Chasse et Covid : Pratiques modifiées mais pas interdites

Lors de l’épisode de peste porcine, nous nous rappellerons que la chasse avait été interdite en zone infectée sauf dérogation afin d’éviter de propager davantage la maladie. La situation est tout autre en cette période de Covid puisqu’il s’agit ici de protéger les chasseurs et d’éviter la propagation de la maladie qui se ferait en raison de la proximité engendrée lors de cette pratique mais la chasse elle-même n’est pas interdite.

La chasse est toujours possible dans chaque territoire mais sous des modalités adaptées à la situation de crise sanitaire que nous vivons. Elle est en effet autorisée pour l’instant sur base de la participation de 4 personnes maximum moyennant le respect des règles sanitaires élémentaires comme le port du masque, la distanciation sociale et la désinfection des mains.

Une pratique ajustée de la chasse à l’approche ou à l’affut par exemple devrait permettre de limiter les dégâts en concentrant l’attention des chasseurs aux endroits sensibles. Pour maximaliser l’efficacité de ces prélèvements, il faut pouvoir compter sur une bonne collaboration entre les chasseurs et les autres acteurs que sont les propriétaires forestiers et les agriculteurs pour aller chasser dans les endroits sensibles et amoindrir les dégâts potentiels.

Cette même pratique devrait également permettre aux chasseurs de remplir partiellement voire totalement leur plan de tir. Il est plus que probable que cela prendra plus de temps pour tirer les animaux requis mais la pratique de la chasse à l’affut et à l’approche est moins lourde en termes d’organisation et pourrait donc se répéter plus fréquemment en de plus nombreux endroits.

Bien que l’Union des Villes et Communes de Wallonie n’ait pas été consultée par le cabinet du Ministre Borsus en cette fin du mois d’octobre sur l’impact potentiel de la crise Covid sur l’organisation de la chasse et ne connaissant dès lors pas le résultat de cette concertation, notre association est bien consciente que les évènements actuels entrainent des modifications dans les pratiques habituelles des chasseurs mais elle estime que la gestion de la faune doit se poursuivre puisqu’elle n’est pas interdite. Il s’agit pour les chasseurs, comme pour de nombreux autres secteurs touchés par la crise sanitaire, de se lancer dans une phase d’adaptation de leurs pratiques afin de réenclencher rapidement la poursuite des objectifs cynégétiques.

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Lire aussi

Date de mise en ligne

18 Novembre 2020

Type de contenu

Matière(s)

>