Ce document, imprimé le 17-09-2021, provient du site de l'Union des Villes et Communes de Wallonie (www.uvcw.be).
Les textes, illustrations, données, bases de données, logiciels, noms, appellations commerciales et noms de domaines, marques et logos sont protégés par des droits de propriété intellectuelles.
Plus d'informations à l'adresse www.uvcw.be/info/politique-confidentialite

Inondations - Points d’attention pour le Régional à l’égard des CPAS des entités sinistrées par les inondations

Photo décorative
Mis en ligne le 6 Août 2021

Pour les matières de compétence régionale, la Fédération des CPAS a préparé une note technique de synthèse qui reprend les demandes, pistes ou réflexions venues en ligne directe du terrain ou par d’autres canaux. Elle a été envoyée à la Task Force Urgences sociales du 30 juillet.

Trois éléments d’urgence émergent : le logement, le renforcement en travailleurs sociaux et l’accompagnement psycho-social.

Le logement est la priorité absolue. Des efforts majeurs ont été décidés et sont à saluer. A court terme, le problème reste des plus aigus, particulièrement au détriment des plus précaires.

A ce jour l’ « offre » via la plateforme d’échange est limitée et, sur le terrain, certains estiment que l’accès est « compliqué ». Des dérogations à l’accès de logement de transit seraient bienvenues. Dans la mesure où il est démontable et déplaçable, des formules d’habitat léger ne peuvent-elles apporter des éléments de solution pour le logement à court terme ? Le séjour des personnes déplacées en maison de repos n’est pas à recommander. Le SPW Logement pourrait aider les locataires et les propriétaires dans leur demande de suspension de paiement en proposant des documents de référence à adresser suivant les cas au propriétaire ou à l’organisme de crédit. La Région a la faculté via le FLW et la SWCS de faire un geste à l’endroit des propriétaires sinistrés par les inondations. Cela pourrait avoir valeur d’exemple et faire émulation dans le monde bancaire.

Dans les CPAS des entités les plus sinistrées, un renfort en travailleurs sociaux relève pratiquement de l’assistance à personnes en danger. En vue d’octroyer le crédit de 20 millions, des données sont collectées au niveau fédéral pour avoir le nombre de personnes relogées. Ces données devraient être demandées de sorte à objectiver les besoins et prévoir une aide en APE afin de soutenir les CPAS les plus durement frappés.

En matière d’accompagnement psycho-social, des efforts appréciables ont ici aussi été décidés et sont à saluer. A court terme le problème reste des plus aigus. A bref délai, une équipe mobile se déplacerait de sorte à apporter un premier support et réconfort. Il est à prévoir que la demande reste après la phase de crise. Une simple intervention de crise risque de ne va pas suffire. Une forme de pérennisation des actions est à réfléchir.

A certains endroits, le CPAS est littéralement anéanti. Il faut libérer des subventions spécifiques à l’infrastructure là où le CPAS n’a plus de bâtiment. Dans l’attente d’un nouvel immeuble, une aide pour louer ou acquérir un véhicule adapté serait bienvenue.

L’accès au gaz ne pourra visiblement se rétablir qu’en janvier 2022 dans une série de zones sinistrées et de nombreux ménages ont perdu leur chaudière au mazout durant le déluge. L’octroi rapide de foyer basse consommation et de boiler pour l’eau chaude aux ménages concernés qui réintègrent leur logement est une réponse à ce manque de chauffage. L’eau est également un enjeu car de grandes quantités sont nécessaires au nettoyage. Des m³ d’eau gratuits pourraient soutenir les ménages sinistrés. Actuellement, l’achat d’électroménager n’est pas possible dans le cadre des plans d'action préventive en matière d'énergie (PAPE). Pourtant, vivre sans frigo, cuisinière… va s’avérer impossible pour les ménages impactés. L’élargissement du PAPE aiderait l’achat d’électroménager et cuisinière d’appoint pour les ménages impactés. Des personnes n’ont plus le gaz et l’électricité pour cuisiner. Une option est l’organisation de la distribution de repas chauds. Une seconde consisterait à mobiliser davantage les services d’aide aux familles et aux aînés.

Des problèmes de coordination ont émaillé la gestion de crise. La Fédération des CPAS formule le vœu que la désignation des deux Commissaires va contribuer à y remédier et elle se tient à leur disposition à la mesure de ses moyens.

Des plans de gestion draconiens sont imposés par le CRAC aux CPAS. Ils les corsètent et leur fixent des objectifs financiers qui, pour partie au moins, relèvent de l’économie virtuelle et sont peu compatibles avec l’exercice par les citoyens de leur droit à l’aide sociale. Avec la crise du Covid, tous les pays européens ont été amenés à revoir leurs balises budgétaires. Les inondations vont forcer les Etats impactés à les reconsidérer une nouvelle fois. La Fédération des CPAS prône un moratoire sur les plans de gestion des CPAS des communes sinistrées par les inondations.

Le Président de la Fédération des CPAS, Luc Vandormael, a été interviewé sur Soir Première (RTBF):

https://www.rtbf.be/auvio/detail_soir-premiere?id=2797168&cid=2797157

L'auteur

Jean-Marc Rombeaux

Conseiller expert à la Fédération des CPAS - Union des Villes et Communes de Wallonie

Licencié et Maître en Sciences économiques, il a commencé comme chercheur à L'UCL dans les domaines de l'économie du travail et des pensions. Depuis 1993, il conseille les maisons de repos ainsi que les services d'aide aux familles et aux aînés du secteur public wallon. Il exerce également une fonction similaire au bénéfice des CPAS bruxellois. Il siège dans différents organes tant de l'Aviq que d'Iriscare.

Les articles de l'auteur

>