose de nids artificiels sur un dépôt communal (Charles Carels)

  • Une flaque de boue 
  • Les hirondelles ont besoin de boue pour construire leur nid.
    image
    Hirondelles collectant de la boue pour construire leur nid (Jules Fouarge)

    Durant les périodes de sécheresse la boue est souvent absente durant des semaines entières, retardant ainsi la nidification des hirondelles. Pire encore, l’asphaltage des routes et chemins supprime souvent complètement la boue. Dans les villes, c’est, avec la destruction des nids, la cause principale de la disparition des hirondelles.

    Pour y remédier, il suffit d’installer un bac à boue dans un endroit bien dégagé. Un simple cadre en bois, recouvert d’une bâche imperméable fera l’affaire. De la terre glaise et un seau d’eau de temps en temps: les hirondelles auront tôt fait de venir s’y approvisionner en boue de qualité.
    image
    Bac à boue installé à l’intention des hirondelles (Vincent Bulteau)

  • La pose de nids artificiels 
  • La pose de nids artificiels est une manière encore plus active pour protéger les hirondelles. Là où le nombre d’hirondelle est très faible (moins de 10 couples), la pose de nids artificiels permet souvent d’augmenter rapidement le nombre d’hirondelles.

    image
    Pose d’un nid artificiel à proximité d’un nid naturel en 2006 (Charles Carels)

    Idéalement, la commune offrira des nids artificiels aux habitants volontaires qui habitent un quartier où subsistent encore des hirondelles (c’est très difficile de les attirer vers de nouveaux quartiers). Si les moyens financiers sont limités, on veillera à installer les nids artificiels sur des maisons qui répondent bien à toutes les exigences des hirondelles (voir astuces, conseils et difficultés plus bas).
    image
    Le même nid occupé en 2007 (Pierre Deneve)

  • La constitution d’une "grande" colonie (réservoir)
  • Projet un peu plus ambitieux, la création d’une grande colonie "réservoir" permettra d’assurer à long terme l’avenir des hirondelles dans une ville ou un village.

    On choisira un édifice public et on placera un nombre important de nids artificiels. On choisira un emplacement où les fientes causeront le moins de désagréments.

    Encore une fois, on choisira un quartier encore fréquenté par les hirondelles. Si le bâtiment choisi ne dispose pas de corniches suffisamment débordantes, on y remédiera en plaçant de larges planches en contre-plaqué marin (largeur minimum 60 cm). Ces planches feront office de débordement et les nids artificiels seront placés juste en dessous.
    image
    Les grands moyens pour placer des nids artificiels sous la corniche d’une école (Anne Weiserbs)

  • L’incitation par le subside
  • Une action complémentaire peut être l’octroi d’un subside aux personnes qui acceptent les hirondelles sur leur façade (cf certaines communes flamandes). Néanmoins, ce genre d’opération nécessite la mise en place d’une certaine organisation (contrôles, comptages et toutes les éventuelles réclamations …).

    Astuces, conseils et difficultés:

  • Les planchettes de protection auront +/- 30 cm de large et seront posés à 50 cm sous les nids à l’aide d’équerres métalliques. Il est conseillé de laisser un espace de 2 cm entre la planchette et le mur pour éviter que les hirondelles ne construisent un nid sous la planchette.
  • Le bac à boue doit être placé dans un lieu bien dégagé, sans arbre et loin d’une haie où pourrait se dissimuler un chat…
  • image
    Hirondelle ramassant de la boue (Jules Fouarge)

  • Il est difficile d’attirer les hirondelles où il n’y en a pas encore. Mieux vaut les protéger là où il en subsiste encore quelques unes (à maximum 2 ou 300 mètres de nids existants – 1 seul nid naturel suffit pour recréer une colonie!).
  • Les nids artificiels sont en vente dans certaines bonnes jardineries et à la boutique Aves à Liège – renseignements au 04 250 95 90 – commandes par email: librairie@aves.be
  • image
    Bien placé, un nid artificiel fera le bonheur d’un couple d’hirondelles (Pierre Deneve)

  • Les hirondelles ne craignent pas le bruit mais ont besoin d’un espace bien dégagé devant leurs nids (surtout pas d’arbre), préfèrent les corniches et murs clairs. Le nid doit impérativement se trouver sous un débordement important (corniche, balcon, tablier d’un pont…).
  • La façade qui accueille des nids doit faire face à un espace bien dégagé: pas d’arbres, pas de lierre sur les murs …
  • Les nids artificiels devront être placés au minimum à 4 mètres de hauteur et plus si possible.
  • On a toujours intérêt à placer plusieurs nids. Même s’ils ne sont pas tous occupés immédiatement, l’"effet de masse" joue un rôle très attractif pour fixer les hirondelles.
  • Les hirondelles sont des oiseaux libres et sauvages. Elles nous paraissent parfois bien capricieuses: pourquoi nichent-elles là-bas et pas ici? Mais cela aussi qui fait leur charme … Les résultats ne sont donc pas toujours immédiats. Il faut parfois plusieurs saisons avant d’attirer les premières hirondelles. C’est donc par essence un projet à long terme. Patience donc! Mais rassurez-vous: une fois qu’elles seront installées, elles reviendront chaque année.
  • Financements et moyens

  • Un article dans le journal communal ne coûte rien.
  • Placer des planchettes anti-fientes demande juste un peu de main d’œuvre, quelques planchettes et des équerres, …
  • Un bac à boue, ce ne sont que 4 lattes de bois, quelques clous et une bâche imperméable…
  • Un coup de pouce en plaçant des nids artificiels (prix d’achat très raisonnable).
  • Finalement, la ressource nécessaire la plus importante pour une opération hirondelle, c’est l’enthousiasme et la persévérance…
  • En savoir plus

    www.aves.be/hirondelles
    www.hirondelle.oiseaux.net

    Contacts

    N’hésitez pas à poser toutes vos questions en envoyant un email à l’adresse suivante: . C’est avec plaisir que nous vous conseillerons pour préparer, planifier et réaliser l’opération hirondelle de votre commune. Nous vous aiguillerons également vers les membres de notre réseau Hirondelles les plus proches. 

    Et si vous n’êtes pas encore convaincus…

    Sachez qu’une opération "hirondelles" est une formidable entreprise de solidarité à l’échelon local. Nos expériences ont d’ailleurs montré que les résultats dépassent bien souvent la simple protection des hirondelles. Une telle opération rapproche les habitants d’un même quartier. Les habitants se retrouvent ensemble, sur le pas de leur porte, à observer ces petits acrobates volants. Ils tirent même une fierté légitime de "leurs" hirondelles. Les anciens sont émus de revoir des hirondelles comme dans leur jeunesse. Jeunes et plus âgés entament alors une conversation qui, sans les hirondelles n’aurait jamais été nouée…

    Vous en serez vite convaincus: les hirondelles vous apporteront bien plus que le printemps!

    L'auteur

    Charles Carels

    Aves-Natagora, Groupe de travail Hirondelles

    Date de mise en ligne
    20 Novembre 2007

    Type de contenu

    Matière(s)

    >