Ce document, imprimé le 15-04-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Les frênes dépérissant à cause de la chalarose : un risque pour la sécurité publique ?

Mis en ligne le 15 Juin 2016

Depuis quelques années, les frênes communs (Fraxinus excelsior) sont attaqués par un champignon d’origine asiatique. Ils sont atteints d’une maladie appelée la chalarose. Ce champignon attaque l’arbre via ses feuilles pour ensuite remonter le long des branches et arriver au tronc. Outre les feuilles qui noircissent et tombent dès le mois de juin-juillet, un risque pour la sécurité apparaît à partir du moment où les branches malades se dessèchent, meurent et risquent alors de tomber.

La progression de la maladie est assez rapide d’où l’importance pour les pouvoirs publics de prévenir le risque d’accident par chute de branches en surveillant activement les frênes communs présents sur leur territoire et dont la chute de branches serait dangereuse pour les usagers qui passeraient à proximité comme c’est le cas sur les RAVeL par exemple.

La Direction des Aménagements paysagers de la DGO1 tire la sonnette d’alarme afin de sensibiliser les pouvoirs publics face à ce risque. Ils ont publié deux fiches techniques. La première fiche permet de reconnaître les frênes concernés car tous les frênes ne sont pas sujets à la chalarose. En effet, seul le frêne commun est touché par ce champignon alors que le frêne à fleurs (Fraxinus ornus) est résistant. La seconde fiche technique permet de détecter les signes et les stades de la contamination par le champignon.

Vous trouverez ces deux fiches techniques en annexe.

Face à cette maladie, il est donc fortement conseillé de surveiller les arbres qui pourraient être atteints afin de réagir rapidement et à bon escient en supprimant les branches mortes voire en abattant l’arbre s’il est trop atteint et devient alors un risque pour la sécurité publique.

L'auteur

Christel Termol

Conseiller à l'Union des Villes et Communes de Wallonie

Diplômée de l'Université de Liège en Sciences zoologiques et en Sciences de l'environnement, elle exerce la fonction de conseillère expert au sein du Département Développement territorial de l'Union des Villes et Communes de Wallonie. Les matières relevant de sa compétence sont la nature, le zéro-phyto, la forêt et la chasse.

Lire aussi

Date de mise en ligne

15 Juin 2016

Type de contenu

Matière(s)

Mots-clefs

>